Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Ronit et Shlomi Elkabetz
Gett (The Divorce Trial of Viviane Amsalem)
Sortie le 10 septembre 2014
Article mis en ligne le 1er septembre 2014
dernière modification le 21 février 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

81/100

JPEGSynopsis : Viviane Amsalem demande le divorce depuis trois ans, et son mari, Elisha, le lui refuse.
Or en Israël, seuls les Rabbins peuvent prononcer un mariage et sa dissolution, qui n’est elle- même possible qu’avec le plein consentement du mari. Sa froide obstination, la détermination de Viviane de lutter pour sa liberté, et le rôle ambigu des juges dessinent les contours d’une procédure où le tragique le dispute à l’absurde, où l’on juge de tout, sauf de la requête initiale.

Après Prendre femme (2004) et Les sept jours (2007) l’actrice Ronit Elkabetz réalise son troisième film (tous trois avec son frère cadet Shlomi).

« Déjà coscénariste en 1994 de La Cicatrice de Haim Bouzaglo, elle passe en 2004 derrière la caméra avec Prendre femme, coréalisé par son frère cadet Shlomi Elkabetz. Il s’agit d’un drame conjugal inspiré de l’histoire de ses parents ; ce film est le premier volet d’une trilogie dont le fil conducteur est Viviane, une femme en quête d’émancipation, interprétée par la réalisatrice. Le deuxième volet de cette trilogie, Les Sept jours, huis clos, centré cette fois sur les relations fraternelles face à un deuil, fait l’ouverture de la Semaine de la critique à Cannes en 2008. » (source Wikipedia)

Il est difficile pour un prêtre de défendre le divorce sans paraître contester les fondements de sa propre religion. Et pourtant, comment ne pas prendre fait et cause pour cette femme qui demande à être libérée des liens du mariage, qui souhaite obtenir de son époux (seul habilité à le délivrer pour la délivrer - et c’est à sens unique) le get qui la libérera !

C’est un film de procès donc. Il y a bien unité de lieu, nous sommes quasi constamment dans un tribunal (religieux), il y a bien, unité d’action (et peu d’action) en jouant sur les mots, puisque à la demande sans cesse réitérée du get, le même refus sera constamment opposé.

Quant à l’unité de temps, elle est paradoxale, car lui seul s’écoule, jours après jours, mois après mois, année après année sans que la cause avance.

le film pourra paraître dur, âpre, difficile... allez-y, jusqu’au bout pour combattre avec cette femme et découvrir la solution et le prix à payer à la fin !

http://www.youtube.com/embed/t7aBzg-mAto
LE PROCES DE VIVIANE AMSALEM - film annonce VOSTF - YouTube

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Hercules 3D
le 1er septembre 2014
Gabrielle
le 1er septembre 2014
Le goût des merveilles
le 12 décembre 2015
Le temps des aveux
le 28 décembre 2014
Je suis à vous tout de suite
le 16 octobre 2015
We Are What We Are
le 1er septembre 2014
Life
le 14 septembre 2015
Coexister
le 21 septembre 2017
Connasse, princesse des coeurs
le 30 avril 2015
War For The Planet of the Apes (La planète des singes - Suprématie)
le 6 juillet 2017


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31