Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Tom Gormican
Un Talent en Or Massif (The Unbearable Weight of Massive Talent)
Sortie du film le 20 avril 2022
Article mis en ligne le 25 avril 2022

par Julien Brnl

Genre : Comédie, action

Durée : 98’

Acteurs : Nicolas Cage, Pedro Pascal, Neil Patrick Harris, Tiffany Haddish, Sharon Horgan, Alessandra Mastronardi, Ike Barinholtz...

Synopsis :
Nicolas Cage est maintenant un acteur endetté qui attend le grand rôle qui relancera sa carrière. Pour rembourser une partie de ses dettes, son agent lui propose de se rendre à l’anniversaire d’un dangereux milliardaire qui se révèle être son plus grand fan. Mais le séjour prend une toute autre tournure, lorsque la CIA le contacte, lui demandant d’enquêter sur les activités criminelles de son hôte. Nicolas Cage va devoir jouer le rôle de sa vie et prouver qu’il est à la hauteur de sa propre légende.

La critique de Julien

C’est en novembre dernier que le seul et unique Nicolas Cage opérait un retour en salles dans « Pig », le premier film du cinéaste américain Michael Sarnoski, où il incarnait un homme reclus dans une forêt de l’Oregon, y exerçant le métier de chasseur de truffes, alors bien aidé par son cochon truffier, jusqu’au jour où il fut enlevé. Avant cela, seuls les films « Joe » (2013) de David Gordon Green et « Snowden » (2016) d’Oliver Stone étaient passés par la casse « cinéma » chez nous, malgré le fait que Nicolas Cage avait tourné dans plus de trente nouveaux films (allant du genre aux séries B) entre ces derniers et celui de Michael Sarnoski. Dans « Un Talent en Or Massif » du scénariste et réalisateur Tom Gormican, distribué pour l’occasion par un gros distributeur belge, c’est un tout (autre et) nouveau Nicolas Cage que l’on découvre, dans une version fictive et romancée de lui-même, et donc au cinéma. Car il n’y a finalement qu’au cinéma que l’on peut voir cela...

Dans cette comédie d’action pleine d’autodérision, l’acteur interprète donc un Nicolas Cage dont la vie personnelle et familiale est compliquée (surtout avec sa fille de seize ans, après l’avoir négligée durant des années), lui qui est surendetté, et cherche désespérément LE rôle qui pourrait lui faire redémarrer sa carrière, après une série de films ineptes et sans envergure, mais sans que ça n’arrive. Pour rembourser ses dettes, son agent (Neil Patrick Harris) lui proposera alors d’accepter de se rendre à la fête d’anniversaire d’un milliardaire à Majorque, Javi (Pedro Pascal), qui semble être un super-fan de l’acteur. Mais peu après son arrivée, il sera approché par la CIA afin de l’aider à enquêter sur les activités supposées criminelles du milliardaire, lui qui aurait récemment enlevé la fille d’un politicien anti-criminalité, afin qu’il se retire des prochaines élections. D’abord retissant, car ne croyant pas une seule seconde aux accusations faites à l’encontre de son - très inspirant - nouvel ami, Cage identifiera la fille kidnappée à sa propre fille, et acceptera donc de jouer un nouveau rôle...

Après avoir plusieurs fois refusé le rôle en question, c’est finalement après que le metteur en scène Tom Gormican lui ait écrit une lettre personnelle que Nicolas Cage l’a accepté. Or, il ne faut pas avoir froid aux yeux pour oser se mettre dans la peau de... soi-même, et donc dans une propre parodie de soi-même. Mais l’acteur relève haut la main le défi, « Un Talent en Or Massif » étant un film qui mise énormément sur le capital sympathique de Nicolas Cage, sur l’empathie et même sur l’émotion qu’il dégage. Quel pied également de voir un acteur qui n’a pas peur de se moquer de lui-même, même s’il est triste d’en arriver à accepter... un tel rôle, qui raconte finalement un peu, beaucoup de la tournure de la carrière de l’acteur. On rigole aussi énormément des quelques trouvailles du scénario, comme des apparitions de Nicky Cage, soit le produit de l’imagination de Nicolas Cage, considéré comme une version plus jeune de lui-même, de l’ère « Sailor et Lula (Wild at Heart) » de David Lynch, sorti en 1990, lequel le harcèle et le tourmente sans cesse, pour notre plus grand plaisir. Aussi, la rencontre entre les personnages de Cage et de Pedro Pascal fait ici des étincelles, le duo fonctionnant à merveille, lesquels vont d’ailleurs s’inventer - suite à l’insistance du milliardaire - le scénario d’un film, né de leurs pérégrinations à Majorque, sans que Javi ne sache encore que son acolyte enquête - très maladroitement - pour la CIA à son sujet. Pas facile aussi de procéder à cette mission quand on passe la majorité de son temps avec des substances dans le sang !

« Un Talent en Or Massif » amuse donc, et permettra peut-être à son acteur principal, et - on peut le dire - légende du cinéma, d’obtenir un nouveau tremplin dans sa carrière. Cette comédie prouve en tout cas qu’il sait très bien jouer de sa personne, et qu’il n’a pas peur du ridicule. Mais au-delà de son interprétation et de cette introspection, le film de Tom Gormican est un film d’action qui surfe sur les artifices du genre, à coup d’armes à feu et de courses-poursuites pas très originales, mais également de quiproquos, liés ici à la mise sous couverture de Nicolas Cage, par Nicolas Cage. Sans oublier des répliques et des dialogues aussi barrés que l’est sans doute l’acteur lui-même. Bref, une drôle de recette, à l’image d’une drôle de carrière, pour un film misant son meilleur sur un acteur qu’on n’avait plus vu aussi populaire depuis perpète, et que l’on retrouvera notamment très prochainement dans la comédie horrifique « Renfield » de Chris McKay, dans laquelle il prêtera ses traits au... comte Dracula, aux côtés d’un autre Nicholas (Hoult). Vivement !



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75