logo article ou rubrique
Martin Campbell
The Protégé
Sortie du film le 10 novembre 2021
Article mis en ligne le 10 novembre 2021

par Julien Brnl

Genre : Thriller, action

Durée : 109’

Acteurs : Samuel L. Jackson, Maggie Q, Michael Keaton, Robert Patrick, Patrick Malahide...

Synopsis : :
Anna et Rembrandt comptent parmi les deux plus grands tueurs à gages de la planète et partagent un mystérieux passé commun au Vietnam. Lorsque Moody, le mentor d’Anna, est assassiné, les deux rivaux sont forcés de former une délicate alliance et de retourner au Vietnam sur les traces de l’assassin.

La critique de Julien

Difficile de croire que le réalisateur qui se cache derrière « The Protégé » est notamment celui à qui l’on doit « Casino Royal » (2006), vingt-et-unième et tant apprécié épisode de la franchise James Bond, ayant d’ailleurs lancé Daniel Craig dans la peau du célèbre agent 007. D’un côté, cela nous rassure aussi, quelque part, qu’on lui doive le très moqué film de super-héros « Green Lantern » (2011), et cela même par son interprète principal, Ryan Reynolds. Récemment, c’est Jackie Chan et Pierce Brosnan que le cinéaste a dirigés dans « The Foreigner », marquant ses retrouvailles avec ce dernier vingt-deux ans après « GoldenEye ». De retour aujourd’hui avec un thriller d’action, sa nouvelle réalisation met en scène l’actrice et mannequin Maggie Q dans la peau d’Anna, une tueuse à gage cherchant à venger la mort de son mentor Moody (Samuel L. Jackson), elle qui croisera sur sa route un certain Rembrandt (Michael Keaton), un autre assassin, très ambigu, alors allié aux responsables de la mort de Moody. Persuadée que l’assassinat de son ami est lié à son passé, Anna retournera alors là où tout a également commencé pour elle, c’est-à-dire au Vietnam, là où elle bouclera indirectement la boucle avec elle-même, en se confrontant ainsi à ce qu’elle a rejeté toute sa vie pour en commencer une nouvelle...

Surfant sur la vague de films d’action où la violence n’a d’égal que l’invraisemblance de l’ensemble, « The Protégé » s’amuse à tirer à tout-va, mais avec une certaine aisance chorégraphiée et assurance en la matière. Car Martin Campbell maîtrise plutôt bien l’art de la mise en scène d’armes létales dans ses films, et d’autant plus lorsque ce sont les accoutumés papys Samuel L. Jackson et Michael Keaton qui les manipulent, dans le rôle de riches tueurs à gages sans scrupules. Mais c’est bien ici Maggie Q (d’ailleurs d’origine vietnamienne du côté de sa mère) qui porte l’intrigue sur ses épaules, dans le rôle d’une rescapée ayant jadis été sauvée, puis formée à tuer (ici par un homme), enchaînant ainsi les contrats, avant de tomber sur un os... Bref, dans le genre, cela nous rappelle les films « Colombiana » (d’Olivier Megaton, 2011), « Red Sparrow » (de Francis Lawrence, 2018) ou encore « Anna » (de Luc Besson, 2019), pour ne citer qu’eux. Sauf que ces derniers possédaient au moins une écriture plus approfondie, et une mise en scène moins cartonnée, voire carrément plus sophistiquée. Car outre quelques sympathiques vues londoniennes, « The Protégé » ne profite en effet pas assez des espaces dans lesquels s’inscrivent l’action, elle qui s’étend pourtant de la Roumanie à l’Angleterre, en passant par le Vietnam, là où le film a été en plus tourné. Mais cela est sans doute la faute au budget de production, très serré, pour un résultat « studio » qui se ressent dès lors à l’écran. Ainsi, malgré un rythme soutenu et un certain savoir-faire en la matière de la part de son metteur en scène, « The Protégé » est un film qui sent l’automatisme, fatigué par manque d’inventivité, souffrant de plus de facilités d’écriture, et d’incohérences, ce qui n’aide en rien.

Il vaut mieux donc ne pas trop réfléchir devant « The Protégé », lui qui, s’il divertit, s’oublie sur-le-champ, n’apportant rien de plus à ce que l’on a déjà pu voir dans le domaine. Et malgré une fin ouverte, peu de chances que l’on retrouve (au cinéma) une suite aux aventures d’Anna, étant donné le four monstrueux du film aux États-Unis. C’est triste à dire, mais c’est sans doute mieux comme ça...