Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour les radios RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Christopher Robin (Jean-Christophe & Winnie)

Synopsis : Le temps a passé. Jean-Christophe, le petit garçon qui adorait arpenter la Forêt des Rêves bleus en compagnie de ses adorables et intrépides animaux en peluche, est désormais adulte. Mais avec l’âge, il est devenu sérieux et a perdu toute son imagination. Pour lui rappeler l’enfant attachant et enjoué qu’il n’a jamais cessé d’être, ses célèbres amis vont prendre tous les risques, y compris celui de s’aventurer dans notre monde bien réel…

Acteurs : Ewan McGregor, Hayley Atwell, Mark Gatiss, Bronte Carmichael, Roger Ashton-Griffiths

Que voilà un film qui ravira les adultes et les enfants et, pour l’adulte ce sera l’occasion de retrouver l’enfant qui sommeille en lui, un peu à la manière de Christopher (Jean-Christophe). Précision pour commencer : privé d’une enfance ludique, le personnage ultra-connu de Winnie l’ourson nous était inconnu (sauf de mémoire) et nous n’avions jamais feuilleté un ouvrage concernant ce personnage et ses amis. Ni d’ailleurs les dessins animés Disney.

Le réalisateur Marc Forster change de registre en adaptant cette histoire en prises de vues réelles. Il y inclut les personnages à la manière des films récents consacrés aux aventures de Paddington. Dès le début, les années défilent, passant de l’enfance à l’âge adulte de Christopher (Jean-Christophe, joué par Ewan McGregor), à la façon d’un livre animé, en passant par la guerre pour arriver à l’installation professionnelle.

Christopher, devenu adulte, est bien loin de l’enfant qu’il était et qui avait fait la promesse d’être toujours là pour Winnie. Il a oublié celui-ci et est confronté déjà (dans l’après-guerre) à la rationalisation de l’entreprise dans laquelle il travaille. Et, finalement, le professionnel détruit non seulement les souvenirs d’enfance, mais aussi la relation avec l’épouse et sa fille. Un état d’urgence dans l’entreprise va l’empêcher de se rendre avec celles-ci dans leur maison de campagne dans le Sussex. Or ce cottage, c’est celui qui a bercé l’enfance de Christopher avec Winnie et ses compagnons.

Jusqu’à ce que, à la faveur d’un pot de miel renversé, Winnie se retrouve à Londres pour des aventures que l’on vous laisse découvrir. Disons qu’il faudra que l’adulte retrouve son âme d’enfant, ce qui ne sera pas facile. Mais serait-ce spoiler que d’écrire qu’il y aura un happy end ?

Si le film n’apporte rien de nouveau, nous avons apprécié la qualité de l’animation (nous n’avons pas d’information sur la technique utilisée) et son intégration dans un film dont la qualité de restitution historique est à relever. Nous pas un film en costume, mais d’époque dont les ambiances sont très bien rendues. Ewan McGregor excelle à rendre corps à ce personnage qui a perdu son âme enfantine. Il ne s’agit donc pas d’un grand film remarquable. Mais c’est une belle histoire qui est ici revisitée et que l’on pourra voir en famille et en version française.

Les adultes qui iront le voir sans enfants auront intérêt ) choisir, bien sûr, la version originale sous-titrée. C’est celle que nous avons vue. Un seul bémol pour nous dans le sous-titrage. L’on a traduit les noms anglais par ceux des versions françaises et c’est parfois bizarre d’entendre Christopher Robin et de lire Jen-Christophe (et de même pour Winnie). Mais que cela ne vous empêche pas d’aller voir ce beau film qui sans être un feel good movie a le mérite de proposer une belle histoire qui ouvrira votre cœur !

Diaporama

 <br width='500' height='209' />  <br width='500' height='209' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='330' />  <br width='500' height='209' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='209' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='209' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Copyright 2018 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved / Laurie Sparham

Bande-annonce

The Darkest Minds (Darkest Minds : Rébellion)

Synopsis : A la suite d’une épidémie mondiale qui a décimé 98% des enfants et adolescents, de jeunes survivants développent des pouvoirs psychiques extraordinaires. Un gouvernement craintif les réunit dans des « camps de réhabilitation ». La jeune Ruby, seize ans, parvient à s’échapper et rejoint un petit groupe de résistants.

Acteurs : Gwendoline Christie, Mandy Moore, Amandla Stenberg, Patrick Gibson.

Voici une énième adaptation au cinéma d’un roman pour adolescents. Cela ressemble à Divergente ou Hunger Games, voir les différents Labyrinthe. Mais la ressemblance s’arrête à une vague copie de copie. Oh, bien sûr on tente le politiquement correct avec une héroïne noire (enfin demi Afro-Américaine puisque son père est danois) Amandla Stenberg qui avait joué dans Everything, Everything, et The Hungers Games. une Asiatique, un noir et un blanc. Le quota est donc pas mal rempli.

Le film qui devrait peut-être plaire aux ados s’ils ne sont pas trop difficiles cet été et assez largement prévisible (avec quelques twists qui le sont tout autant), met beaucoup de temps à mettre l’intrigue en place et est surtout trop long. Les dernières images laisse augurer d’une suite, mais l’on suppose que celle-ci dépendra du succès de ce premier volet, ce qui n’est pas gagné d’avis assez unanime de nos confrères et consoeurs de la presse. On ne va donc pas s’attarder dans une œuvre de destruction massive du film. Fiez-vous à l’avis de vos ami(e)s qui connaissent vos goûts. Et pour une fois, le pop corn sera le bienvenu !

Diaporama

 <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='335' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Copyright 2018 Twentieth Century Fox

Bande-annonce

Neuilly sa mère, sa mère !

Synopsis : En 2008, Sami Benboudaoud découvrait l’enfer de Neuilly-sur-seine ! Dix ans plus tard, alors que tout va pour le mieux pour Sami qui termine brillamment ses études de sciences politiques, plus rien ne va pour son cousin Charles de Chazelle. Depuis la défaite de son idole Sarkozy aux présidentielles, il a sombré dans une profonde dépression quand sa famille perd toute sa fortune et doit quitter Neuilly. Rejetés de tous, les Chazelle trouvent refuge chez Sami, cité Picasso, à Nanterre ! Dès lors, pour Sami et les habitants de sa cité, la vie ne sera plus jamais un long fleuve tranquille.

Acteurs : Samy Seghir, Jérémy Denisty, Denis Podalydès, Sophia Aram, Chloé Coulloud, Joséphine Japy, Valérie Lemercier.

On prend les mêmes et l’on pond une suite au film pour adolescents sorti en 2008 et qui semble avoir cartonné (nous ne l’avons jamais visionné). C’est le même réalisateur qui s’attache à cette suite qui invite à un parcours inverse, cette fois-ci de Neuilly à la banlieue suite à une sombre affaire de maltraitance animale qui met l’usine de production de viande de porc de Stanislas de Chazelle (Denis Podalydès) sous les feux des projecteurs de la presse, de la justice et des impôts. La majorité des acteurs et des actrices du premier volet sont de la partie. Nous prenons donc le film comme tel, sans pouvoir puiser dans ses racines. L’impression première est que le film est très français, lié à son histoire politique récente. C’est que Sarkozy n’est plus là et qu’il y a désormais Macron sur qui il faut compter. L’on surfe donc sur l’actualité récente et l’on se dit que s’il avait été réalisé aujourd’hui, il aurait intégré l’affaire Alexandre Benalla ! Le film est donc très franco-français et devrait plaire dans l’Hexagone.

Malgré les nombreux gags de situation Neuilly sa mère, sa mère ! a ses limites et peine à faire rire tout du long film que l’on vous conseille de regarder jusqu’à la fin du générique qui apporte quelques rebondissements grâce à quelques capsules. S’il y a la satire du milieu politique et des revirements de situation, elle est quand même secondaire et sur ce thème, la série télévisée Baron Noir joue à un tout autre niveau.

Certains (en particulier ceux/celles qui étaient devant l’écran il y a dix ans) prendront le temps d’une distraction d’été pour un film gentil, amusant, rigolo parfois, mais sans plus. D’autres attendront la sortie en télévision.

Diaporama

 <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Bande-annonce

The Spy Who Dumped Me (L’espion qui m’a larguée)

Synopsis : Quand Audrey découvre que son ex-petit copain si insignifiant est en fait un espion international poursuivi par toute une bande de tueurs, et qu’elle et sa copine Morgan se retrouvent avec deux cadavres chez elles, c’est la panique... Elles s’enfuient, en emportant une clé USB extrêmement convoitée...

Acteurs : Mila Kunis, Kate McKinnon, Justin Theroux, Gillian Anderson, Ólafur Darri Ólafsson, Kev Adams.

Nous ne serons pas aussi catégorique qu’un confrère qui résumait le film à la sortie de la projection par ces mots : « Un film de femmes pour des femmes » !

La réalisatrice Susanna Fogel a dirigé quelques épisodes de séries télévisées et un long métrage de fiction, Life Partners (Amies malgré lui) sorti directement en VOD. L’amitié féminine était au cœur de cette histoire qui mettait en scène Paige, hétérosexuelle, et Sasha, homosexuelle. Celles-ci faisaient un pacte : la première ne pourra se marier que quand la seconde bénéficiera des mêmes droits. Mais un jeune docteur charmant allait hélas changer la donne entre les deux amies...

Dans ce premier vrai long métrage, la réalisatrice met à nouveau en scène deux femmes, liées par une forte amitié. Elles se soutiennent dans les bons moments et dans les épreuves. C’est ainsi que celles-ci vont se mettre à détruire toutes les affaires de l’ancien boyfriend d’Audrey jusqu’à ce que l’on passe en mode action (voir le synopsis ci-dessus). Nous sommes en mode comédie (d’espionnage) qui ne se prend pas au sérieux, un peu à la manière de The Man from U.N.C.L.E. (Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E) de Guy Ritchie (2015). L’histoire et l’intrigue sont donc à prendre au second degré pour se laisser entrainer dans des scènes jubilatoires, extravagantes et de nombreux rebondissements qu’on vous laisse le plaisir de découvrir à l’écran. Il y a même la présence à l’écran de Kev Adams. Elle pouvait laisser craindre le pire et il n’en est rien. On ne vous en dit pas plus, sinon que la réalisatrice lui donne un rôle dont la durée évite, justement, de tomber dans le pire. Les Français (et d’autres ?) seront ravis de ce clin d’oeil que les spectateurs anglophones ne remarqueront pas.

Si les aventures d’espionnage ainsi narrées assument vraiment le genre comédie, en revanche, le souffle et le soufflé retombent dans d’autres scènes, celles, justement, qui tiennent à montrer l’amitié qui lie ces deux femmes et qui les fait se soutenir et s’entraider dans le dur labeur d’espionnes qu’elles deviennent malgré elles. On comprend que la réalisatrice veuille faire un film qui n’est pas « macho », où l’on pense et réfléchit. Pourquoi pas ? Mais ici, cela tombe vraiment à plat en tombant dans des échanges qui tiennent plus de la philosophie de comptoir. Peut-être que cela plaira aux femmes comme le disait le confrère cité en début d’article. Pourquoi pas. Nous pensons cependant que le film aurait gagné à être plus court d’une vingtaine de minutes et à se focaliser sur l’action pure.

Diaporama

 <br width='500' height='751' />  <br width='500' height='344' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='335' />  <br width='500' height='335' />  <br width='500' height='320' />  <br width='500' height='317' />  <br width='500' height='364' />  <br width='500' height='348' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='336' />  <br width='500' height='345' />  <br width='500' height='343' />  <br width='500' height='335' />  <br width='500' height='347' />  <br width='500' height='336' />  <br width='500' height='300' />  <br width='500' height='335' />

Copyright Lionsgate Entertainment / Hopper Stone / SMPSP

Bande-annonce

My Lady (The Children Act)

Synopsis : Alors que son mariage bat de l’aile, la juge Fiona Maye se lance à corps perdu dans une affaire particulièrement compliquée, celle d’un jeune garçon de 17 ans malade qui refuse un traitement médical sur base de convictions religieuses.

Acteurs : Emma Thompson, Stanley Tucci, Fionn Whitehead, Ben Chaplin

Je n’ai pas eu l’occasion de voir le film en projection presse et vous renvoie à l’excellente critique de Frédéric Mignard sur le site de nos confrères de A voir à lire ou encore celle de Julien, sur Cinécure.

Fleuve noir

Synopsis : Au sein de la famille Arnault, Dany, un adolescent, disparaît. François Visconti, commandant de police usé et désillusionné, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils, Denis, seize ans, qui semble mêlé à un trafic de drogue. Lorsque Yan Bellaile, professeur particulier de Dany, apprend la disparition de son ancien élève, il s’intéresse de très près à l’enquête, et propose ses services au commandant.

Acteurs : Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez, Charles Berling

Erick Zonca adapte avec beaucoup d’intelligence Tik Ne’edar le premier roman de Dror Mishani. Publié à 26 ans par un auteur qui inaugure ainsi une série de romans policiers dans une série consacrée aux enquêtes du commandant Avraham. Le livre a été traduit en français sous le titre « Une disparition inquiétante » en 2014 (il a notamment obtenu le Grand Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points") et nous aimerions dire que le spectateur aura intérêt à ne pas lire le livre avant la vision du film (mais bien après). C’est que le dénouement de l’intrigue est en lui-même un moment intense qui conclut un récit admirablement construit. Celui ou celle qui a lu le livre israélien ne doit cependant pas bouder le film parce que celui-ci tient beaucoup du jeu de ses acteurs principaux, Vincent Cassel et Romain Duris, mais pas seulement, nous y reviendrons. C’est d’autant plus vrai qu’en transposant l’intrigue d’Israël en France, Erick Zonca [qui est également coscénariste avec Lou de Fanget Signolet (une première adaptation pour cette inconnue au cinéma) et, bien entendu, Dror Mishani, l’auteur du roman] - dont c’est le premier long métrage pour le cinéma (il y avait eu auparavant, Soldat blanc pour la télévision) resserre le scénario, l’épure et en particulier le policier. Exit sa fascination pour les séries télévisées ou les liens avec la Belgique).

On comprendra que l’on ne peut rien dire de l’histoire, de son évolution et encore moins de sa résolution. En revanche, les deux acteurs principaux sont au top de leur forme et incarnent, chacun à leur manière et leur mesure, deux personnages antagonistes. Et si l’un est confronté à la difficile communication avec son fils, empêtré dans un trafic de drogue, l’autre, l’écrivain est fascinant. Romain Duris excelle à donner corps à un personnage proprement ambigu. Dès sa première apparition, il sonne faux, à tel point que l’on pourrait un instant penser que l’acteur joue mal, que son personnage est en décalage. L’on comprendra au fil du récit ce qui le meut, le motive, l’habite, en découvrant son écriture, le lieu où il enseigne en privé, ce qu’il fait, observe, joue, pense, interprète. Est-il coupable et de quoi ? sera la question que se poseront maints spectateurs, tout comme le policier, tout en aspérités, joué fabuleusement par Vincent Cassel.

Outre ces deux personnages masculins et leur évolution complexe, il faut noter le jeu de Sandrine Kimberlain dans le rôle de Solange Arnault, mère engagée et qui veut porter la cause de Dany son fils disparu. Une autre femme, plus en retrait, c’est l’épouse du professeur/écrivain, madame Lola Bellaile, dont le rôle est tenu par Elodie Bouchez. Enfin, il y a aussi l’interprétation juste et jusqu’au malaise de Lauréna Thellier dans le rôle de Marie, la soeur de Dany. Agée de 19 ans, elle a débuté sa carrière à 16 ans en jouant dans Ma Loute de Bruno Dumont et ensuite celui d’une jeune fille qui se laisse séduire et emporter par l’islamisme radical dans Le Ciel Attendra de Marie-Castille Mention Schaar. Elle joue ici le rôle de cette jeune fille handicapée mentale et elle est à ce point parfaite qu’elle a mis Vincent Cassel mal à l’aise dans certaines scènes [1].

Pour conclure, Fleuve noir est un véritable coup de cœur. Vous avez lu Une disparition inquiétante ? Concentrez-vous sur le jeu des acteurs et la façon dont le réalisateur peaufine et adapte le roman. Vous ne l’avez pas lu ? Allez voir le film, laissez-vous surprendre et envouter par lui. Lisez ensuite le roman et, le cas échéant, allez revoir le film. C’est tout le bien que l’on peut souhaiter au spectateur, cinéphile ou pas !

Diaporama

 <br width='500' height='209' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />
A casa tutti bene (Une famille italienne)

Synopsis : Une famille italienne se réunit sur une petite île pour célébrer les 50 ans de mariage de leurs aînés, Pietro et Alba. Lorsqu’un orage inattendu les surprend, tous les membres de la famille sont contraints de cohabiter pendant deux jours et deux nuits. Cette cohabitation forcée ravive bientôt les disputes oubliées et les vieux conflits, transformant l’île en véritable labyrinthe des passions.

Acteurs : Stefano Accorsi, Pierfrancesco Favino, Stefania Sandrelli, Carolina Crescentini, Ivano Marescotti

Chez nous, tout le monde va bien (traduction littérale) surfe sur un thème ultra-classique, à savoir les tensions entre différents personnages que des circonstances obligent à vivre en huis clos. Ici, il ne s’agit pas d’une pièce mais d’une île que la météo empêche de quitter puisque les bateaux ne peuvent y accéder. Une fête est organisée pour célébrer les noces d’or de Pietro et Alba. Se retrouvent donc les deux fils, Carlo et Paolo, la fille, Sara, mais également les gendres et belles-filles, les petits-enfants - et le meilleur ami de Luna, l’une d’elles - des cousins germains et éloignés, une vieille tante des neveux et nièces adolescents.

L’on se doute bien que, comme souvent au cinéma (et, bien entendu, dans toutes les familles... sauf les nôtres ?) il y a une différence de taille entre la façade et la réalité. Ces deux jours et deux nuits vont révéler bien des non-dits et des failles. Ce seront donc deux journées d’apocalypse (au sens étymologique du terme, soit ’révélation’). Qu’il s’agisse d’amour ou d’argent, les rivalités, les rancœurs vont s’exacerber. Ainsi un frère endetté demandera de l’aide en menaçant de sortir une maîtresse de l’ombre. La cohabitation forcée va délier les langues, les passions et mettre les conflits en lumière. Il faut ici relever le casting judicieux et l’implication des acteurs et actrices dans leurs rôles respectifs.

Le film a été tourné intégralement à Ischia alors que l’île du film est purement imaginaire. « il (...) fallait un décor capable d’accueillir tout le monde, de créer une intimité qui se reflète à l’image et révèle le contraste entre la beauté de la nature, du cadre métaphorique de l’histoire, et la prison que devient cette île du fait de la mer agitée. Ischia est une île splendide qui nous a pris par la main et nous a amenés à montrer ses recoins extraordinairement évocateurs. »

Pour classique qu’il soit, le film nous a emballé. C’est que, comme souvent, le cinéma italien excelle à rendre compte des affaires de famille ! Puisant dans les racines de la comédie italienne, ce long métrage de Gabriele Muccino mérite mieux que l’intérêt poli de certains critiques. Si bémol il y a, il est lié au nombre de protagonistes. Ils sont vingt et il faut parfois être attentif et avoir une excellente mémoire pour les garder tous à l’esprit (cliquer pour agrandir l’illustration ci-dessous) !

Diaporama

 <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='368' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='395' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='308' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Copyright Mars Films / Copyright Wild Bunch

Bande-annonce

Pierre Dudan
Christ(off)
Sortie le 22 août 2018
Article mis en ligne le 11 août 2018
Rubrique : Critiques

Synopsis : Le Père Marc souhaite récolter des fonds pour construire un hôpital pour enfants en Haïti. Avec son groupe de musique chrétienne, il organise une tournée dans toute la France. A 33 ans, Christophe vit encore chez sa mère. Chanteur raté mais guitariste de talent, il croise le chemin du Père Marc qui le recrute. Condition sine qua non : Chris doit se faire passer pour un membre du clergé ! (...)

0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | Tout afficher

RCF, une radio généraliste

RCF est un média confessionnel (Radio Chrétienne Francophone) généraliste. Il s’agit de la branche belge de la radio française du même nom. Nous émettons - sans coupures publicitaires - à Bruxelles, Liège, Namur et Bastogne et également via notre site Internet et les câblo-distributeurs qui nous reprennent. L’émission Cinécure présente depuis 2013 les sorties de films (fictions, documentaires, courts et long métrages, en salles et/ou en festivals). L’abbé Charles De Clercq, producteur de l’émission ouvre ainsi un espace à la diversité culturelle cinématographique en Belgique et à Bruxelles en particulier. Une place de choix est notamment donnée aux nombreux Festivals. Cela ne signifie pas nécessairement une adhésion ou une caution de la part de l’animateur-producteur, de RCF et de ses journalistes.

Voici le lien vers la page de présentation de l’émission et, ci-après, l’horaire des diffusions et rediffusions de l’émission Cinécure sur RCF Bruxelles à partir de janvier 2015 :

  • une émission de 13 minutes le mercredi 13h10 (rediffusion à 19h15)
  • une deuxième de 13 minutes le samedi 9h15 (rediffusion à 13h10)
  • une émission de 26 minutes le dimanche à 17h30

Vous pouvez également vous abonnez aux podcasts de l’émission via Itunes.

Le producteur de Cinécure

Charles Declercq [outre ses fonctions de webmaster et de photographe au service Communication du Centre pastoral (Vicariat) de Bruxelles et de co-responsable d’une Unité pastorale de cinq paroisses dans le quartier Meiser] est passionné de cinéma mais aussi par la Bible. Il voit en ces deux domaines l’importance de l’art de la narration et de la « théologie narrative ».

Il vous propose chaque semaine, sur RCF radio, un regard sur l’actualité cinématographique et sur une sélection de films qui sont projetés dans les salles, tout particulièrement ceux qui sont à l’affiche dans la semaine. Occasion donc de se faire une idée pour choisir sa séance, seul, en famille ou avec des amis.

Parfois (sauf programmation exceptionnelle), tout particulièrement pour ceux et celles qui n’ont pas l’occasion de se rendre dans une salle de cinéma, il sélectionne quelques films diffusés en télévision durant la semaine.

Enfin, il lui arrive de recevoir un(e) invité(e) ou de mettre en exergue un thème en fonction de l’actualité ou de présenter un film particulièrement remarquable du patrimoine cinématographique qu’il vient de voir en DVD ou en Blu-Ray.

Ceci n’est pas un blog !

Il ne s’agit pas non plus d’un forum dédié au cinéma. Forum et blogs sont nombreux sur la Toile. Les premiers donnent la parole à des communautés d’internautes. Les blogs sont souvent l’expression des sentiments de leur(s) auteur(s) même si certains analysent de façon plus exhaustive et pointue les films dont ils font la critique. Il y a aussi les « vlogs » où des passionnés de cinémas (ou pas !) se filment pour leur communauté de fans (souvent adolescents). Le pire y est parfois plus présent que le meilleur.

Ce site est sans publicité, sauf celle imposée par les vidéos de bande-annonce et qui nous semble manquer de logique, puisque la bande-annonce est déjà une « publicité » pour le film, en somme un publicité pour pouvoir visualiser une pub ! Cinécure.be est le prolongement web des émissions radio de Charles De Clercq sur RCF. Il apporte, en toute indépendance éditoriale, un complément d’informations, des annonces, communiqués de presse, recensions de DVD ou BD envoyés à la Rédaction... Il fait part de coups de cœur et aussi de coups de gueule mais aussi des sentiments et des émotions ressentis... qui, s’ils sont subjectifs, sont aussi ce qui fait vibrer ou pas les spectateurs.

Julien est enseignant. Il est aussi, voire surtout, cinéphile depuis son adolescence. Il a été membre du jury CINEVOX du Festival International du Film Francophone de Namur en 2017. Il fréquente assidument des salles indépendantes, comme le Caméo à Namur et publie des critiques argumentées sur sa page Facebook (Julien Brnl) après avoir vu les films. Il n’est ni journaliste, ni blogueur mais, simplement, passionné de cinéma et cinéphile. Nous lui avons proposé de publier des critiques sur ce site. Signalons également qu’il collabore au site Branchés Culture où vous pouvez également retrouver certaines de ses critiques...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 260

Dogman

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 01 août 2018 Signe(s) particulier(s) : inspiré d’un fait réel s’étant déroulé dans une banlieue (...)

Article mis en ligne le 14 août 2018
par Julien Brnl
(3 Faces) 3 Visages

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 08 août 2018 Signe(s) particulier(s) : neuvième long métrage de l’influent réalisateur iranien (...)

Article mis en ligne le 14 août 2018
par Julien Brnl
My Lady / The Children Act

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 08 août 2018 Signe(s) particulier(s) : adaptation du roman de l’écrivain britannique Ian McEwan (...)

Article mis en ligne le 12 août 2018
par Julien Brnl
Neuilly Sa Mère Sa Mère

➡ Vu au cinéma Acinapolis Jambes - Sortie du film le 08 août 2018 Signe(s) particulier(s) : suite du succès francophone surprise de l’été 2009 « (...)

Article mis en ligne le 12 août 2018
par Julien Brnl
The Darkest Minds : Rébellion

➡ Vu au cinéma Acinapolis Jambes - Sortie du film le 08 août 2018 Signe(s) particulier(s) : premier film en prises de vues réelles pour la (...)

Article mis en ligne le 11 août 2018
par Julien Brnl

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 260


Calendrier

Évènements à venir

0 | 15 | 30 | 45

15-08 : The Equalizer 2
22-08 : A-X-L
22-08 : Lukas
22-08 : Christ(off)
29-08 : Dog Days
29-08 : GUY
05-09 : Whitney

COMING SOON !

The Equalizer 2

Synopsis : Le retour de Robert McCall, ancien espion travaillant en (...)

Under the Silver Lake

Synopsis : À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque (...)

Figlia mia (Ma fille)

Synopsis : Vittoria, dix ans, vit avec ses parents dans un village reculé de (...)

Première année

Synopsis : Antoine entame sa première année de médecine pour la troisième (...)

Photo de famille

Synopsis : Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs, mais ne se côtoient (...)

Les vieux fourneaux

Synopsis : Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d’enfance, (...)

Le monde est à toi

Synopsis : François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur (...)

Recherche thématique

Public

Sortie

Thème(s)

Divers

A voir ou pas


Aucun article trouvé pour cette recherche

Visiteurs uniques journaliers

  • Moyenne depuis 365 jours :
    372 visites par jour
  • Aujourd’hui :
    310 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    16 visiteurs
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.0