Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews sur la radio RCF Bruxelles (celle-ci n’est aucunement) responsable du site ou de ses contenus et aucun lien contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques et en devient le principal rédacteur depuis 2022.

Angel Manuel Soto
Blue Beetle
Sortie du film le 16 août 2023
Article mis en ligne le 22 août 2023

par Julien Brnl

Genre : Action, fantastique

Durée : 127’

Acteurs : Xolo Maridueña, Bruna Marquezine, Susan Sarandon, Raoul Trujillo, George Lopez, Adriana Barraza, Elpidia Carrillo, Damián Alcázar...

Synopsis :
Jaime Reyes est un jeune plein d’ambition. Alors qu’il rentre de l’université, le Scarabée, une ancienne relique d’une biotechnologie extraterrestre, choisit de faire de lui son hôte. Ce dernier se voit alors revêtu d’une armure hors du commun qui lui octroie des pouvoirs extraordinaires – et imprévisibles. Tout bascule alors pour Jaime qui devient le super-héros Blue Beetle...

La critique de Julien

"Blue Beetle", c’est le quatorzième film de l’univers cinématographique DC, lequel met en scène le personnage du même nom, lequel a évolué sous trois identités différentes depuis sa création en 1939 par Charles Nicholas Wojtkowski et Will Eisner. Il y a d’abord eu Dan Garret, puis Ted Kord, et enfin Jaime Reyes, d’ailleurs héros de ce film, qui plus est le premier super-héros latino. Tandis que le film du Portoricain Angel Manuel Soto ferait partie intégrante du nouvel univers DC chapeauté par James Gunn et Peter Safran, c’était évidemment avec une certaine appréhension qu’on a découvert au cinéma cette énième origin-story, vouée au même destin que celui des derniers films adaptés des DC Comics, c’est-à-dire à l’échec commercial, et cela après "The Flash" d’Andy Muschietti, "Shazam ! La Rage des Dieux" de David F. Sandberg, ou encore "Black Adam" de Jaume Collet-Serra. Mais est-ce seulement mérité ?

Alors que Victoria Kord (Susan Sarandon), cofondatrice et PDG de l’entreprise Kord Industries vient tout juste de mettre la main sur un ancien artefact extraterrestre connu sous le nom de "Scarabée", celui-ci va choisir un étudiant mexicain comme ôte, en entrant par on ne sait où précisément (même si cela est souvent insinué), se greffant dès lors à lui et fusionnant avec son corps pour former un puissant exosquelette. Or, Jaime Reyes, s’attendait à tout, sauf à ça, lui qui vient d’ailleurs d’obtenir son diplôme de la Gotham Law University, tout en retournant dans sa ville natale de Palmera City, auprès de sa famille, très excentrique, dont sa sœur, Milagro (pas très discrète), son oncle Rudy (qui maîtrise évidemment la technologie comme personne), ou encore sa grand-mère Nana (ex-membre d’une guérilla anti-impérialiste). Sauf que ces derniers habitent du côté pauvre de la vie, à Edge Keys, eux qui risquent d’être expulsés de leur maison familiale par la société privée Kord, ce qui poussera Jaime et sa sœur à trouver du boulot pour rembourser leurs dettes. C’est alors au manoir de Victoria Kord qu’ils trouveront - étonnement - un job, où ils enlèveront les chewing-gums des dessous de chaises. C’est là qu’ils assisteront alors à une confrontation entre Victoria et sa jolie nièce Jenny (Bruna Marquezine), après que cette dernière ait critiqué la gestion de l’empire de son père par sa tante, lui qui a disparu sans laisser de trace, du jour au lendemain, laissant ainsi Victoria gérer seule ses projets cyborgs OMAC (One Man Army Corps). Mais la dame a désormais des plans bien sombres pour l’entreprise, d’autant plus en possession du Scarabée, aidée de plus par son prototype et garde du corps Carapax (Raoul Max Trujillo)...

"Blue Beetle" respecte d’emblée le cahier des charges si habituel et très strict des quêtes initiatiques d’individus ordinaires devenant, malgré eux, des super-héros, et sur lesquels vont alors être placées de grandes responsabilités. Bien qu’évoluant dans l’univers de la culture latino et ses valeurs, l’histoire de Jaime Reyes ne peut cacher ici ses étranges coïncidences avec celle de Spider-Man, ou encore d’Iron Man, tandis que le film ne passe ici pas à côté d’un humour lourd, criard, et donc très marqué. En effet, la famille archétype trop chaleureuse et pot de colle de Reyes en fait des tonnes, et encore des tonnes. Il est aussi question de gadgets (sous-exploités) en tous genres, créés jadis par le patriarche de Kord Industries, à défaut d’avoir trouvé le Scarabée pour profiter de ses pouvoirs, sans oublier un intérêt amoureux, pour pimenter un peu plus les aventures de Jaime, et faire affluer son sang dans le bas de son corps, comme le signalera la voix de Khaji-Da, qui n’est autre que le prénom du Scarabée. Par son intrigue, "Blue Beetle" met alors en exergue l’importance de la famille, ici comme force et non comme faiblesse, pointe du doigt l’horreur du colonialisme, de l’exploitation humaine (pour des ressources énergétiques), ou encore de l’esclavage (scientifique), ainsi que les dangers de la gentrification et de la marginalisation des communautés les plus fragiles par l’élite. Mais tout cela reste évidemment ici au stade de l’évocation, du contextuel, sans véritable point de vue, visant à aller chercher, en vain, l’émotion du spectateur. Aussi, le film n’offre que très peu de réponses quant aux origines du Scarabée, sans trop montrer (encore) l’étendue de ses pouvoirs, ce qui est assez frustrant...

"Des sacrifices doivent être faits pour le bien de tous", répétera le personnage si générique de Susan Sarandon, avant d’en faire, de manière très prévisible, les frais. Car le film d’Angel Manuel Soto ne brille pas non plus par son originalité, malgré le point d’ancrage de son histoire, et du public communautaire cible. Car on reste bien là dans un produit purement américain, opportuniste, et certes généreux en spectacle, mais pauvre en effets spéciaux qui se respectent. Cependant, on lui reconnaît la photographie si particulière tirant entre le bleu et le violet de Pawel Pogorzelski (l’acolyte d’Ari Aster), et cela jusqu’aux reflets sur le bitume des couleurs des bâtiments de la ville fictive de Palmera City, ainsi que la musique texturée et électrique de Bobby Krlic, allant de pair avec l’aspect technologique du métrage. Mais cela reste bien trop peu pour un film de super-héros, lequel s’inscrit dans un univers devenu pléthorique, désormais entre de nouvelles mains chez DC, et on l’espère pour le meilleur. Quant à l’avenir de Blue Beetle en son sein, rien n’est encore précisément écrit, malgré les révélations (attendues et) peu existantes de sa scène post-générique. Bref, il est temps de faire le tri chez DC, à la manière finalement que le scarabée triture la matière en décomposition...



Au hasard...

Don’t Let Go
le 6 juin 2020
Halloween
le 31 octobre 2018
Olga
le 27 décembre 2021
Gloria Mundi
le 13 janvier 2020
Night Swim
le 16 février 2024
Supernova
le 18 août 2021
Black Snake, la légende du Serpent Noir
le 7 mars 2019
Gagarine
le 20 juillet 2021
Deux
le 4 avril 2020
Une Belle Équipe
le 17 janvier 2020
Ma Fille / Figlia Mia
le 18 août 2018
Enzo le Croco
le 25 octobre 2022
Alex, le Destin d’un Roi
le 20 avril 2019
The Predator
le 9 octobre 2018
The Beast
le 27 avril 2020
Nightmare Island / Fantasy Island
le 22 février 2020
Book Club
le 2 juillet 2018
Coexister
le 22 octobre 2017
La Planète des Singes : le Nouveau Royaume
le 15 mai 2024
Da 5 Bloods : Frères de Sang
le 17 juin 2020
Mentions légales Espace privé RSS

2014-2024 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.1.4