Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour les radios RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Björn Runge
The Wife
Sortie le 14 novembre 2018
Article mis en ligne le 27 septembre 2018
dernière modification le 28 septembre 2018

par Charles De Clercq
logo imprimer

Le film aborde avec beaucoup d’humanité le thème de la création artistique, de sa propriété, du rôle et de la place de la femme avec des acteurs au service de l’intrigue. 82/100

Synopsis 1 :Joan, épouse fidèle du célèbre auteur Joe Castleman, accompagne son mari à Stockholm où il doit recevoir le prix Nobel de littérature. Or dans l’avion, elle comprend petit à petit qu’après de longues années de vie commune, elle ne le supporte plus. Pourquoi ? Le passé et les rancœurs ressurgissent alors. Devra-t-elle briser leur secret au risque de tout perdre ?

Synopsis 2 : spoilers !

Après près de quarante ans de mariage, Joan et Joe Castleman (Glenn Close et Jonathan Pryce) sont complémentaires. Là où Joe est décontracté, Joan est élégante. Là où Joe est vaniteux, Joan est modeste. Et lorsque Joe jouit de son rôle très public en tant que grand romancier américain, Joan consacre son intellect, sa grâce, son charme et sa diplomatie considérables à son rôle d’épouse. En 1992, Joe est sur le point de recevoir le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre. Celle-ci a débuté à la fin des années ’50 alors qu’il faisait la rencontre de Joan, et n’a cessé de récolter les éloges depuis. En pleine célébrations à Stockholm, on flatte et on flagorne Joe, tandis que Joan reste discrètement à ses côtés. Un journaliste (Christian Slater) se présente, désirant écrire une biographie de l’écrivain, qu’il soupçonne ne pas être l’auteur à part entière de son œuvre…


Acteurs : Glenn Close, Jonathan Pryce, Christian Slater, Max Irons, Elizabeth McGovern, Harry Lloyd

En découvrant le deuxième synopsis long et détaillé (trop peut-être, au risque de trop spoiler !) l’on peut penser à une histoire vraie adaptée au cinéma, un peu à la manière de Big Eyes de Tim Burton (sauf que chez ce dernier (spoiler : [1]) . Il n’en est rien, il s’agit ici d’une pure œuvre de fiction bien qu’elle soit très vraisemblable !

L’on a plaisir à découvrir Glenn Close dans le rôle de l’épouse de l’écrivain célèbre (Jonathan Pryce) qui reçoit la gloire du Nobel de littérature. Le film nous offre quelques flashbacks en mettant en scène dans le rôle de Joan jeune... sa fille Annie Starke ! Pour le fun, poursuivons avec les anecdotes au sujet des acteurs ! David, le fils de Joan et Joe Castleman est joué par Max Irons tandis que le jeune Joe est interprété par Harry Lloyd. Et ces deux acteurs se sont retrouvés antérieurement sur le même plateau celui de The Riot Club, injustement reçu à notre avis par la critique et adaptant lui, une histoire vraie !

Toute l’intrigue tient en ceci, sur fond de professeur amoureux de son élève (et vice-versa), qu’à l’époque des débuts de l’intrigue, une femme ne peut pas publier et si elle est publiée, elle ne sera pas lue : son œuvre restera dans une bibliothèque enfermée entre les couvertures closes d’un livre dont on entend, si on l’ouvre qu’il n’a jamais été ouvert. Quelle solution alors si ce n’est de passer la main et d’être plus inspiratrice que créatrice.

Un livre est fait pour être publié et plus encore pour être lu !
Dès lors que ce but est atteint, est-ce que l’une et l’autre ne peuvent se réjouir ensemble en dansant sur un lit une ode à la création/publication ? S’agissant justement de création, le film interroge sur le processus, en mettant en tension ceux et celles qui peuvent être concernés : une écrivaine, un écrivain reconnu ou « fils de » ou un journaliste en quête d’un scoop biographique ou d’un hommage à rendre à la Vérité de la Création. Ici, en ce rôle du (futur) biographe, Nathaniel Bone, Christian Slater est juste dans sa quête de vérité, voire d’humanité.

Quels sont les enjeux de l’image de soi quand une photographe séduisante ne voit que vous a photographier et laisse tomber tous les autres, aussi proches soient-ils ? Qu’en est-il lorsque l’on se ré-approprie ses propres mensonges pour en faire une vérité universelle et sa propre vérité ? Quand l’image renvoyée par un miroir est une duperie ? Et quand celle-ci risque d’être révélée, mémoire d’outre-tombe en quelque sorte, la vérité peut-elle sortir du puits ? Celui qui l’a découverte et à qui elle fut confiée dans un moment de lassitude et de découragement doit-il s’éloigner et n’avoir plus le droit de rien dire... Si ce n’est qu’une parole entendue par un fils lui permet, peut-être de retrouver sa dignité ?

Diaporama

 <br width='500' height='667' />  <br width='500' height='201' />  <br width='500' height='202' />  <br width='500' height='199' />  <br width='500' height='195' />  <br width='500' height='230' />  <br width='500' height='376' />  <br width='500' height='312' />  <br width='500' height='229' />  <br width='500' height='200' />  <br width='500' height='198' />  <br width='500' height='233' />  <br width='500' height='392' />

(c) The Wife the movie / source : Allociné.fr

Bande-annonce (VO)

https://www.youtube.com/embed/d81IM0loH7o
The Wife | Official Trailer HD (2018) - YouTube
Notes :

[1le mari n’est pas peintre alors que chez Björn Runge il est bien écrivain !


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Ferdinand
le 16 décembre 2017
Home
le 5 septembre 2016
Wild Card
le 25 janvier 2015
Rock the Kasbah
le 21 mars 2016
Le septième fils (Seventh Soon)
le 6 février 2015
San Andreas
le 27 mai 2015
Power Rangers
le 29 mars 2017
Cemetery of Splendor (Rak ti Khon Kaen)
le 18 août 2015
Le temps des aveux
le 28 décembre 2014
Wild
le 19 février 2015
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.15