Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Philippe Claudel (2015)
(Une) enfance
Sortie le 7 octobre 2015
Article mis en ligne le 4 septembre 2015
dernière modification le 20 février 2016

par Charles De Clercq
logo imprimer

Deux jeunes acteurs inconnus et deux qui ne le sont plus ! 84/100

Synopsis long :

Une petite ville industrielle de l’Est de la France, coincée entre banlieue et campagne, canaux et vergers à l’abandon. C’est la fin de l’année scolaire, Jimmy, élève de CM2, a déjà redoublé deux fois. L’an prochain, ce sera la 6e, mais avant il y aura le long été et avec lui l’ennui et la solitude. Jimmy a un demi-frère, Kevin, qui a huit ans. Tous deux vivent avec leur mère, pris, une jeune femme de 30 ans, qui a récupéré leur garde après un séjour en prison. Son compagnon, Duke, se contente de l’existence misérable qui est la sienne, vivotant de deals, de petits larcins et des aides sociales perçues par Pris.

Le logement qu’ils occupent tous les quatre est la plupart du temps, le lieu de fêtes où alcools et drogues sont au rendez-vous. Les enfants poussent comme ils peuvent dans ce contexte et Jimmy, malgré son jeune âge, se doit souvent d’agir en chef de famille, en ménagère, en cuisinière, en grand frère responsable assumant tous les rôles délaissés par sa mère et son beau-père de circonstance.

Jimmy souffre de voir sa mère souffrir, et de la savoir sous la coupe d’un homme aussi perdu et aussi irresponsable qu’elle, qui la maintient sous sa dépendance et celle de la drogue qu’il lui fournit. On sent monter peu à peu une grande violence chez l’enfant, mais on se demande bien contre qui, contre quoi, elle va pouvoir se porter. Toute la lumière de l’été et la singulière beauté de la nature et des friches industrielles dans lesquelles il erre ne peuvent apaiser sa douleur et sa rage. Et à mesure que l’été, indifférent, se déroule, les ingrédients d’une tragédie se mettent en place, une tragédie au sein de laquelle l’innocence et la violence entreront en fusion.

Ne dépliez pas le bloc ci-dessus si vous préférez ne pas trop en savoir...

Synopsis court : Au cours d’un trop long été, Jimmy, un enfant de 13 ans que les circonstances forcent à devenir trop vite adulte, se cogne aux limites de sa petite ville et de sa vie heurtée, entre une mère à la dérive et un beau-père qui la tient sous sa coupe.

Acteurs : Pierre Deladonchamps, Angelica Sarre, Patrick d’Assumçao, Jules Gauzelin.

Mise à jour : Le film est sorti en DVD le 16 février 2016.

Ce sont deux jeunes acteurs inconnus qui sont au centre de ce film, entourés de deux autres qui eux ne sont pas « inconnus » puisque Pierre Deladonchamps et Patrick d’Assumçao ont joué dans le dernier film d’Alain Guiraudie, L’Inconnu du lac. Les deux jeunes enfants, en particulier le cadet, demi-frère, ont une extraordinaire présence à l’écran. Il n’empêche que nous nous focalisons sur l’ainé qui doit assumer beaucoup trop tôt son rôle et prendre la responsabilité que ni sa mère si son beau-père ne prennent ou veulent prendre. On se plaira à détester ce dernier et l’acteur (Pierre Deladonchamps) arrive à rendre son personnage totalement détestable. A tel point que le spectateur risque de perdre de vue que le salaud n’est peut-être pas lui. Comme en est-il arrivé là, tirant le diable par la queue, volant, se droguant, battant sa compagne, et la prostituant même contre son gré ? Parce qu’au détour d’une émission radio il est question d’un homme politique pas vraiment net (Jérôme Cahuzac), un « criminel en col blanc » en quelque sorte. Cela passera probablement inaperçu, mais il serait dommage de perdre de vue ce... point de vue sur l’humain que le réalisateur porte à notre connaissance : invitation à ne pas juger trop vite : selon que vous soyez puissant ou misérable.

Le casting a permis de dégager deux enfants, sans expérience du cinéma et qui grâce au réalisateur et à son équipe réduite, réussissent à rendre avec beaucoup de vérité cette expérience de vie dans une ville entre campagne et monde industriel (le tournage a eu lieu à Dombasle). A ces jeunes, criants de vérité- ainsi qu’un petit nombre d’acteurs professionnels - se joignent de nombreux habitants du lieu de tournage.

Filmé au format 1.85, Une enfance suscite l’émotion, la réflexion, interroge sur les conditions de vie dans le quart-monde, sur l’usage de la drogue, l’air de rien, sans appuyer exagérément là où cela fait mal, sans pathos excessif, jusqu’à la résolution de la tension qui se fera dans un hors champ qui laisse les interprétations ouvertes. Si le film n’est pas autobiographique, il « dit » quelque chose de son réalisateur : « Il était d’une façon directe ou indirecte question de moi, tout le temps et partout. La scène finale du tennis, lorsque l’entraîneur dit à Jimmy que lui aussi tournait autour des courts quand il était enfant, est totalement autobiographique. Je traînais alors autour des terrains, plein d’une envie de jouer, comme j’ai commencé à peu près au même âge à tourner autour du cinéma, espérant un jour pouvoir en faire. La dernière réplique « tu vois maintenant c’est moi qui joue ! » est presque une métaphore. Je n’osais pas rêver de cinéma et, aujourd’hui, c’est moi qui me retrouve derrière la caméra. Ce gamin, quelque part, j’ai compris que c’était moi et qu’il fallait que ce soit moi qui lui tende la main. Pour l’inviter à entrer dans le court, dans la vie, dans le cinéma. Pour que la boucle soit bouclée. Je me suis tendu la main par-dessus le temps. ».

Diaporama

Bande-annonce :


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Incompresa (L’incomprise)
le 10 mars 2015
Grand froid
le 19 août 2017
The Diary of a Teenage Girl
le 12 juillet 2015
Fehér Isten (White God)
le 29 novembre 2014
Captives (The Captive)
le 9 novembre 2014
Deepwater Horizon
le 4 octobre 2016
Madame Bovary
le 2 juillet 2015
Good People
le 23 novembre 2014
Sin City A Dame to Kill For
le 14 septembre 2014
La terre abandonnée
le 17 septembre 2016


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31