Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews sur la radio RCF Bruxelles (celle-ci n’est aucunement) responsable du site ou de ses contenus et aucun lien contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques et en devient le principal rédacteur depuis 2022.

Paul Haggis (2013)
Third Person (Puzzle)
Sortie le 1er octobre 2014
Article mis en ligne le 23 septembre 2014

par Charles De Clercq

Synopsis : Trois histoires d’amour, à Paris, Rome et New York, se rejoignent de façon étrange.

Acteurs : Liam Neeson, Mila Kunis, Olivia Wilde, James Franco, Adrien Brody, Kim Basinger

Que voilà un film long et déconcertant, surtout si on n’en connait pas les clés, voire la seule clé de lecture possible.

Si l’on est très attentif (je ne l’ai pas été assez) plusieurs éléments nous sont donnés dès le premier tiers du film et distillés ensuite. Ils permettent alors, dans une relecture à rebours, de saisir des éléments importants de ce dernier film de Paul Haggis avec un casting impressionnant, jugez du peu (voire du trop !) : Liam Neeson, Mila Kunis, Olivia Wilde, James Franco, Adrien Brody, Kim Basinger. Ainsi, une apparition, dit, dès le début, à l’acteur principal que l’on découvre être écrivain : « Ne m’oublie pas ».

Ensuite, à l’écran, nous suivrons en séquences juxtaposées trois couples, comme spécifié en grisé sur une des affiches (cf. infra) : 3 villes, 3 couples et trois destins, de Paris à New-York en passant par Rome.

Et pourtant cette affiche elle-même dit tout du film ! Qu’y voyons-nous ? Un visage, de face, mais dans l’ombre, en grisé, au centre mais en retrait, en arrière plan de l’illustration qui s’efface devant une femme qui laisse derrière elle des feuilles de papier dactylographiés, comme la traine d’une robe de mariée ou comme les pages d’un livre qui s’éparpillent vers le spectateur jusqu’à sortir de l’affiche elle-même !
La bande annonce elle-même nous donne le ton dès le début : précisant l’obsession d’un écrivain « ce doit être un homme qui ne ressent qu’à travers ses personnages ».

Alors, j’y vais pour vous faciliter le film. Si vous n’aimez pas du tout que l’on vous donne les clés à l’avance, de grâce ne lisez pas ce qui suit.

Une histoire d’écrivain nous conduit à une histoire voire des histoires de personnages que l’on couche sur le papier pour leur donner vies. Et celles-ci peuvent s’estomper dans le récit lui-même. Ils ne doivent leur existence que dans les limites des pages de couverture. L’affiche est donc significative : l’écrivain (Liam Neeson - en tête d’affiche) s’estompe devant l’histoire qu’il narre, qu’il écrit, qu’il dactylographie et dont les pages s’échappent au passage de la femme (voire même la constituent) et les sept autres acteurs, dont le nom est écrit dans un corps plus petit - certes contrainte de leur nombre oblige - sont subordonnés à l’auteur.

Il y a une souffrance et une perte pour l’écrivain, celle d’un enfant et elle aurait pu être évitée. Le récit apparait ici, ce fut tel en tout cas pour moi, comme une catharsis. Et la création des histoires, des personnages, des lieux permet à l’écrivain de se mettre en abime grâce à ces alter ego, le temps d’une histoire qui parfois s’estompe devant nos yeux à l’écran.

Ainsi ces trois histoires que dans un premier temps je pensais voir se relier à la fin :
 le récit d’une mère qui souhaite obtenir un droit de visite pour son fils que son ex mari accuse de maltraitance
 celui de cette homme qui va mettre le doigt dans l’engrenage d’une affaire dont il n’aurait pas dû se soucier
 ou celle de cet écrivain, qui, loin de sa femme, rédige un roman, sous l’inspiration d’une muse qui est aussi sa maitresse…

mais ce roman qu’il écrit, n’est-ce pas justement l’histoire ou ces (tentatives d’)histoires qui se déroulent sous nos yeux, telles ces pages d’un roman que l’on écrit et dont l’on jette les brouillons que l’on abandonne à l’oubli ?



Au hasard...

Queen and Country
le 29 décembre 2014
Morning After
le 13 août 2017
De Gaulle
le 5 juillet 2020
Le coeur régulier (Kokoro)
le 14 avril 2016
Old
le 21 juillet 2021
You’re Not You
le 28 novembre 2014
Paddington
le 29 novembre 2014
You Were Never Really Here (A Beautiful Day)
le 11 novembre 2017
Big Game
le 23 avril 2015
Josep
le 6 septembre 2020
Un peuple et son roi
le 2 septembre 2018
Como Nossos Pais (Comme nos parents)
le 26 juin 2017
HHhH : The Man with the Iron Heart
le 17 septembre 2017
The Road to Mandalay (Adieu Mandalay)
le 26 août 2017
Star Trek Beyond (Star Trek sans limites)
le 12 août 2016
Collateral Beauty (Beauté cachée)
le 17 décembre 2016
Kiki, el amor se hace (Kiki, Love to Love)
le 15 juillet 2016
Assassin’s Creed
le 19 décembre 2016
A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence
le 26 mars 2015
Welcome Home
le 1er septembre 2014
Mentions légales Espace privé RSS

2014-2024 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.1.4