Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Ti West
X
Sortie du film le 04 mai 2022
Article mis en ligne le 10 mai 2022

par Julien Brnl

Genre : Horreur, slasher

Durée : 106’

Acteurs : Jenna Ortega, Mia Goth, Brittany Snow, Kid Cudi, Martin Henderson...

Synopsis :
En 1979, au Texas, Maxine Minx, qui aspire à devenir actrice de film pornographique, part en road-trip avec son petit ami et producteur Wayne Gilroy, les acteurs Bobby-Lynne et Jackson Hole, le réalisateur RJ Nichols et sa petite amie Lorraine. Le but du voyage est de réaliser un film à destination du marché de la vidéo qui est en pleine explosion. Ils décident de tourner sur la propriété d’un couple de personnes âgées de la région qui ignorent le genre de film qu’ils produisent. C’est alors le début d’un massacre dont ils vont être les victimes.

La critique de Julien

Distribué par l’excellent distributeur indépendant A24 aux Etats-Unis, « X » est un film d’horreur façon slasher, mis en scène par le plutôt méconnu réalisateur américain Ti West. Hommage référencé au film « Massacre à la Tronçonneuse » (1974) de Tobe Hopper, l’intrigue de ce film suit une équipe de tournage et leurs acteurs en herbe mettre en boîte un film pour adultes, sur une propriété rurale du Texas. Sauf qu’ils filmeront « The Farmer’s Daughters » à l’insu des propriétaires, qu’il aurait mieux fait de ne pas déranger...

Film de psycho-biddy, c’est-à-dire un sous genre de cinéma horrifique féministe, où la violence graphique est détaillée, et contient des situations érotiques ou sexuellement chargées frôlant la pornographie, le producteur dudit film de fesses, le réalisateur et leurs acteurs se retrouveront alors menacés par l’inconcevable, sans avoir le temps de s’en rendre compte suffisamment tôt pour fuir... S’en suivra alors un bain de sang culotté et dépravé, alors que la télévision d’Howard et de Pearl passe en boucle les discours d’un prédicateur chrétien conservateur...

La première originalité de ce film de genre, c’est de planter ses décors en 1979, et bien plus précisément dans le monde de la pornographie théâtrale et vintage, alors en plein essor, souvent tournée avec les moyens du bord, et parfois par des équipes amateurs. Par ce biais, le réalisateur et scénariste Ti West propose alors un regard à la fois gênant, mais pertinent sur la jalousie à l’encontre de la jeunesse, alors éprouvée ici par Pearl, l’épouse âgée et frustrée d’Howard (le propriétaire capricieux des lieux), et cela à l’encontre de Maxine Minx, une des actrices du film porno, jouée ici par Mia Goth, quitte à lui faire des avances sexuelles, et à la traquer en cachette, de là à fourrer son nez là où il ne faut pas. Au travers du regard de la vieillesse, Ti West dépeint alors comment la jeunesse irrémédiable peut lui occasionner un impact profond, et réveiller ici en elle de terribles envies enfouies, et instinctives.

Quelle surprise aussi de découvrir, à notre plus grand étonnement, que la vieille dame est elle-même interprétée par Mia Goth, métamorphosée à l’occasion à l’aide de prothèses et d’un étonnant travail de maquillage. On y retrouve également l’actrice Brittany Snow ou encore le rappeur Scott Mescudi, plus connu sous le nom de Kid Cudi, lequel affiche, le temps d’un plan dénudé mémorable, l’ombre d’un cinquième membre, venant ainsi appuyer un grotesque stéréotype sexuel. Oui, « X » ne fait pas dans la dentelle. Mais il rebondit de manière habile sur l’image que renvoyait, d’un part, à l’époque, l’industrie du porno et les portes qu’elle pouvait ouvrir, et d’autre part celle du corps et de ce qu’on en faisait, en pleine insouciance. Et puis, cinématographiquement, « X » est riche de plans aériens et psychédéliques, créant du suspens, où la menace est bien présente, mais sans venir de là où on l’attend. Le film profite également d’un très plaisant montage, à la fois fluide et découpé, et permettant au spectateur d’entrevoir furtivement des images du futur à l’instant présent. Ti West et son directeur de la photo Eliot Rockett étonnent ainsi davantage dans l’ambiance que dans l’utilisation de l’hémoglobine, pourtant loin de jouer quant à elle dans la surenchère, et à son avantage. En effet, ce ménagement d’efforts sort des sentiers battus de la mode actuelle qui adore voir couler des litres de sang à tout-va.

Bref, amateurs du cinéma de genre, on ne saurait ainsi que vous conseiller de jeter un œil à ce film indépendant américain, lequel s’est d’ailleurs vu tourner dos à dos son préquel, par la même équipe, intitulé « Pearl », et dans lequel Mia Goth reprendra son rôle de Pearl, plus jeune... Vivement sa sortie !



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75