Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Les critiques de Julien Brnl
WILDLIFE - Une Saison Ardente
Réalisateur(s) : Paul Dano
Article mis en ligne le 31 décembre 2018

par Julien Brnl

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 19 décembre 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • premier long métrage en tant que réalisateur de Paul Dano (« There Will Be Blood », « Little Miss Sunshine »), lequel dirige Jake Gyllenhaal avec qui il avait donné la réplique dans « Prisoners » (2013) et « Okja » (2017) ;
  • adaptation du roman « Une Saison Ardente » de Richard Ford publié en France en 1991 aux Editions l’Olivier ;
  • co-écrit par Paul Dano et sa compagne, Zoe Kazan (« The Big Sick »), eux qui s’étaient d’ailleurs donnés la réplique dans « La Dernière Piste » (2011) et « Elle s’Appelle Ruby » (2012).

Résumé : Dans les années 60, Joe, un adolescent de 14 ans regarde, impuissant, ses parents s’éloigner l’un de l’autre. Leur séparation marquera la fin de son enfance.

La critique de Julien

Fasciné par le roman « Une Saison Ardente » de Richard Ford, l’acteur et scénariste Paul Dano s’est lancé dans l’aventure de la réalisation, en adaptant ce livre où il est question d’un couple marié qui se déchire devant les yeux de leur enfant. Ayant toujours su que la famille serait la thème principal de son travail (lui qui a grandi dans une famille « où il y avait autant d’amour que de turbulences »), Paul Dano filme sans filtre et avec justesse cette famille en perdition dans l’Amérique ouvrière des années 60.

« Wildlife » se vit au travers du regard du jeune garçon du couple, Joe, lequel assiste, impuissant, à l’éclatement du mariage de ses parents, après un déménagement dans le Montana. Sans véritablement pointer les causes de cet éloignement, Paul Dano dresse le portrait brisé de cette famille qui n’a eu d’autre choix que de fuir pour garder la tête hors de l’eau, tandis qu’une nouvelle perte d’emploi viendra consumer la source d’oxygène retrouvée depuis quelques mois dans leur foyer. En effet, alors que Jeanette travaille à la maison depuis longtemps et s’occupe de Joe, Jerry se donne à la tâche pour subvenir aux besoins économiques de sa famille. Sauf que ce dernier va perdre son nouveau job. Frustré, gêné, humilié et coupé dans son élan, Jerry va alors se renfermer sur lui-même, avant d’accepter de travailler comme homme du feu, tandis que les forêts du Montana s’embrassent, au loin. Alors que le dialogue entre les époux n’était déjà plus au beau fixe, Jerry décide donc de quitter le toit pour sa mission (suicide), lui rapportant en plus la maudite somme d’un dollar par heure. Qu’importe, il en a besoin, tandis que ce boulot lui permettra au moins de se sentir utile, et de lui redonner confiance, alors que Jeanette, elle, tout aussi déboussolée par la situation, et la distance installée dans son couple, avait bien besoin de garder son mari à la maison... Joe, malgré ses yeux emplis de larmes, ne pourra rien face au feu sentimental qui ne cesse de gagner du terrain entre ses parents...

Carey Mulligan, Jake Gyllenhaal et Ed Oxenbould (« The Visit ») forment ici un triangle familial troublant et empathique, lesquels rendent ce « Wildlife » saisissant. Misant bien plus sur le jeu que sur le dialogue, on parvient - grâce à leur prestation et leur direction irréprochable - à ressentir la confusion et le désespoir de ces individus, déchirés par les dégâts irréversibles causés par les choix parfois involontaires que la vie nous amènent à prendre. Dans ses cris silencieux, le film de Paul Dano en devient alors bouleversant.

Pour une première réalisation, le cinéaste s’en sort avec les honneurs, et une belle maîtrise, aussi bien dans la tenue de l’histoire, que de l’image, rétro et propre à la classe sociale en question. Mais « Wildlife » n’est certainement pas le film le plus gai de l’année, et donc pas la meilleure façon de la terminer. De plus, ce dernier joue sur la lenteur pesante du quotidien et le poids du silence pour en créer le malaise, lequel aura raison de cette famille, asphyxiée.

Lien vers la critique de Cinécure

Diaporama

 <br width='500' height='715' />  <br width='500' height='282' />  <br width='500' height='271' />  <br width='500' height='271' />  <br width='500' height='260' />  <br width='500' height='260' />  <br width='500' height='282' />  <br width='500' height='247' />  <br width='500' height='282' />  <br width='500' height='282' />

Copyright Sundance Institute / Copyright Scott Garfield/Wildlife

https://www.youtube.com/embed/IbI8ytnjX9I
WILDLIFE - UNE SAISON ARDENTE Bande Annonce VOSTFR (2018) Jake Gyllenhaal, Carey Mulligan - YouTube



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Sherlock Gnomes
le 22 avril 2018
Sicario 2 : la Guerre des Cartels
le 18 juillet 2018
Diane a Les Épaules
le 27 décembre 2017
The Glass Castle (Le château de verre)
le 18 octobre 2017
Ami-Ami
le 24 janvier 2018
Patser
le 26 avril 2018
Les grands esprits
le 16 octobre 2017
L’Homme Qui Tua Don Quichotte / The Man who killed Don Quixote
le 27 juillet 2018
Daddy Cool
le 9 décembre 2017
Pour le Réconfort
le 26 avril 2018
RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.93