Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Les critiques de Julien Brnl
Heureux Comme Lazarro
Réalisateur(s) : Alice Rohrwacher
Article mis en ligne le 9 décembre 2018

par Julien Brnl

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 07 novembre 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • troisième long métrage de la scénariste et réalisatrice italienne Alice Rohrwacher ;
  • après « Corpo Celeste » présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2011, puis « Les Merveilles » trois ans plus tard et gagnant du Grand Prix, « Heureux Comme Lazarro » a remporté cette-ci au Festival de Cannes le Prix du scénario, ex-æquo avec Nader Saeivar et Jafar Panahi pour « Trois Visages ».

Résumé : Lazzaro, un jeune paysan d’une bonté exceptionnelle vit à l’Inviolata, un hameau resté à l’écart du monde sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna.
La vie des paysans est inchangée depuis toujours, ils sont exploités, et à leur tour, ils abusent de la bonté de Lazzaro.
Un été, il se lie d’amitié avec Tancredi, le fils de la marquise. Une amitié si précieuse qu’elle lui fera traverser le temps et mènera Lazzaro au monde moderne.

La critique de Julien

Pour son troisième film en solo, Alice Rohrwacher nous embarque pour un voyage intemporel au cœur de l’Italie, en compagnie de Lazarro, un jeune paysan d’une bonté sans égal vivant à l’Inviolata, un hameau isolé et exploité par une marquise cachant à ses habitants l’abolition du métayage. Malgré leur rendez-vous manqué avec l’Histoire, Lazarro, lui, se retrouvera projeté dans le monde moderne, tranchant systématiquement avec la civilisation paysanne dans laquelle il a grandi...

Aussi bien réaliste qu’onirique, « Heureux Comme Lazarro » est une œuvre de cinéma (trop) originale, voire déstabilisante. Divisée en deux parties, ce film pose d’abord un regard bienveillant et juste sur ces personnes laissées-pour-compte, mais essuyant dans l’ombre la misère et les crasses laissées par l’humanité, et cela au travers du portrait rural de Lazarro, interprété par la révélation Adriano Tardiolo, et son visage angélique. Aussi, le film est un manifeste sur le métier de paysan d’hier, alors confronté à des conditions de travail et humaines immondes. La réalisatrice met au passage en lumière une reconstitution de l’Italie paysanne de pré-migration vers les villes, filmée en 16mm, et donc sublimée par une image granuleuse à souhait. Et puis, tout d’un coup, le récit tourne vers quelque chose de plus mystique et fantastique, puisque notre anti-héros se réveillera un bon matin bien des années plus tard...

À la recherche de réponses et de certaines personnes, le périple de Lazarro consiste alors dans cette seconde partie à ce qu’il s’interroge sur l’évolution des époques, malgré leurs contradictions et similitudes. Plus politique, ce virage à cent quatre-vingts degrés nous invite à prendre conscience que les choses n’ont socialement pas bien changées en Italie, elle dont les plaies sociales et douloureuses sont bien visibles...

À mesure que l’histoire devient de plus en plus philosophique et conceptuelle dans sa forme, « Heureux Comme Lazzaro » nous fait perdre pied. Le discours manque alors d’empreinte et d’approfondissement, tandis qu’il se mue en une fable mystérieuse sur les désillusions d’un monde qui change. Mais situé à part, et bien ancré dans la filmographie de sa cinéaste, ce film est un pur moment de poésie au service de propos politico-sociaux, embellis par une photographie et un acteur principal renversants.

Lien vers la critique de Cinecure

Diaporama

 <br width='500' height='304' />  <br width='500' height='323' />  <br width='500' height='304' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Copyright Tempesta 2018

Bande annonce (VO)



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Call Me By Your Name
le 26 avril 2018
Dilili à Paris
le 29 octobre 2018
Glass
le 26 janvier 2019
Styx
le 23 janvier 2019
Les grands esprits
le 16 octobre 2017
A Beautiful Day / You Were Never Really Here
le 28 novembre 2017
Alex, le Destin d’un Roi
le 20 avril 2019
Tout l’argent du monde
le 7 janvier 2018
Demi-Sœurs
le 12 juin 2018
La part sauvage
le 26 avril 2018
RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.93