Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Varante Soudjian
Walter
Sortie le 20 mars 2019
Article mis en ligne le 6 avril 2019

par Julien Brnl

Signe(s) particulier(s) :

  • premier long métrage du réalisateur et auteur Varante Soudjian ;
  • tourné dans un vrai supermarché en Belgique ;
  • on retrouve notamment au casting du film le Youtubeur Tonio Life (de son vrai nom Alexandre Antonio) et les deux acteurs principaux de la web-série « Les Déguns », Karim Jebli et Nordine Salhi.

Résumé : Pour Goran et son équipe de braqueurs amateurs, le plan était presque parfait : pénétrer de nuit dans un hypermarché pour dévaliser une bijouterie. Mais ces « bras cassés » n’avaient pas prévu l’arrivée d’un vigile pas comme les autres : Walter, un ex-chef de guerre africain qui va les envoyer en enfer…

La critique de Julien

Avant tout réalisateur de séries (dont « Access », sur les coulisses du milieu des Youtubeurs avec Ahmed Sylla) et de courts-métrages, Varante Soudjian réalise ici son premier long intitulé « Walter », une comédie de braquage très sympathique, dans laquelle une équipe de braqueurs amateurs se retrouve, en plein casse d’une bijouterie depuis un hypermarché, face au vigile du magasin. Mais pas de chance pour lui : Walter se retrouvera aussitôt enfermé dans la chambre froide, tandis qu’ils lui manqueront de respect. Ou plutôt devrait-on dire pas de chance pour eux, étant donné que le bonhomme en question est un ex-chef de guerre africain, dont on avait perdu la trace… Autant dire que pour ces gaillards aussi bêtes que leurs pieds, la nuit risque d’être longue !

« Walter » n’est pas en soi pas le film de casse du siècle. Pourtant, si on se penche du côté du scénario, ce film n’a d’autre prétention que celle de faire rire. Et pour l’occasion, c’est une réussite. Et non, il n’est pas question ici de comique de situation, ou encore de quiproquo scénariste jouant sur les mots, mais bien d’une confrontation inattendue entre une bande de braqueurs débutants et un agent de la sécurité sur-expérimenté. Alors qu’ils pensaient leur plan infaillible, et pouvoir dérober des bijoux en toute tranquillité, force est de constater qu’ils ne s’attendaient certainement pas à tomber face à un colosse à ne surtout pas embêter. Pas très malins dans leur manière de s’y prendre, et affichant en plus un quotient intellectuel plutôt faible, les lascars en question vont donc littéralement mordre la poussière, et prendre un ticket direct pour les enfers ! Ce retournement de situation, plutôt cocasse, est ici extrêmement propice à la déchéance de cette bande de zigotos assez atypique, et, il faut bien l’avouer, trèsmarrante. Il y a tout d’abord le chef des opérations, Gora (Alban Ivanov – « Le Sens de la Fête », « Le Grand Bain »), qui doit prendre son mal en patience face à l’incapacité de ses hommes à suivre ses instructions, tout comme face à leur(s) imbécilité(s). Car plus d’une fois, on aurait bien envie, tout commelui, de se taper la main sur le visage face au caractère, façon mouche qui vole, de leurs réactions. Dans le rôle du gérant pervers du magasin, David Salles (vu notamment dans « Taxi 5 ») est également ébouriffant de stupidité, tandis que le Youtubeur Tonio Life (Alexandre Antonio) nous offre, lors d’un face-à-face avec Walter, un accent africain mémorable, afin de l’amadouer, en lui parlant notamment de famille et d’appartenance… Comment passer aussi à coté des acteurs principaux de la web-série « Les Déguns » : Karim Jebli etNordine Salhi (leur film, inédit en Belgique, est d’ailleurs sorti l’année passée), lesquels forment une paire totalement improbable. Alors que leur accent marseillais est très prononcé, et que leur français est affreusement hilarant, les deux compères n’agissent ici qu’au premier degré, se faisant alors sans cesse piéger étant donné leur manque de jugeote. Et puis, il a évidemment Walter, droit dans ses bottes, imposant et ferme, joué par l’acteur, danseur, musicien et metteur en scène burkinabé Issaka Sawadogo.

Blessé par l’irrespect de ses bourreaux (pourtant pas méchants) à son égard (ou plutôt envers sa femme, via des SMS compromettants), il mettra alors au point un plan de vengeance fantaisiste, en faisant physiquement subir aux braqueurs ce qu’ils lui ont fait subir moralement.



Au hasard...

Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.7