Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Les critiques de Julien Brnl
La Villa
Réalisateur : Robert Guédiguian
Article mis en ligne le 29 novembre 2017
dernière modification le 6 août 2019

par Julien Brnl

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 29 novembre 2017

Signe(s) particulier(s) :

  • le film a été tourné pendant l’hiver dernier, intégralement dans la Calanque de Méjean, près de Marseille ;
  • c’est la 19ème fois que l’épouse du réalisateur, Ariane Ascaride, tourne pour son mari, et la 16ème fois que l’acteur Jean-Pierre Daroussin tourne également pour ce dernier.

Résumé : Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils aîné, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…

La critique

Deux frères et leur sœur se retrouvent au chevet de leur père, et ressassent les souvenirs et drames du passé ayant secoué leur vie de famille. Avec son nouveau film, Robert Guédiguian reste fidèle à ses thèmes de prédilection, qui plus est, dans son Marseille natal, entouré de ses acteurs fétiches.

« La Villa », c’est une longue et contemplative conversation de famille, qui au-delà des discussions qui en sont centrées, aborde des thèmes actuels, tels que la crise migratoire ou encore la question de l’amour malgré la (grande) différence d’âge, ainsi que (et comme d’habitude, par contre) des conséquences de l’économie, et l’héritage de la classe ouvrière, avec un regard de communiste.

Dans les décors fantomatiques d’un port de plaisance marseillais abandonné dans la calanque de Méjean, et dans lequel ne subsistent que deux familles (le tout bien entendu, pour les besoins du film), Guédiguian ne prend pas beaucoup de risques, et remue davantage le couteau dans la plaie, qu’il ne la soigne.

Pessimisme et mélancolie, tels sont les sentiments qui se ressentent de son vingtième accomplissement, même si, étonnement, le ciel s’éclaircit tout le long du film, pour se terminer alors sur une note d’espoir, à défaut de nous laisser tomber là, sans nous permettre de dire au revoir à ses personnages, alors qu’une évolution en émergeait...

Bande-annonce :

Lien vers la critique de Cinécure



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Hunter Killer
le 19 décembre 2018
UTØYA, 22 JUILLET
le 15 décembre 2018
Love, Simon
le 25 juin 2018
Prendre le Large
le 11 décembre 2017
Eva
le 26 avril 2018
Le Daim
le 28 juillet 2019
Kursk
le 13 novembre 2018
L’Échappée Belle / The Leisure Seeker
le 14 janvier 2018
Bad Moms 2
le 29 novembre 2017
Laissez bronzer les cadavres
le 16 janvier 2018
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.2