logo article ou rubrique
Sophie Letourneur
Enorme
Date de sortie : 02/09/2020
Article mis en ligne le 13 août 2020

par Charles De Clercq

Synopsis : Claire est une grande pianiste et parcourt le monde, assistée par Frédéric, son mari-agent-coach-couteau suisse... Jusqu’au jour où ce dernier ressent le désir interdit d’avoir un enfant et trafique la pilule de Claire, qui tombe enceinte, son pire cauchemar.

Acteurs : Marina Foïs, Jonathan Cohen, Jacqueline Kakou

Enorme est une comédie qui sortira sur nos écrans en début septembre. Tout le film tient dans son synopsis et constitue une suite de situations plus ou moins cocasses dues au décalage entre Claire, la pianiste qui se repose entièrement sur son mari Frédéric pour toute la gestion de son existence. Le comique vient notamment de certaines situations, ainsi quand Frédéric se présente comme « Claire Girard » (la pianiste). L’on assiste bien souvent à des saynètes qui jouent sur le comique de répétition. Au scènes triviales (notamment celles relatives aux chasses d’eau bloquées, on n’en dira pas plus) vont succéder dans le dernier tiers du film des séquences dignes d’un documentaire sur l’accouchement. Et nous sommes quasiment dans ce registre car ce sont de vraies parturientes que l’on filme, en jouant sur le champ/contrechamp avec le focus sur le champ opératoire et, alternativement, les visages de Claire et de Frédéric.

Il n’empêche qu’avant cette partie quasiment en mode « cinéma du réel » l’on est passé par un plan d’un ridicule absolu où l’on voit le ventre de Claire gonfler en quelques secondes (l’on suppose que c’est pour justifier le titre du film). Certes on peut comprendre un gag tant que l’on reste dans ce registre mais les images de véritable(s) accouchement(s) à la fin vienne contrecarrer cette intention.

Mais ce ridicule n’est encore rien à côté de ce qui est sordide dans l’intrigue et que l’on nous vend comme une comédie, à savoir « faire un enfant dans le dos ». On se souviendra du « viol cool » dans le film Gangsterdam de Kev Adams. Il me semble que depuis #Metoo les choses ont changé et que l’on a appris que quand une femme dit « non », c’est « non » et pas autre chose. Un enfant cela se conçoit à deux. Il y a ici un abus de faiblesse et un viol de l’intime et de la personne qui est même dénoncé par un avocat durant le film (certes il s’agit d’une simple réplique qui n’engage à rien pour la suite). L’on se dira que c’est pour faire rire, que la réalisatrice est une femme, que tout le monde aura compris. Non, on ne rit pas avec de genre d’idées. Alors qu’il y a encore tout un travail d’éducation à faire pour que les « mâles » comprennent enfin que les choses ne seront plus jamais comme avant et que désormais on ne dispose pas du corps de la femme selon son bon vouloir, la proposition d’un film qui repose sur un tel enjeu est d’autant plus scandaleuse qu’elle prend les atours d’une comédie pour camoufler l’abject de la situation : abuser d’une femme ! Et, pour moi, cela aussi appartient à la culture du viol !

https://www.youtube.com/embed/-oRWeQjl_0s
ÉNORME Bande Annonce (2020) Marina Foïs, Jonathan Cohen - YouTube