logo article ou rubrique
Pablo Larraín
Ema
Sortie du film le 14 avril 2020 en VoD Premium sur Proximus Pickx, Universcine...
Article mis en ligne le 25 janvier 2020
dernière modification le 13 avril 2020

par Charles De Clercq

Synopsis : Ema, jeune danseuse mariée à un chorégraphe de renom, est hantée par les conséquences d’une adoption qui a mal tourné. Elle décide de transformer sa vie.

Acteurs : Gael García Bernal, Mariana Di Girolamo, Santiago Cabrera

Le nom de Pablo Larraín, qui a réalisé, notamment

  • No,
  • le très remarquable El Club, un film sombre, noir, âpre sur un club censé mettre à l’écart des prêtres pédophiles,
  • Neruda où Gael García Bernal excellait et volait quasiment la vedette à Alfredo Castro dans le rôle de Neruda, et
  • Jackie qui proposait le regard d’une veuve sur l’époux qu’elle venait de perdre et où Pablo Larraín rendait brillamment compte de ce couple avec pudeur en pellicule 16 mm

doit a priori entraîner l’adhésion du critique et du public qui apprécie ce cinéaste. D’autant plus qu’avec l’excellent Gael García Bernal, le film promettait de surfer sur l’excellence.

Toutefois, le titre c’est Ema et non Gastón (son époux chorégraphe) comme le fait remarquer Thibault dans sa critique. C’est que celle-là est au centre du film. Elle attire les regards et semble vouloir être le centre des univers qui composent sa vie.

Toutefois, le film qui narre son histoire aborde tant d’histoires ou d’intrigues :

  • l’abandon d’un enfant adopté, la chorégraphie et les danses,
  • le rapport du chorégraphe (avec même un léger questionnement sur son identité affective) avec ses danseurs et danseuses,
  • les liens, affectifs et sexuels, que tisse Ema avec les nouveaux parents adoptifs de l’enfant abandonné,
  • ou encore avec des copines de sa troupe,
  • la bisexualité d’Ema ...

qu’il est difficile de connaitre le véritable focus de ce nouveau long métrage de Pablo Larraín.

Ajoutons-y un thème récurrent où l’on découvre Ema comme incendiaire urbaine (accompagnée de ses copines). Le plan inaugural (la mise à feu d’un feu de signalisation) et le plan final (où Ema remplit un jerrycan d’essence) semblent indiquer qu’il s’agit d’un fil rouge du film, d’autant plus, qu’au milieu de celui-ci, Ema annonce qu’elle mettrait bien le feu à Gastón au milieu d’une choré...

Il est hélas bien difficile de faire un lien entre cette dimension incendiaire de l’héroïne dans le film. Celui-ci perd donc toute l’incandescence dont on pouvait rêver et le fan du réalisateur voit sa flamme s’éteindre !

Le film mériterait probablement une seconde vision que nous ne voulons pas nous imposer à ce stade. Pas de cotation ou d’étoiles, car le problème est peut-être du côté du critique qui rédige cet article. Fiez-vous à vos amis et prenez connaissance d’autres avis.

https://www.youtube.com/embed/kPwXkr3F7VU
Ema | Trailer oficial [HD] | Fabula - YouTube