logo article ou rubrique
Oscar Spierenburg (2013)
Vanitas
Sortie ???
Article mis en ligne le 23 juin 2015
dernière modification le 8 août 2019

par Charles De Clercq

Synopsis : Sarah, une jeune restauratrice d’art, fait un stage à Paris. Tout se passe bien, mais l’ambiance change brusquement quand elle découvre des copies de chefs d’œuvre célèbres. Le remplacement des originaux se réalise pendant la restauration. Sarah rentre en Belgique à la recherche des pratiques d’un groupe secret qui s’appelle « Les amis des maîtres », référant aux maîtres comme Rembrandt et Rubens.

Avec sa meilleure amie Valérie, elle plonge dans le monde ambigu de l’art, un monde qu’elle avait tendance à idéaliser. Combien son père, un grand restaurateur lui même, sait-il de la fraude ? L’ancien collègue de son père, Van der Veken, est-il au courant ? Et quelles seront les conséquences si Sarah révèle un des secrets les mieux conservés dans l’histoire de l’art occidentale, le projet « Vanitas » ?

Acteurs : Manon Verbeeck, Laura Verlinden, Dirk Roofthooft, Pjeroo Roobjee, Erico Salamone, Benjamin Ramon…

Vanitas est un film sur le monde de l’art d’aujourd’hui. Le film, aborde à quel point il est important de savoir ce qui est « authentique » de ce qui est « faux », ce qui est « réel » de ce qui est « irréel ».
L’histoire est celle de Sarah, une jeune femme, qui suit les traces de son père, restaurateur de tableau et est confronté aux copies de chefs-d’œuvre. Elle décide donc de chercher la terrible vérité de ce monde qu’elle idéalisait.

Une intéressante réflexion sur le vrai/faux qui débute comme un documentaire et se termine sous forme de thriller.

La fin de l’intrigue nous fait découvrir que l’interprétation des faits et des intentions peut mener à des effets pervers ou contre-productifs et qu’en tout cas, il vaut mieux parler franchement plutôt que de penser que l’on comprendra sans explications (ainsi envoyer sa fille à Paris sans donner le but est ici un élément qui va mener à la perte… définitive d’œuvres d’art).

Dommage que le réalisateur se complaise à plusieurs effets de style (ralentis ou autres) inutiles qui nuisent à la fluidité du film.