Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Zak Hilditch (2014)
These Final Hours (Les dernières heures)
Sortie BIFFF le 12 avril 2015
Article mis en ligne le 12 avril 2015
dernière modification le 16 avril 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

Film 65/100

Synopsis du BIFFF : Dix minutes après s’être mangé un astéroïde dans l’Atlantique Nord et cinq minutes après qu’un rideau de feu incandescent se mette à grignoter les côtes africaines, notre belle planète sent que l’heure de son barbecue final est arrivée… En Australie, il reste désormais douze heures avant l’apocalypse et James ne compte pas perdre ce temps précieux en futilités. Au programme ? Un dernier cinq à sept avec sa maîtresse et quelques rails de coke, avant de se diriger vers la dernière orgie du monde, remplie jusqu’à la gueule de tous les surplus d’alcool et de drogues imaginables. Aumône de préliminaires, coïts à la chaîne, roulette russe en mode LOL, overdose ou coma éthylique, peu importe : quand la musique s’arrêtera, tout le monde terminera en petit paquet de cendres… Mais, en chemin, James va découvrir un étalage sordide des plus bas instincts de l’Homme : viols, meurtres gratuits, suicides collectifs et surtout une petite fille violentée par deux porcs aux intentions répugnantes. Fiesta ultime ou conscience tranquille avant de crever ? En tout cas, le choix qu’il s’apprête à faire va irrémédiablement changer sa vie… Aussi courte soit-elle.

Présentation du BIFFF : Entre un Last Night dopé à la kétamine et un Melancholia punk, le nouveau film de l’Australien Zak Hilditch aborde sans détour tous les fantasmes nihilistes du genre humain. Et autant dire que le prépuce humaniste tombe très vite dans ce thriller apocalyptique qui file à toute berzingue vers l’enfer ! Habitué des virées cauchemardesques, Nathan Phillips (Wolf Creek, Snakes on a Plane) rempile pour cette antithèse rock’n roll de Plus Belle La Vie !

Acteurs : Angourie Rice, Jessica de Gouw, Kathryn Beck, Nathan Philips

Le film a été présenté dans plusieurs festivals et aborde la question de la fin du monde. Celui qui s’attend ou cherche un film catastrophe sera passablement déçu. De celle-ci, à part dans les dernières images, on ne verra rien et on ne saura rien. Peut-être s’agit-il d’un astéroïde comme le présente le synopsis du BIFFF mais si tel est le cas, la crédibilité scientifique en prend un coup. En réalité, cela n’a aucune importance. Toutes proportions gardées, nous sommes de fait proches de Melancholia, même si nous n’atteignons pas ici les qualités et l’envergure de celui-ci. A quoi suis-je confronté lorsque la fin est inéluctable ? Elle l’est toujours car notre seule certitude est notre condition mortelle mais nous repoussons celle-ci au-delà de l’horizon de nos prévisions. Ici, plus moyen de reporter. C’est pour dans douze heures dans ce coin-ci du monde. Le chrono ne se décompte pas comme dans la bande-annonce mais par la radio qui rend compte de l’évolution et de la destruction systématique du monde. Mais de cela, nous ne voyons rien. A noter quelques incohérences : à part un plan de deux secondes avec des oiseaux, aucune trace d’animaux ni en fuite ni sur place. Rien.

En revanche nous découvrons des zones abandonnées et d’autres sans loi. On y tue ou on fait la fête : sexe, musique, alcools, drogues... tout est bon pour oublier, pour prendre du plaisir une dernière fois. D’autres choisiront le suicide pour éviter la mort douloureuse par les flammes de l’enfer remonté sur la Terre. Que veulent encore dire l’amour, la paternité et le sexe dans de tells circonstances quand il n’y a plus rien, absolument rien à espérer. Comment gérer les heures qui s’écoulent inexorables vers la fin de la vie sur Terre et la fin du film ? Ce sont quelques-unes de ces heures finales qui sont ici traitées avec plus ou moins de bonheur. A un moment le héros solitaire verra sa route « encombrée » par une petite fille dont deux pervers avides de chair fraiche voudront abuser. Est-ce que dans le cas l’éthique et la morale ont encore un sens ? Est-ce que la défonce n’est pas le meilleur moyen de lâcher la bride ?

Est-ce qu’une petite fille, Rose, en quête de son père ne sera pas le moyen de trouver la route de son humanité ? Ecrit comme cela, nous sommes dans un film philosophique. Oui, dans une certaine mesure, mais ce n’est pas de haute volée. C’est tendre, humain, tout simplement. Il y a bien quelques scènes, nécessaires (?) pour que le film trouve un certain public : celle de la partie qui vire en débauche. Il y a parfois un peu trop de pathos : le mec baraqué qui pleure en grimaçant mais on se laissera porter par cette histoire de fin du monde.

A noter que les sous-titres français étaient ceux officiels du film et ne posaient donc aucun problème.

Bande-annonce VO ST

Bande-annonce VF


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB

Mots-clés associés



Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31