Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Paco León
Kiki, el amor se hace (Kiki, Love to Love)
Sortie le 24 août 2016
Article mis en ligne le 15 juillet 2016
dernière modification le 29 août 2016

par Charles De Clercq
logo imprimer

Une ode à l’amour bon et permis entre adultes consentants !
Note en clin d’oeil, à l’image du film, jubilatoire, déjanté et très sexe ! 69/100

Synopsis : Cinq histoires d’amour lors d’un été brûlant à Madrid. Nos protagonistes découvrent de nouveaux penchants sexuels aussi loufoques qu’étonnants aux noms imprononçables : Dacryphilie, Eliphilie, Somnophilie... Dans cette comédie espiègle décalée, tous les tabous sont brisés un à un. Nos couples entrent alors dans une libération excitante dans laquelle aucun plaisir n’est refoulé.

Acteurs : Avec Natalia de Molina, Alexandra Jiménez, Álex García, Jacobo Sánchez, Candela Peña

Nous avons eu une étrange sensation de « déjà vu » lors de la vision du film. Il s’agit il de l’histoire non pas de cinq couples mais de cinq histoires amoureuses, intercalées et qui se rassemblent ou plutôt se rencontrent ou se frôlent à la fin du film à l’occasion d’une fête foraine. « Déjà vu » qui nous faisait nous demander si nous ne l’avions pas déjà découvert dans un Festival ! Nous pensions d’ailleurs « court-métrages » ou nouveau montage. C’est que nous ne nous « souvenions » pas du film. Nous savions ce qui allait se passer dans les différents « sketches » et le film était donc semblable et pourtant différent, changé, modifié. Impossible de faire les liens jusqu’à ce qu’un échange à la sortie avec un des membres de l’équipe de Cinéart nous donne une indication. Kiki, el amor se hace est un remake d’un film australien. Bingo ! Nous avions une piste.

Et de fait, en consultant nos fiches, il s’agissait de The Little Death, dont le titre « français » est If You Love me..., écrit et réalisé par Josh Lawson en 2014. L’impression de « déjà vu » s’expliquait donc. Les histoires étaient identiques mais la construction et la réalisation du film différentes. Ici, le jeune acteur, scénariste et réalisateur Paco León adapte le film australien. Il s’agit de son troisième long métrage et il écrit à ce sujet : « Ce troisième film représente pour moi le défi de mener à bien ce projet avec assez de liberté et de confiance pour faire les choses à ma manière mais sans être ni le producteur ni à l’origine de l’idée. Ma motivation a toujours été de travailler en m’amusant, avec beaucoup d’acteurs ou d’actrices que j’admire et de poursuivre mes recherches et mon apprentissage grâce à cette nouvelle aventure cinématographique. KIKI - L’AMOUR EN FÊTE est une comédie qui parle de sexe de manière originale, impartiale, amusante et romantique car je crois vraiment que le sexe reste la meilleure manière de faire l’amour.  »

Semblable et cependant différent de l’original, Kiki est assez jubilatoire, probablement dispensable, d’autant que les « affections » sexuelles dont il est question sont relativement rares. Dispensable et que l’on risque d’oublier assez vite (comme ce fut le cas pour l’original) ce qui n’enlève rien au plaisir de découvrir le film et de rire de très bon cœur. Le réalisateur joue donc dans un des sketches (celui où il interprète... Paco ! Voir illustration en tête d’article). Il bénéficie d’une expérience sur les planches de théâtre et a aussi joué le rôle de Luisma dans la série « Aìda », où, de 2005 à 2014, il interprète le frère du personnage principal. C’est un rôle qui la rendu très populaire et lui a permis d’être récompensé à plusieurs reprises. Ce dernier film a « cartonné » en Espagne où il a engrangé plus de six millions d’euros au box office !

Notons enfin que le générique est à lui seul un petit bijou ! Il mêle animaux, humains, fruits et végétaux. Un film qui invite les humains a être tolérants. Peu importe qui on aime, l’objet de son amour, la façon d’arriver au plaisir, pour autant qu’il s’agisse d’adultes consentants, l’essentiel est d’aimer. telle est une leçon que nombre de spectateurs retiendront de ce film. Ils comprendront aussi, nous l’espérons, notre note au second degré, en clin d’oeil, mais un oeil au bord des larmes (celles-là qui viennent quand on rit beaucoup).

Diaporama

Bande-annonce :


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés



Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57