Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Nadir Moknèche
Lola Pater
Sortie le 9 août 2017
Article mis en ligne le 10 juin 2017
dernière modification le 14 août 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Un drame profondément humain excellemment interprété par Tewfik Jallab et Fanny Ardant.
Un fils en quête d’un père (à qui il manquerait quelque chose d’essentiel ?) ! 83/100

Synopsis : A la mort de sa mère, Zino décide de retrouver son père, Farid. Mais, il y a 25 ans, Farid est devenu Lola…

Acteurs : Fanny Ardant, Tewfik Jallab, Nadia Kaci, Lucie Debay

Le synopsis de Lola Pater, ultra court pouvait laisser craindre le pire soit une comédie graveleuse, un mauvais vaudeville. Ce pouvait être aussi un drame difficile, insoutenable, une tragédie grecque comme Strella de Panos H. Koutras (avec une inversion des rôles).

Ce sont toutefois d’autres pistes que propose Nadir Moknèche à qui l’on doit Goodbye Morocco (2012) et, auparavant Délice Paloma (2007) (sans compter Viva Laldjérie en 2004 et Le Harem de Mme Hosmane en 2000).

Si Lola Pater n’est pas une biographie ni une autobiographie, le réalisateur puise cependant dans son passé, son histoire, ses rencontres pour offrir un drame qui navigue sur une ligne de crête pour traiter d’au moins deux sujets tabous dans les communautés d’origine et/ou de confession musulmane (et même au-delà) : les personnes transgenres et l’homosexualité.

Pour les mettre en scène au cinéma, le réalisateur – qui a toujours intégré dans ses films un personnage ouvertement homosexuel – a fait le choix de deux grands acteur et actrice : Tewfik Jallab (Né quelque part, La marche, L’outsider) et Fanny Ardant [de La femme d’à côté de Truffaut, à Huit femmes de François Ozon… en passant par Pédale douce de Gabriel Aghion (où elle obtient en1996 le César de la meilleure actrice].

Sans minimiser les autres rôles, ces deux acteurs portent à bout de bras et à l’incandescence le rôle d’un fils en quête de père et qui trouve à l’arrivée un homme/père « qui n’a plus de zob ». Il fallait ces deux-là pour donner corps et voix à ces rôles. Ils le font de façon magistrale, jouant le drame avec intelligence, parfois avec un soupçon de comédie, sans excès, instillant un peu d’humour dans des situations intenses et lourdes d’une identité trouble. S’ajoute à cela que le père, devenu femme, a une compagne. Il s’identifie comme « un hétéro devenu lesbienne ».

Tout le film est traité avec tendresse et humanité et montre qu’il est possible de dépasser, de transcender les tabous culturels et religieux. Bien plus, en toile de fond du film, à la réponse de la quête d’un père, il y a, en miroir, la quête d’un fils et le devenir, avenir et destin d’un couple qui s’est disloqué.

Une question surgira probablement, relative au genre. Pourquoi ne pas choisir un acteur transgenre pour interpréter un tel rôle ? Posée plus souvent pas certain-e-s militant-e-s LGBT la question doit être entendue (même si certains relèveront de façon positive le fait d’avoir choisi une actrice pour interpréter le rôle de Lola, devenue femme parce qu’elle se sentait emprisonnée dans le rôle d’un homme, un corps qui n’était pas le sien).

A cette question d’un-e acteur/trice transgenre, le réalisateur répond : « Pourquoi pas algérienne, arabe ? Devrait-on faire jouer Shakespeare uniquement par des aristocrates britanniques ? L’identité de l’acteur et du rôle serait la fin de la représentation. Le jeu théâtral ou cinématographique permet tout à la fois de questionner les identités et de les explorer – on aurait tort de s’en priver.

Je pense que je suis bien placé pour connaître les problèmes des minorités. J’ai parlé de la liberté des femmes, y compris dans le mariage interreligieux, interdit aux musulmanes. Dans mes films, il y a toujours eu un personnage ouvertement homosexuel. Je contribue, je l’espère, à l’évolution des mentalités. Dois-je attendre une fatwa contre moi pour être homologué ?

Le choix de Fanny Ardant s’est imposé de lui-même. Elle et moi, nous nous sommes investis corps et âme dans ce personnage de Lola. »

Diaporama

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/oTwRrGfOFnY
LOLA PATER - BANDE ANNONCE - YouTube

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Violet
le 15 octobre 2014
Journal d’une femme de chambre
le 12 mars 2015
The Woman in Black 2 : Angel of Death (La dame en noir 2)
le 20 décembre 2014
Lolo
le 25 octobre 2015
We Are What We Are
le 1er septembre 2014
Adopte un veuf
le 15 avril 2016
Avengers : Age of Ultron (Avengers : L’Ère d’Ultron)
le 21 avril 2015
Iris
le 19 octobre 2016
Plan Bart
le 13 septembre 2014
Focus (Diversion)
le 19 mars 2015


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.25