Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Morgan Matthews
X+Y (Le monde de Nathan)
Sortie au BRFF le 12 juin à 20h00 (Flagey 4) et le 19/8 en salles
Article mis en ligne le 11 juin 2015
dernière modification le 26 août 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

88/100

Présentation : Pour Nathan, les équations ne sont pas juste des formules, mais une raison de vivre. Diagnostiqué autiste dans son enfance, il a toujours éprouvé des difficultés à interagir avec le monde extérieur, surtout depuis la mort tragique de son père. Aidé par un professeur atypique, Nathan intègre un camp d’entrainement aux mathématiques à Taipei. Ce qu’il apprendra de plus important lors de ce voyage ne se traduit pas en formule mathématique… Considéré comme une des meilleures découvertes de l’année, le film de Morgan Matthews est chaleureux et généreux, bien loin de la froideur des chiffres. Un feel good movie qui fait du bien à l’âme et à l’esprit.

Acteurs : Asa Butterfield, Rafe Spall, Sally Hawkins, Eddie Marsan, Jo Yang.

X+Y est une histoire vraie ou, plus exactement, une adaptation (romancée et romantique ?) d’un film documentaire du même réalisateur dont c’est ici le premier long métrage de fiction. En 2007, il avait réalisé Beautiful Young Minds [1], d’une durée de 90 minutes, pour la télévision britannique et consacré à des autistes. «  Beautiful Young Minds a été nommé au BAFTA TV Award du Meilleur Documentaire. L’un des protagonistes du film, Daniel, a un trouble cognitif neurodéveloppemental facilitant la logique mathématique. Son histoire est tellement riche que Morgan Matthews a commencé à envisager de l’adapter dans une fiction inspirée des personnages et des événements montrés dans le documentaire . »

Malgré le passage à la fiction et le passage au registre dramatique (voire sentimental !? mais que j’ai accepté totalement) nous sentons encore le passé de documentariste de Morgan Matthews et cela ne nuit pas à son film. Celui-ci à la chance d’être servi par d’excellents interprètes à commencer par Asa Butterfield (Nathan Ellis), que nous avons pu voir dans Le Garçon au pyjama rayé ou Hugo Cabret. Même s’il parle très peu (par rapport à son « modèle » dans le documentaire) il interprète de façon admirable cet adolescent de 17/18 ans, tout à la fois tendre, émouvant et exaspérant ! Le personnage correspond plus ici aux clichés et idées reçues du grand public par rapport à l’autisme. Dans le documentaire, le « héros » parlait beaucoup plus. Mais il s’agissait peut-être dans ce cas d’un syndrome d’Asperger ? A vérifier car je n’ai pas vu le film.

Le rôle de Sally, la mère d’Ethan, est dévolu à Sally Hawkins (vue e.a. dans Blue Jasmine) tandis que Rafe Spall joue celui de Martin Humphreys, un professeur de mathématiques qui a laissé de côté le déploiement de ses talents suite à l’apparition de la sclérose en plaques. Martin sera un peu pour Nathan un père de substitution. Son père biologique est mort dans un tragique et stupide accident et il est probable que celui-ci n’a pas aidé à l’intégration sociale du fils qui s’est réfugié plus encore dans les mathématiques. Enfin, Eddie Marsan donne corps à Richard Grieve, un autre mathématicien, chef de la délégation britannique aux Olympiades de Mathématiques, qui va coacher l’équipe anglaise qui va concourir à Tapei pour commencer. Enfin, Nathan rencontrera en terre étrangère, une jeune fille qui l’est tout autant, et doublement : non seulement étrangère, mais femme ! Il faut noter ici la facilité avec laquelle Nathan parle le mandarin. Asa le connait-il, l’a-t-il appris ou le parle-t-il phonétiquement ? c’est bluffant en tout cas !

Le film nous conte de façon sensible et avec émotion ce parcours initiatique de Nathan. Comme une fleur dont le bouton fermé scelle bien des secrets, Nathan ne demande qu’à s’ouvrir pour se révéler au plein jour.

Le réalisateur et les acteurs ont été très attentifs au souci de réalisme : tant pour le comportement des autistes, que pour la sclérose en plaques ou les Olympiades de mathématiques.

Mon appréciation du film tient compte de ses qualités intrinsèques même si pour certains confrères il tire (trop) sur la « corde sensible ». Toutefois, il est possible que je sois plus sensible que d’autres à ce film à cause de mon empathie et identification au personnage atteint de la sclérose en plaques.

Mise à jour : X+Y était présenté en clôture du Festival et il a obtenu le « RTBF TV Prize of Best Film ».

Diaporama

Bande-annonce :

Notes :

[1Un de ses seize documentaires, principalement destinés à la télévision


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés



Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31