Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Guillaume Senez
Keeper
Sorti le 9 mars 2016
Article mis en ligne le 19 septembre 2015
dernière modification le 16 mars 2016

par Charles De Clercq
logo imprimer

Un regard humain sur la mise au monde d’un enfant par des ados.

Synopsis : Maxime et Mélanie s’aiment. Ensemble, ils explorent, avec tendresse et maladresse, leur sexualité. Quand Mélanie apprend qu’elle est enceinte, Maxime accepte mal la nouvelle, mais se fait peu à peu à l’idée de devenir père et convainc alors Mélanie de garder l’enfant. C’est maintenant décidé : du haut de leurs quinze ans, Maxime et Mélanie vont devenir parents.

Acteurs : Catherine Salée, Galatea Bellugi, Kacey Mottet Klein, Sam Louwyck

Voici un film qui devra plaire, en particulier aux adolescents (mais ce ne sera pas plus mal de le voir avec des adultes) car il traite de façon « very cute », mignonne, gentille, pleine de bons sentiments de questions délicates et difficiles (même si le langage est parfois cru), la procréation des jeunes adolescents. Plus que la sexualité - dont on sait qu’elle est acquise et pratiquée très tôt à tel point que l’âge des relations sexuelles autorisées entre mineurs consentants fait l’objet de discussions politiques - c’est de parentalité (ir)responsable dont traite Keeper. Ce film nous confronte aux questions de choix difficiles sans avoir en mains tous les atouts pour prendre une (bonne) décision. Nous sommes dans une situation familiale sans trop de problèmes (même si Patrick, le père du jeune homme - Sam Louwyck, acteur connu nous venant de Flandre - est son entraîneur de foot et est séparé de son épouse. Tant les parents de Mélanie (Mel, jouée par Galatéa Bellugi), que ceux de Maxime (Kacey Mottet Klein) font le maximum pour aider leurs enfants, de façon responsable, sans trop de maladresses (on ne vire pas dans le misérabilisme et l’intrigue est située dans la classe moyenne).

Quels choix faire entre la future profession du kid de 15 ans (l’acteur en a 17) qu’il envisage dans le foot, avec tous les fantasmes qui y sont liés, les potes, les sorties, la copine (et vice-versa pour elle - sauf le foot !) et l’enfant à naître. Faut-il avorter et qui choisit ? Faut-il garder l’enfant et qui s’en occupera ? Un couple de 15 ans peut-il sereinement et sérieusement envisager de s’occuper d’un bébé et dans la négative, que faire du fruit d’un instant de laisser-aller sans protection ?

Il y a bien sûr les qualités et défauts d’un premier film, y compris pour les jeunes acteurs qui n’en sont pourtant pas à leur premier rôle (mais malgré quelques faiblesses, ils s’en sortent, en particulier le jeune Suisse Kacey Mottet Klein). Il y a parfois un certain côté amateurisme et/ou impro, à tel point que j’ai cru me retrouver, à certains moments, dans certains jeux de rôles dans les cours de psychopédagogie où l’on abordait des situations limites.

Le film devrait se laisser voir avec plaisir, ouvrir à la discussion. Bien entendu, il en est de plus difficiles (non seulement à visionner, mais surtout à trouver pour le faire !) : ainsi, je puis recommander (malgré sa très faible note sur IMDB !) le film polonais de 2012 Bejbi blues (Baby Blues) [1], réalisé par Kasia Rosłaniec et qui aborde, justement la question de la parentalité irresponsable (même si ici, la fille a 17 ans). De même, un autre film traite de questions de jeunes adolescents, de l’absence des parents, même s’il n’est pas question de mettre au monde un enfant. Il s’agit de l’excellent film luxembourgeois, Baby (A)lone (Ouni D’Hänn / Sans les mains) réalisé cette année par Donato Rotunno.

Une dernière chose, et je n’engage pas ici l’Eglise catholique : il aurait peut-être été bon d’envisager une l’alternative à l’avortement. Je songe à l’adoption [2]. Des possibilités existaient donc en plus de la voie choisie par les jeunes (et le réalisateur) et que je vous laisse découvrir à l’écran.

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/7T8_XhwpD7E
KEEPER Trailer | Festival 2015 - YouTube

Quelques images du tournage par Cinergie

NB : Hors cadre était le « titre de travail » de Keeper !

Notes :

[1(La critique est réduite à la portion congrue, c’est un avis que j’avais posté sur un forum après la vision au Festival du Film de Bruxelles en 2013)

[2Il y a tant de couples sans enfants, hétéros, homos, lesbiens.


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés



Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31