Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Neill Blomkamp (2015)
Chappie
Sortie le 11 mars 2015
Article mis en ligne le 5 mars 2015
dernière modification le 17 mars 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

59/100

Synopsis : Dans un futur proche, le crime est réprimé de manière tyrannique par des forces de police robotisées. Une révolte est sur le point d’éclater. Lorsqu’un droïde de la police est volé et reprogrammé, il devient le premier robot à ressentir les choses et à penser. Aux yeux des autorités, Chappie représente un danger pour l’humanité. Des forces de destruction puissantes mettront tout en œuvre pour s’assurer que ce robot doté d’une conscience soit le dernier de son espèce.

Acteurs : Sharlto Copley, Hugh Jackman, Sigourney Weaver, Dev Patel, Jose Pablo Cantillo, Brandon Auret, NeEugene Khumbanyiwa, Anri Du Toit.

Il s’agit du troisième long métrage de Neill Blomkamp. Après le remarquable District 9 (2009), tourné avec peu de moyens, il a réalisé Elysium avec un budget beaucoup plus important en proposant au grand public un film de science-fiction qui abordait des thèmes traités dans District 9, mais ceux-ci étaient relégués au second plan par rapport aux effets spéciaux et à des scènes spectaculaires d’action.

Chappie poursuit l’exploration de la même thématique avec un film agréable à regarder, mais qui déplace sa cible « grand public » à « typiquement adolescent » pour nous offrir un film qui donne l’impression de « déjà vu ».

Le tournage se fait toujours en Afrique du Sud où se situe le lieu de l’action. Nous découvrons un monde robotisé (style Robocop) où des robots humanoïdes sont au service de la police (et plus forts/compétents que les humains). Mais tout se déglingue sur fond de rivalités et de gros sous pour qu’un robot au look massif, imposant et surtout non humain puisse être déployé (robot qui fait penser aussi au film de Paul Verhoeven ! Voir la bande-annonce à 34" environ).

La nouveauté (pour le parcours du réalisateur... mais pas pour le cinéma !) est de nous proposer un robot auquel un jeune savant permettra d’acquérir une intelligence artificielle et d’apprendre, à la manière d’un humain ! Ici, nous découvrons tous les avantages de la motion capture (il y a donc un humain derrière le robot Chappie). C’est probablement une des scènes les plus attendrissantes du film lorsque l’on découvre les premiers pas du robot, tel un enfant, voire un animal craintif et apeuré. Un enfant qui apprend très vite et qui n’apprend pas nécessairement le meilleur puisqu’il a été capturé par une bande de quelques voleurs, des « mauvais » aux yeux de la loi. Ceux-ci sont interprétés par les membres du groupe sud-africain de rap-rave Die Antwoord. Nous baignons donc dans l’univers de la contre-culture. Dommage qu’il ne soit exploité ici que de façon un peu puérile (qui concerne l’enfant donc, pour garder un sens propre et étymologique !), en se limitant à l’apprentissage d’un langage cru et décalé, ce qui devrait faire le bonheur du « public cible ».

Outre le thème du jeune robot en mode apprentissage qui devient plus humain qu’un humain (vous avez déjà vu cela, n’est-ce pas !) Il y a aussi celui du transfert de conscience (allez voir du côté de Transcendance). Ajoutez - au risque d’une incohérence dans le scénario - la durée de vie de quelques jours de la batterie - inamovible - des robots qui ajoute à la tension dramatique.

Je ne vais pas vous dévoiler le reste de l’intrigue, ni vous dire si ce sont les bons ou les méchants qui sortent gagnants (mais là, de toute façon, dans 99% des cas la réponse est connue !). Gageons que les jeunes qui aiment des films d’action auront plaisir à voir ce film. En revanche, les cinéphiles - et en particulier ceux qui auront vu et apprécié District 9 - seront probablement déçus. Certes Neill Blomkamp montre qu’il sait « faire » un film, qu’il est donc un bon « faiseur ». Il peut poursuivre dans cette voie et nous offrir (lui ou d’autres fabricants de films) à l’avenir des films du même genre, voire des suites Chappie, le retour, par exemple...
Neill peut aussi changer de cap, retrouver ses intuitions initiales et explorer des thèmes de société qui ne sont ici qu’effleurés (au mieux !).


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Cézanne et moi
le 1er septembre 2016
Dear White People
le 6 mars 2015
Diplomatie
le 1er septembre 2014
Logan
le 28 février 2017
Chez nous
le 31 janvier 2017
Sprakeloos (La langue de ma mère)
le 26 décembre 2016
Comment c’est loin
le 7 décembre 2015
The Railway Man
le 1er septembre 2014
Un moment d’égarement
le 7 juin 2015
Madame Bovary
le 2 juillet 2015


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31