Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Martin Provost
Sage femme
Sortie le 22 mars 2017
Article mis en ligne le 27 février 2017
dernière modification le 28 mars 2017

par Charles De Clercq

Synopsis : Claire exerce avec passion le métier de sage-femme. Déjà préoccupée par la fermeture prochaine de sa maternité, elle voit sa vie bouleversée par le retour de Béatrice, femme fantasque et ancienne maîtresse de son père défunt. (ci-contre, le réalisateur)

Acteurs : Catherine Deneuve, Catherine Frot, Olivier Gourmet, Mylène Demongeot.

Je n’avais pas (bien) lu le synopsis du film qui, s’il tient en quelques lignes, dévoile un élément qui, à découvrir le film, paraît être un énorme spoiler, à savoir la nature de la relation entre Claire et Béatrice. Si le spectateur devine probablement assez vite le lien qui (dés)uni celles-ci, la construction du film semble en faire une « révélation » surprenante et même troublante et liée à une certaine perception de la maternité. Avoir indiqué cela dans le synopsis signifie soit une erreur de la part de ceux qui l’ont écrit, soit que contrairement à ce qui m’est apparu à la vision du film, ce n’est pas l’enjeu de celui-ci.

Quoi qu’il en soit, le dernier film de Marin Provost réunit à l’écran deux actrices exceptionnelles qui tournent pour la première fois ensemble. Les seconds rôles comme on dit ne sont pas en reste et l’on relèvera le jeu d’Olivier Gourmet (qui avait semblé outrancier dans Le secret de la chambre noire, amoureux de Claire, ainsi que celui de Quentin Dolmaire découvert dans Trois souvenirs de ma jeunesse qui interprète celui du fils de Claire. Les deux « Catherine » sont donc excellentes dans le rôle de ces deux femmes que tout oppose ; tant le caractère, la personnalité que leur passé. Entre la joueuse invétérée — Béatrice joue à « La marseillaise » [1] — ( qui (s’)illusionne sur sa richesse et sa noblesse et la sage femme, travailleuse, compétente et performante pour qui il est si difficile de pardonner des relations vont se nouer, se dénouer, se construire apportant en même temps à l’écran le souvenir de tensions issues d’un passé douloureux qui va réveiller l’image d’un père et d’une maîtresse.

Si les deux Catherine (Frot et Deneuve) font ainsi la paire à merveille, le film est un peu trop long (près de deux heures) et tourne parfois au docu-fiction sur l’accouchement et le travail de sage femme. C’est que l’on assiste à six véritables accouchements filmés en Belgique (en accord avec la loi belge relative aux tournages avec des bébés et bien sûr avec l’autorisation des mamans. Toutefois, ce n’est finalement pas le thème du film même si ces scènes étaient très importantes pour le réalisateur qui a ainsi pu bénéficier du savoir-faire d’une sage femme lors de sa propre naissance.

Dès lors, un peu plus de rigueur dans le scénario, un focus sur le thème principal, à savoir la relation entre ces deux femmes aurait été le bienvenu. S’il faut rappeler qu’Olivier Gourmet il est dommage que la musique insiste parfois trop lourdement pour dire au spectateur quand il doit être ému par ce drame que l’on ne peut que conseiller de voir sur grand écran malgré ces réserves « cinématographiques ».


L’authenticité des accouchements...

A ce propos, à la question posée au réalisateur : Le film montre de vrais accouchements auxquels Catherine Frot a réellement participé. Cette authenticité dans l’action était-elle incontournable pour vous ? celui-ci répond : "Oui. Avec Olivier Delbosc nous étions d’accord sur un point, dans les films, trop souvent, les bébés qui naissent sont énormes et trop bien portants, ça sonne très faux ! Je voulais filmer la vie en vrai, l’essence même de la vie, ce par quoi nous sommes tous passés et non sa représentation plus ou moins édulcorée.

Pour cela, nous avons dû tourner ces scènes en Belgique car la loi française ne permet pas de tourner avec des bébés de moins de trois mois. Ce fut un travail long et complexe : il a fallu trouver des femmes qui venaient de tomber enceintes et qui acceptent que leur accouchement soit filmé six mois plus tard, trouver des maternités qui nous autorisent à le faire.

Catherine Frot a suivi une formation. Elle a assisté à des accouchements en amont du tournage, y a participé.

La relation entre nous et les futures mamans, mais aussi avec leurs maris, s’est avérée très fluide et très naturelle. Et la chance a été de notre côté. Nous avons pu filmer au final six accouchements en direct. Cela s’est fait en équipe très réduite : Catherine Frot, le chef opérateur et le perchman. Moi j’étais dans la pièce à côté derrière mon moniteur avec ma scripte.

Je n’ai jamais autant pleuré que lorsque Catherine a mis au monde son premier bébé. (extrait du dossier presse).


Diaporama

© Michaël Crotto

 <br width='500' height='309' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='314' />  <br width='500' height='332' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='400' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/JLRz77uIhAE
EXCLU - La bande annonce de "Sage-femme" de Martin Provost - YouTube


Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Hidden Figures (Les figures de l’ombre)
le 28 janvier 2017
Justice League
le 10 novembre 2017
Second Act
le 15 décembre 2018
Good Luck Algeria
le 3 avril 2016
La Légende de Manolo (The Book of Life)
le 16 octobre 2014
Comment j’ai rencontré mon père
le 2 mai 2017
Pas son genre
le 1er septembre 2014
Paddington 2
le 25 novembre 2017
En man som heter Ove (A Man Called Ove)
le 5 juin 2016
Wonder Woman
le 16 juin 2017
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.99