Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour RCF.

David Robert Mitchell
Under the Silver Lake
Sortie le 15 août 2018
Article mis en ligne le 28 juillet 2018
dernière modification le 28 août 2018

par Charles De Clercq
logo imprimer

Celui ou celle qui se sera laissé séduire par le charme du film (et de son interprète principal) souhaitera probablement une deuxième, voire une troisième vision pour en saisir les arcanes à défaut de clés de lecture ! 85/100

Synopsis : À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.

Acteurs : Riley Keough, Andrew Garfield, Jimmi Simpson, Topher Grace, Summer Bishil, Sibongile Mlambo

 Un OFNI qui divisera !

Under the Silver Lake est un oFni cinématographique réalisé par David Robert Mitchell celui qui avait déjà étonné et surpris il y a quatre ans avec It Follows. Il avait réalisé en 2010 un film qui n’est pas sorti en Belgique et uniquement en VOD en France en 2014, The Myth of the American Sleepover (La légende des soirées pyjama).

C’est donc en réalité plutôt son deuxième long métrage que le public pourra voir sur grand écran cet été. Précisons d’emblée que le film divisera tant les spectateurs lambda que les critiques et cinéphiles. C’est que celui-ci est non seulement hyper référencé, mais que sa structure, sa construction et son intrigue échappent à toute tentative de lecture rationnelle, un peu à la manière d’un rêve, voire d’un cauchemar. Bien plus, celui ou celle qui se sera laissé séduire par le charme du film (et de son interprète principal) souhaitera probablement une deuxième, voire une troisième vision pour en saisir les arcanes à défaut de clés de lecture, d’autant que nous quittons le registre du film de genre et d’horreur (quoique ?!) abordé dans It Follows ! A défaut de critique ou d’analyse, voici quelques impressions d’après vision... et qui sont loin de couvrir toutes celles suggérées par cet Objet Filmique Non Identifiable !

 Distorsion de la réalité

Ajoutons que nous sommes entré en vision presse sans nous être informé (ni dossier presse ou bande annonce ni critiques publiées après Cannes où Under the Silver Lake fut présenté en compétition). A part le synopsis - qui laissait éventuellement augurer d’un thriller policier (Cinébel ajoutait même « comédie ») – et que nous avions même oublié, rien ne laissait présager de l’expérience que nous avons vécue.

Très vite, dès les premières images, nous avions l’impression d’une (légère) distorsion de la réalité où du moins de sa perception (restant d’ailleurs sauve la question de savoir ce qu’est le réel !) qui nous a d’emblée fait penser à David Lynch. La mise en images, la tonalité, la bande-son, et le jeu, légèrement en décalage, des acteurs nous plaçaient d’emblée dans un univers que nous qualifiions de lynchien dans notre for intérieur. D’autres références suivent et Sam avec ses jumelles devant la piscine nous renvoient à une autre mémoire cinématographique, Hitchcock avec Fenêtre sur cour ou à de Palma.

 Sam, Sarah et Jésus !

Que trouve-t-on au centre de ce film ? Il y a certes Sam (Andrew Garfield), mais il y a aussi Los Angeles, des panneaux d’Hollywood à l’Observatoire Griffith, mais aussi la pop culture. Sans compter la présence sur Sarah, la voisine (Riley Keough) qui est au cœur de la quête de Sam. Cependant, le terme présence est ici à pondérer puisque celle-ci disparaitra subitement et, d’une « présence réelle » aux yeux de Sam, elle sera désormais, absente (réelle ?) tant pour le spectateur que pour Sam qui la retrouvera au terme d’un étonnant périple parfois même souterrain, en passant même par une rencontre avec Jésus ! Outre Sam et Los Angeles, il y a aussi un tueur de chiens, des meurtres dont celui d’un magnat de l’immobilier local, un fan de comics, les complots et messages cachés…

 De Lost River à Gregg Araki !

Revenons à Sam qui va se mettre à la recherche d’une femme rencontrée quelques heures plus tôt et qui a disparu le lendemain. Dans son appartement, un signe bizarre qui signifie (probablement) quelque chose, du moins dans l’esprit de notre antihéros qui, plus tard, découvrira d’autres signes dans une quête, littéralement insensée, dans Los Angeles et l’univers de la pop culture. Nous avons quitté le Detroit de It Follows pour la ville des anges. Toutefois, Under the Silver Lake nous a fait songer à un autre film qui se passe à Detroit et où il est question, également, d’une histoire d’eau (souterraine), Lost River, de Ryan Gosling (serions-nous les seuls à faire un lien ?) ! L’accueil de son premier long métrage avait d’ailleurs été mitigé et il lui était reproché (également ?) d’être trop référentiel. Nous avons également songé à certains films de Gregg Araki (Nowhere, The Doom Generation, Smiley Face…).

 Un film ultra-référencé !

Certaines références sont totalement explicites (trop peut-être ? mais si c’est le cas, elles semblent totalement assumées !), telles les tombes d’Hitchcock et Welles (dans un cimetière qui fait office de drive-in) ou encore Janet Gaynor, l’actrice du muet, qui joua notamment pour Borzage, dans Seventh Heaven (Septième ciel) – film qui pourrait être un des fils conducteurs de l’intrigue – ou encore Creature from the Black Lagoon (L’étrange créature du lac noir).

A ce stade, cela sera de trop pour certains tandis que d’autres n’auront qu’une envie : revenir en salle pour s’enrichir de tant de références qui auront pu leur échapper. Ceux-ci (peut-être) et les spectateurs « lambda » se poseront probablement la question de l’intrigue et de sa résolution, d’une part, et de l’explication « finale » de tout cela, d’autre part. C’est ici qu’il faut abandonner toute raison ou toute volonté d’expliquer… Le réalisateur lui-même a dit en conférence de presse : « Le film est un mystère, la narration est un mystère, le personnage principal est un mystère » ! Ce long métrage a sa propre logique interne, tout comme un rêve, cauchemar ou pas, semble cohérent durant son déroulement. A l’éveil, toute tentative de recherche d’une cohérence ou d’une ossature échappe à la rationalité. L’on se souviendra que le réalisateur avait déjà dit, à propos d’It Follows que son film était « un cauchemar. Quand vous vivez un cauchemar vous n’essayez pas d’en expliquer la logique. Vous essayez d’y survivre ».

 Andrew Garfield l’acteur qu’il fallait !

Avant de laisser le soin au spectateur de plonger dans les eaux (troubles ? et troublantes ?) d’un lac d’argent et de lui laisser le plaisir de trouver beaucoup d’autres références « geek » et « underground » (mais pas que !) nous aimerions relever le jeu d’Andrew Garfield. L’acteur sait jouer de son corps (nous l’avions vu récemment dans Breathe). Il est ici mis à nu par le réalisateur. Physiquement parfois, symboliquement souvent. Sans appartement, sans voiture ou sans vêtements. Très sexué : se masturbant frénétiquement et faisant l’amour tout autant. Ainsi, avec une inconnue (Riki Lindhome) qu’il prend en levrette tout en écoutant/regardant la télévision où l’on annonce une mort mystérieuse. Cocasse et impudique à la fois. La seule pudeur consistera à cacher à une partenaire des notes qu’il prend au sujet de certains codes secrets dans les médias...


Pour conclure, vous pouvez lire, en cliquant sur le lien ci-après, et de préférence après avoir vu le film et avant peut-être de le revoir, ce que David Robert Mitchell en dit !

Le point de vue du réalisateur

Under the Silver Lake traite du sens caché que recèlent les choses qui nous sont chères – les films, la musique et les magazines qui façonnent notre culture. La « pop culture » est désormais la seule culture : un lac dans lequel nous baignons tous. Mais certaines choses se passent à notre insu, sous la surface de l’eau.

Le film raconte l’histoire d’un jeune homme insatisfait qui retient son souffle pour aller nager dans ces eaux sombres.

Sam, 33 ans, vivant à Los Angeles, aspire à une vie plus significative – de celles sur lesquelles on écrit ou dont on parle à la télévision. Sam est à l’image de chacun de nous. Il croit avoir en lui une grandeur et en veut au monde de ne pas remarquer ce qu’il a de spécial.

Sam est suffisamment intelligent pour travailler et bien gagner sa vie, mais il n’en a pas l’envie. Il est sans emploi. Sa voiture a été saisie et il est sur le point de se faire expulser de son appartement.

Comme beaucoup de jeunes gens, il se pense spécial et important – même si le monde est incapable de s’en apercevoir. Plutôt qu’un vulgaire emploi routinier, il choisit de tout laisser tomber – il préfère encore regarder la vie se consumer que de périr d’une mort lente et banale. Il appartient à une nouvelle génération qui a compris que les opportunités qui lui étaient promises n’existaient pas forcément. Tout le monde ne peut pas devenir président. Tout le monde n’est pas important.

L’action du film se déroule vers la fin du déclin de Sam. Il découvre un mystère – qui l’intrigue davantage que la monotonie de son quotidien. Il perçoit l’aventure, le danger et l’appel du « sens ». Il se lance à la recherche d’une femme disparue, du nom de Sarah – pas par amour (il ne l’aime pas), mais parce que la quête le stimule. Il veut croire en un monde rempli de mystères, de codes et de sens cachés – bien qu’il ait peur de ce qu’il risque de trouver.

Under the Silver Lake est ma vision personnelle de l’histoire de Los Angeles – une histoire qui, selon moi, se prête à être contée au prisme du genre policier : piscines ensoleillées, ombres obscures, passages secrets, jeunes filles de bonne famille, meurtres mystérieux…l’imagerie iconique d’une ville bâtie sur des rêves et des images animées.


 Diaporama

 <br width='500' height='210' />  <br width='500' height='210' />  <br width='500' height='210' />  <br width='500' height='210' />  <br width='500' height='210' />  <br width='500' height='210' />  <br width='500' height='210' />  <br width='500' height='210' />

 Bande-annonce


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Un peplum : 300, Rise of an Empire
le 1er septembre 2014
Fury
le 15 octobre 2014
The Darkest Minds (Darkest Minds : Rébellion)
le 3 août 2018
Man Up
le 31 mai 2015
Asphalte
le 15 décembre 2015
Qu’est-ce qu’on attend ?
le 24 mai 2017
Pupille
le 18 novembre 2018
Wild Card
le 25 janvier 2015
Réparer les vivants
le 21 août 2016
Silence
le 29 janvier 2017
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.18