Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews sur la radio RCF Bruxelles (celle-ci n’est aucunement) responsable du site ou de ses contenus et aucun lien contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques et en devient le principal rédacteur depuis 2022.

Woody Allen
Wonder Wheel
Sortie le 31 janvier 2018
Article mis en ligne le 18 janvier 2018

par Charles De Clercq

Synopsis : L’histoire de quatre vies entrelacées au coeur du parc d’attractions Coney Isalnd à New York dans les années ’50 : Ginny est une ancienne actrice plutôt émotionnelle et mélancolique qui travaille désormais dans un restaurant de poisson ; Humpty est l’opérateur du carrousel et le mari grossier de Ginny ; Micky est un jeune et beau maître-nageur qui rêve de devenir dramaturge et Carolina est la fille aliénée de Humpty qui se cache des bandits dans l’appartement de son père.

Acteurs : Kate Winslet, Justin Timberlake, James Belushi, Juno Temple, Debi Mazar, Tony Sirico, Steve Schirripa.

Il est délicat semble-t-il, en ces jours, pour un critique de traiter d’un film dont l’actualité médiatique amène le réalisateur en Une des journaux pour un comportement passé et non pour sa production cinématographique. Nous sommes loin d’être compétent pour ce qui a trait aux questions soulevées depuis quelques mois à la suite de l’affaire Weinstein et d’autres qui ont suivi. Entre le bon et le mauvais, le pur et l’impur, le blanc et noir, il est probablement de très nombreuses nuances de gris. Nous manquons de recul sur ce qui a trait aux relectures du passé à l’aune de conceptions éthiques contemporaines. Ainsi, pour traiter de questions hors de celles envisagées aujourd’hui, nous sommes passés des droits de l’homme et du citoyen aux droits des hommes (comme mâles donc), puis à celui des femmes, des enfants, des animaux et enfin de la Nature. S’agira-t-il, à l’avenir, de censurer des films de genre western au prétexte que des chevaux de cinéma ont eu les jambes brisées à cause de corde que l’on tirait devant eux pour les faire chuter ? Depuis, des mentions relatives au respect animal figurent à la fin des films américains (mais pas seulement, signe que la question est aujourd’hui sensible) mais pas dans les film de Kim Ki-Duk, par exemple. Et l’on peut se dire que viendra (ou pas un jour) où l’on verra à la fin d’un film : aucune des actrices (voire) acteurs, n’a été abusé sexuellement par des membres de l’industrie du cinéma. Ou encore, Il y a autant d’acteurs que d’actrices dans ce film (et que ferait-on alors du remake d’un film comme Master and Commander ?), ou encore : il y a autant de dialogues masculins que féminins et aucune femme n’a été interrompue par un homme lorsqu’elle parlait... ou encore : les salaires versés aux actrices et intervenantes sont équivalents à ceux versés à leurs homologues masculins... Nous comprenons donc la situation actuelle et ne savons pas vraiment où l’on va.

Revenons donc au dernier film de Woody Allen. Si ce n’est pas, son meilleur, tant s’en faut Wonder Wheel est honorable et se situe dans la bonne moyenne de ses films qui sortent quasiment chaque année. Le réalisateur reconstitue les années 50 (bien différemment de ce qui est fait dans Suburbicon) pour nous présenter plusieurs couples de façon théâtrale, entendons qu’il les met en scène ou les fait entrer sur scène grâce à la médiation d’un monsieur Loyal, Micky (Justin Timberlake), un beau et jeune maître-nageur (qui pourrait ici représenter Woody Allen qui n’est plus à l’écran ?) qui introduit et commente l’action en s’adressant au spectateur, brisant en quelque sorte le quatrième mur, à l’image de ce que fait Joseph Gordon-Levitt dans The Walk. Micky hésite entre mère et fille et cela entraîne de la jalousie évidemment. Celle-ci devient donc,d’une certaine façon, l’huile qui fait tourner les engrenages de ce film. Il y a un petit côté thriller dans Wonder Wheel qui ajoutera un petit regain d’intérêt sans toutefois le rendre inoubliable. Si les images sont belles, la reconstitution sans fausse note, l’on tiendra surtout l’acteur Justin Timberlake qui par son rôle et son interprétation relève un peu le niveau du film tout en tirant très bien son épingle du jeu...

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/JylQrtyBQlM
Wonder Wheel - de Woody Allen avec Kate Winslet et Justin Timberlake - Bande-Annonce VOST - YouTube


Au hasard...

Laissez bronzer les cadavres
le 16 septembre 2017
Les souvenirs
le 11 octobre 2014
Fête de famille
le 26 août 2019
Wildlife (Une saison ardente)
le 17 novembre 2018
Patriots Day
le 6 mars 2017
La confession
le 5 février 2017
Maman a tort
le 17 novembre 2016
Downsizing
le 4 janvier 2018
Un beau voyou
le 25 décembre 2018
Gods of Egypt
le 27 mars 2016
20,000 Days on Earth
le 21 octobre 2014
Je suis un soldat
le 20 novembre 2015
The Darkest Minds (Darkest Minds : Rébellion)
le 3 août 2018
D’Ardennen
le 4 septembre 2015
Notre petite soeur (Umimachi Diary)
le 24 septembre 2015
Le Mans ’66 (Ford v Ferrari)
le 10 novembre 2019
Taken 3
le 13 janvier 2015
The Conjuring 2 : The Enfield Poltergeist (Conjuring 2 : le cas Enfield)
le 23 mai 2016
Cent-vingt (120) battements par minute
le 11 août 2017
France
le 10 novembre 2021
Mentions légales Espace privé RSS

2014-2024 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.1.4