Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews sur la radio RCF Bruxelles (celle-ci n’est aucunement responsable du site ou de ses contenus et aucun lien contractuel ne les relie). Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques et en devient le principal rédacteur depuis 2022.

Eran Kolirin
Me’ever Laharim Vehagvaot (Beyond the Mountains and Hills)
Sortie le 10 mai 2017
Article mis en ligne le 11 mars 2017

par Charles De Clercq

Synopsis : Après vingt-sept ans de services à l’armée, David est démobilisé. Il retourne chez lui et retrouve sa famille après de longues et récurrentes séparations, et tente de s’ajuster à sa nouvelle vie de civil. Il est persuadé que, comme ses amis partis plus tôt que lui de l’armée, lui aussi va faire carrière dans le privé. C’est sans compter sur le « nouvel Israël », rythmé par une compétitivité hors norme et une fascination pour l’argent et la réussite sociale. David passe ses journées seul, à regarder la télévision. Lorsqu’un ami lui propose un job de VRP pour des compléments alimentaires, David y voit une opportunité pour pénétrer le business et s’y faire un nom. Mais David et sa famille vont vite être pris au piège des forces obscures qui règnent sur la vie israélienne.

Acteurs : Alon Pdut, Noam Imber, Yoav Rotman, Mili Eshet

Deux préalables pour commencer. Le premier : il y a près d’un an, après les attentats à Zaventem et Maelbeek, rescapé de la rame de métro où je me trouvais, j’entendais un commentaire « désormais il nous faudra vivre comme en Israël, les choses ne seront plus comme avant ». J’ajoutais, in petto, que ce qui était extraordinaire ici était « ordinaire » là-bas. J’y ai repensé en découvrant ce film qui nous convie à franchir les montagnes et les collines ! C’est que ce film est en quelque sorte, la chronique ordinaire d’une famille ordinaire ! Sachant que le mot ordinaire prend en ces contrées une tout autre dimension.

Le deuxième concerne Ken Loach qui invite ou invitait à un boycott du cinéma israélien. Que ce soit avéré ou pas, je ne puis suivre une telle consigne, indépendamment de mes sensibilités sur les questions israélo-palestiniennes. Parce que tous les réalisateurs israéliens ne sont pas défenseurs d’une pensée unique et qu’un certain nombre d’entre eux propose un cinéma critique qui interroge et interpelle.

Enfin, j’ai une fascination pour le cinéma de ces réalisateurs, pour la beauté sonore de la langue aussi.

Il s’agit ici du troisième long-métrage de Kolirin. Je ne connaissais que l’excellent La visite de la fanfare (son deuxième Hahithalfut (The Exchange, 2011) n’a pas été distribué en Belgique et il n’est pas disponible en VO sous-titrée en français). Beyond the Mountains and Hills aborde des situations frontières avec un certain humour ou autodérision. Frontières entre la vie militaire et la vie civile, entre Juifs et Palestiniens, entre personnes sûres et celles dont on doute... Le réalisateur nous offre un kaléidoscope de situations de vie (de mort parfois) à travers différents tableaux qui concernent la quasi-totalité si pas tous les membres d’une famille "ordinaire". Ces situations doivent parler aux habitants d’Israël et nous font découvrir les relations au quotidien. Comment les uns et les autres peuvent interpréter des situations, à raison ou à tort. Comment sont vécues certaines culpabilités ? Comment certaines décisions vont entrainer des conséquences inattendues. C’est aussi la difficulté de la réinsertion des anciens militaires...

Ce sont les questions de culpabilité latente, sourde, explicite ou pas qui sont en soubassement du film. Les protagonistes sont sur une ligne de crête, comme au bord d’une falaise, d’un précipice dans lequel ils peuvent tomber. Personne n’est totalement noir ou blanc, victime ou bourreau. L’on ne voit pas clairement les situations peut-être parce que l’on a les yeux dessus. Quel est mon pays ? Quelle est la patrie pour moi ? Que fait-elle pour moi, que voit-elle et pense-telle de moi ? Qu’est-ce qu’il y a au-delà des collines et des montagnes ? Quel est mon Israël ? Qui sont mes voisins, mes proches mes anciens collègues, ma femme, mes enfants et leurs relations...

Le dernier film de Kolirin a le mérite d’éclairer certaines situations de façon intelligente. L’air de rien, il met le doigt sur les malaises de la société et sur la difficile cohabitation des uns et des autres.

Trailer (VO ST anglais)

https://www.youtube.com/embed/PZnQolbKKJk
Beyond the Mountains and Hills (TRAILER) - YouTube


Au hasard...

Passengers
le 19 décembre 2016
La revanche des crevettes pailletées
le 15 avril 2022
Bumblebee
le 12 décembre 2018
On voulait tout casser
le 31 mai 2015
All Eyez On Me
le 10 juin 2017
Figlia mia (Ma fille)
le 16 juillet 2018
Arno : Dancing In My Head et au cinéma Aventure à Bruxelles
le 11 octobre 2016
Petite maman
le 12 juin 2021
Nightmare Alley
le 17 janvier 2022
Dancing in Jaffa
le 4 décembre 2014
Un Monde
le 1er septembre 2021
The Best of Me
le 11 novembre 2014
Mountains May Depart (Shan he gu ren) (Au-delà des montagnes)
le 5 décembre 2015
Downhill
le 11 mars 2020
Crash (version restaurée en 4K)
le 21 juillet 2020
Délicieux
le 27 juin 2021
Grand froid
le 19 août 2017
After the Storm (Umi yori mo mada fukaku)
le 11 mars 2017
Refugiado
le 26 mars 2015
Crimson Peak
le 14 octobre 2015
Mentions légales Espace privé RSS

2014-2024 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.1.4