logo article ou rubrique
Arnaud et Jean-Marie Larrieu
Tralala
Date de sortie : 06/10/2021
Article mis en ligne le 9 septembre 2021
dernière modification le 11 septembre 2021

par Charles De Clercq

Synopsis : Tralala, la quarantaine, chanteur dans les rues de Paris, croise un soir une jeune femme qui lui adresse un seul message avant de disparaitre : « Surtout ne soyez pas vous-même ». Tralala a t-il rêvé ? Il quitte la capitale et finit par retrouver à Lourdes celle dont il est déjà amoureux. Elle ne se souvient plus de lui. Mais une émouvante sexagénaire croit reconnaître en Tralala son propre fils, Pat, disparu vingt ans avant aux Etats-Unis. Tralala décide d’endosser le « rôle ». Il va se découvrir une nouvelle famille et trouver le génie qu’il n’a jamais eu.

Acteurs : Mathieu Amalric, Mélanie Thierry, Josiane Balasko, Maïwenn, Jalil Lespert, Denis Lavant, Galatea Bellugi, Bertrand Belin

Les frères Larrieu ont toujours eu l’art de proposer si pas un cinéma décalé, mais un regard décalé sur le monde, en marge. En 2015, ils nous offraient de passer 21 nuits avec Pattie, plus proche, de Les derniers jours du monde que de L’amour est un crime presque parfait. Les mots (souvent pornographiques) fondaient et roulaient dans la bouche de Pattie (Karin Viard), comme des bonbons au miel. Ici, les mots sont enchantés, ou plutôt « en chantés » et sortent de la bouche de plusieurs des protagonistes d’une intrigue résumée dans le synopsis. Point de surprise donc, y compris l’identité endossée par Tralala (surprenant Mathieu Amalric !), dont il apparait qu’elle est acceptée par plusieurs des intervenants qui ne semblent pas être dupes pour autant mais s’accommodent d’une famille ainsi re-composée (en chansons !). C’est aussi un autre regard sur Lourdes. L’on ne sait trop si des miracles y ont lieu, mais les commerces en vivent et les héros bien singuliers de ce film se font les hérauts, les porte-voix d’une histoire de (fausse filiation : doublement, Tralala et sa « mère » ; Tralala et sa « fille ») un film qui se clôt par un bal et un départ au fil de l’eau. C’est que le baladin chanteur ne peut rester longtemps au même endroit.

Le film des Larrieu est donc une comédie musicale. Si ce n’est pas totalement nouveau pour eux, c’est leur premier film qui de construit sur ce genre-là. Et un genre qui nous semble plus proche de Christophe Honoré avec Les chansons d’amour que de Jacques Demy (Les parapluies de Cherbourg) dont les frères semblent se revendiquer !

Précisons que les compositeurs des chansons varient au gré de leurs interprètes : la plupart des chansons originales de Mathieu Amalric (Tralala) ont été composées par Philippe Katerine ; celles de Bertrand Belin (Seb) ont été composées par celui-ci ; celle de Josiane Balasko (Lilli) a été composée par Dominique A. et celle de Mélanie Thierry (Jeannie) a été composée par Jeanne Cherhal.

Concluons avec le fait que l’on peut apposer le label « covid-19 » au film (c’est de l’humour bien sûr) car il a intégré les contraintes sanitaires, dont le port du masque dans le film, comme si cela allait de soit dans un film ancré dans le temps de son tournage.