Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Martin McDonagh
Three Billboards Outside Ebbing, Missouri (3 Billboards : les panneaux de la vengeance)
Sortie le 10 janvier 2018
Article mis en ligne le 24 décembre 2017
dernière modification le 9 janvier 2018

par Charles De Clercq
logo imprimer

Panneaux de justice et de révolte plutôt que de vengeance.
Un excellent thriller qui se double d’une réflexion sur une certaine Amérique. 84/100

Synopsis : Après des mois sans que l’enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l’entrée de leur ville.

Acteurs : Frances McDormand, Woody Harrelson, Caleb Landry, Jones, Peter Dinklage, Sam Rockwell, Abbie Cornish, Kerry Condon, John Hawkes.

La bande annonce de ce film laisse entendre un film « à la Coen Brothers », mais la bande-annonce est trompeuse, tout comme le titre en français. S’il y a bien une Coen touch, renforcée par le fait que l’actrice principale est l’épouse de Joel Coen, le film porte bien la marque de son réalisateur à qui l’on doit In Bruges en 2008 et Seven Psychopaths en 2012. L’on pourrait parler de « comédie dramatique », mais la catégorie serait elle-même trompeuse, car le drame est bien plus présent que la comédie. Il ne s’agit pas non plus de vengeance, car ce n’est pas la quête de Mildred, mais bien celle de la justice. Ces (ses) panneaux sont un rappel à l’ordre adressé aux autorités, aux forces de l’ordre et en particulier au chef de la police interprété par Woody Harrelson. Bien aimé de tous les habitants qui voient d’un très mauvais oeil celle qui pense et agit aux frontières de la ville, de la loi et de ce qu’ils considèrent comme la bienséance. Sa fille est morte, certes, violée puis brûlée (à moins que ce ne soit l’inverse), mais l’on ne retrouvera pas l’assassin si ce n’est par hasard... alors, laissons tomber et classons cette affaire.

Mildred sera également en tension avec l’adjoint du shérif, très raciste (nous sommes dans le Sud) et qui semble avoir torturé des Noirs lors dans leurs cellules (en fait un Sud qui a évolué et Dixon (Sam Rockwell sublime dans ce rôle), bas de plafonds, sous la coupe de sa mère contredira les éventuels détracteurs : « dans le Sud, on a évolué, on dit ’Il a torturé une personne de couleur !’) ». N’empêche, le spectateur aura trouvé son antagoniste en la personne de Dixon... mais les choses seront bien plus complexes qu’une partition entre blanc et noir (le jeu de mots est presque involontaire !), entre bien et mal, entre bons et méchants. Chacun et chacune a sa part d’ombre et une zone de lumière, même s’il faudra du temps pour que les choses cachées se dévoilent au cours d’un film riche en sous-intrigues : la relation entre Mildred et son mari, celle-ci avec son fils, celle de Dixon avec sa mère, ou encore lui et d’autres avec Red Welby (celui qui loue les panneaux). Ajoutons-y la presse, les habitants et tout cela forme un mélange détonnant ou plutôt incendiaire... Et le feu de l’injustice peut alors devenir le feu de la vengeance alors même que les messages laissés par un défunt viennent donner de l’humanité à l’un ou l’autre, ou plutôt éclairer sur l’humanité qui est en eux.

Un film qui décrit une certaine Amérique profonde (bien loin cependant de The Florida Project) où chacun doit vivre avec ses fêlures, les blessures de la vie et de la mort, des relations perverties par le regard (mal) posé sur les autres, par les rancœurs, l’atavisme... Un film qui offre une fin ouverte ou plutôt qui ne se ferme pas sur une clôture. Un film qui donne à penser tout en permettant à certains des protagonistes de tenter de panser les plaies après avoir été pris dans le feu de l’action ou pris des coups pour garder traces d’une confession...

Diaporama

Copyright 2017 Twentieth Century Fox
Bande-annonce :


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Diplomatie
le 1er septembre 2014
Smurfs : The Lost Village (Les Schtroumpfs et le village perdu)
le 7 mars 2017
Noche herida
le 10 février 2016
Juliette
le 1er septembre 2014
Forushande (The Salesman / Le client)
le 15 octobre 2016
Quand vient la nuit (The Drop)
le 24 septembre 2014
Horns
le 24 octobre 2014
Passengers
le 19 décembre 2016
Gods of Egypt
le 27 mars 2016
Sameblood (Sami Blood)
le 18 avril 2017
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.14