Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Matt Ross
Captain Fantastic
Sortie le 12 octobre 2016
Article mis en ligne le 21 août 2016

par Charles De Clercq
Imprimer logo imprimer

Viggo Mortensen en génial Robinson, baba-cool, en forêt avec ses enfants.
Un road movie dramatique et humoristique, superbe et émouvant ! 89/100

Synopsis : Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris.

Acteurs : Viggo Mortensen, Frank Langella, Kathryn Hahn, George MacKay

 L’acteur passe derrière la caméra

Matt Ross est un acteur avant d’être scénariste et réalisateur. Essentiellement un acteur de séries télévisées, même s’il a joué notamment dans les prestigieux Face/Off, American Psycho, Twelve Monkeys ou Aviator. Captain Fantastic est quasiment [1] son premier long métrage. Nous ne savions rien du film, même pas de son passage à Cannes [2] ! Le titre pouvait faire penser à un film de super héros (et, tous comptes faits, d’une certaine manière, il l’est) ou encore une fantaisie enfantine, à la « Disney ».

 Drame ou comédie ?

Et c’est à toute autre chose que nous invite Matt Ross grâce à un film qui secoue fameusement toutes nos idées préconçues et surtout le cocotier sur lequel nous nous trouvons. En gros, très gros, c’est l’histoire d’une famille recluse et repliée sur elle-même, vivant à la sauvage, en pleine forêt, dans la nature et qu’un élément externe va faire faire un exode hors de ce « trou » ! Toutefois, ce repli en mode « Robinson Crusoe » n’est pas le même que celui de Karen et John dans Couple in a Hole de Tom Geens tandis que l’exode de Ben (Viggo Mortensen) et de ses enfants, hors du lieu où ils se sont « enfermés » en pleine nature, n’est pas le même que celui de Ma et Jack dans Room de Lenny Abrahamson !

Le film oscille entre le drame et la comédie et nous laisse souvent en porte-à-faux, admiratif devant ce père qui éduque seul ses enfants, filles et garçons, à la dure, mais en même temps, inquiet et interrogatif face à une telle contestation de modes de vie qui sont les nôtres ! Le film (se) joue de cela avec élégance et savoir-faire grâce à un excellent casting ! Si tous les jeunes acteurs ne sont pas connus, ils sont en parfaite symbiose avec les adultes - comme tels dans le scénario -, mais également avec les acteurs, chevronnés souvent, qui les interprètent.

 Violence en forêt !

Tout commence très fort : nous sommes dans la forêt, nous voyons un cerf broutant dans l’herbe, ne voyant pas une menace quasiment invisible, sauf pour nous, dans les fourrés, un visage humain, noirci à la boue qui a séché. L’on se doute bien que quelque chose se trame et de fait, il va se passer quelque chose : l’animal va être attaqué et mis à mort par un jeune homme (Bo, interprété de façon absolument géniale par George MacKay, que nous avons vu récemment dans Pride de Matthew Warchus, en 2014). Déjà là, le spectateur n’est pas caressé dans le sens du poil. C’est que, en principe, on peut tuer des humains au cinéma, mais il en va autrement pour les animaux et on attend parfois le générique final pour voir si le label de l’AHA (American Humane Association) a été accordé. Alors on vous rassure, oui, il l’est... mais on sait aussi toutes les controverses sur ce thème. Et justement, pour revenir à celui du film, cette mise à mort, certes spectaculaire, est-elle plus violente que celle qui se cache dans les abattoirs ? Ce mode de vie, à la dure, que prône un père pour ses enfants s’oppose ainsi à nos modèles de société où la violence est cachée bien loin (de nos assiettes, par exemple).

 Vivre en autarcie

Cette famille n’est pas totalement coupée de tout. Sa vie en forêt est spartiate, mais elle bénéficie cependant de certains biens venus de la société de consommation, mais ils servent plutôt à gérer l’autarcie alimentaire. Ainsi on peut avoir des bocaux en verre pour stocker les aliments récoltés sur place... mais on allumera le feu avec des silex. Il y des règles de vie, des horaires à respecter, des activités très physiques pour maintenir le corps opérationnel et en forme. Il y a aussi l’éducation intellectuelle de (très) haut niveau. On découvre aussi que l’ainé a un secret (par le biais de lettres qu’il reçoit. Nous n’en dirons pas plus). Tout va bien ou semble bien aller dans ce coin de paradis terrestre, même si ce n’est pas toujours de tout repos ni sans risque (voir, notamment, la séance d’escalade !). Et un jour, Ben apprend une terrible nouvelle : son épouse qui était hospitalisée depuis quelques mois est décédée. Sans trop « spoiler », disons qu’il y a du conflit avec les beaux-parents de Ben, à la fois pour cette fuite dans la nature, mais aussi pour des questions de funérailles religieuses. Quoi qu’il en soit, ce décès va mobiliser toute cette famille qui va se mettre en route dans un vieux bus pour un inénarrable road movie. Celui-ci fait l’objet d’une bonne part du film et confronte notre joyeuse famille à des situations parfois cocasses : ainsi la façon de faire ses achats dans une grande surface ; la découverte d’Américains obèses (un pléonasme peut-être ?), la façon dont le père explique ce qu’est un viol à ses enfants, de façon triviale et technique ; la rencontre de l’ainé avec une fille dans un camping... c’est à se tordre de rire malgré le drame qui est sous-jacent. Il y aura ensuite la rencontre avec le frère de Ben et sa famille, occasion d’échange sur les modes d’éducation ; en somme une confrontation avec un monde ou règnent Facebook, Pokemon et jeux vidéo !

 Etre civilisé ?

Et c’est justement là tout l’intérêt du film. C’est que nous sommes partagés par les choix de Ben. Une part de nous interroge celle qui se complait dans un monde artificiel prôné par la société de consommation tandis qu’une autre n’est pas prête à abandonner tout cela. Tout à tour les protagonistes du film nous questionnent à travers leurs échanges. Ce sont les choix de vie, d’éducation, de scolarisation qui sont ici au centre du débat. Quelle est la responsabilité parentale ? Peut-on se passer de la société « civilisée » ? Peut-on s’abstraire des autres ? Et quand on est l’ainé, faut-il rester dans le nid ? Comment s’ouvrir à un futur à un amour respectueux ? Comment s’ouvrir au monde quand on ne connait que la Constitution des USA ou Noam Chomsky, même si on n’est pas dupe de l’emprise des religions, du consumérisme et de la société du capital !

Nous vous laissons découvrir la suite à l’écran... car le point de ralliement n’est pas un terminus, mais une étape dans le road movie, une étape dans la vie. Il y aurait des sacrifices à faire ? Quel holocauste à offrir sur quel autel pour préparer un avenir ? Quelle(s) mission(s) pour demain ? Ici ou ailleurs ? Dans la forêt, à l’abri, sans les « autres »... ou autrement !

 Un coup de cœur !

Un film absolument décapant, étonnant : un véritable coup de cœur, certes pas sans défauts, mais qui, grâce à un casting du tonnerre [3] en totale symbiose, donne une force extraordinaire à ce drame sur une ligne de crête avec la comédie. Pas une comédie dramatique, mais un drame empli d’une très joyeuse humanité. Des images superbes que nous devons au génie de Stéphane Fontaine (à qui l’on doit De rouille et d’os, Un prophète, De battre mon cœur s’est arrêté). Images, brillamment illustrées musicalement sous la supervision de Chris Douridas.

 Diaporama

 Bande-annonce :

Notes :

[1Certes il y a eu 28 Hotel Rooms en 2012, film « indépendant », bien reçu à Sundance. Mais ce film qui raconte la rencontre d’un homme et d’une femme - ou plutôt leurs rencontres successives, dans un hôtel, au cours du temps - tourné avec peu de moyens et en trois semaines n’a pas été vraiment accueilli par le public. Ce film ne semble pas avoir été diffusé en Europe, sauf en Festivals et il n’est pas disponible en DVD avec sous-titres français.

[2(même un cinéphile ne peut tout suivre)

[3« Nous avons pris beaucoup de temps à choisir chaque acteur, explique Shivani Rawat. Matt a été formidable, il leur a beaucoup parlé pour vraiment saisir ce que chacun pouvait apporter à son personnage. »
Lynett Howell Taylor ajoute : « Ce casting était un vrai défi, mais nous nous sommes beaucoup amusés, car chacun des six enfants avait été encouragé à être aussi individualiste et original que son prénom, inventé par ses parents. L’un des aspects du scénario que je préfère, c’est que chacun d’eux a un ressenti différent. Il fallait donc laisser à chacun assez de temps pour qu’il se raconte : ils ont tous une scène qui nous permet de comprendre à quel stade de leur vie ils se trouvent. Tous ces acteurs ont non seulement un talent immense, mais aussi une véritable passion pour leur métier. Chacun a apporté sa magie particulière au film. »
Jamie Patricof acquiesce : « Je n’avais jamais vécu un casting aussi complexe que celui qui nous a permis de créer cette famille ex nihilo. Mais c’est là tout le talent de Matt, et c’était essentiel à la réussite du film. » (extrait du dossier presse)


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

John Wick
le 23 novembre 2014
Mange tes morts - Tu ne diras point
le 16 mars 2015
Un début prometteur
le 24 septembre 2015
Zurich
le 2 mai 2015
Twilight of a Life (Au crépuscule d’une vie)
le 4 octobre 2015
Miss Julie (Mademoiselle Julie)
le 13 novembre 2014
Night Moves
le 1er septembre 2014
Vergine giurata (Sworn Virgin)
le 11 septembre 2015
Parasol
le 13 janvier 2016
Er ist wieder da (Il est de retour)
le 27 décembre 2015


pucePlan du site puceEspace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.2