logo article ou rubrique
Les critiques de Julien Brnl
The Party
Réalisateur : Sally Potter
Article mis en ligne le 19 décembre 2017
dernière modification le 6 août 2019

par Julien Brnl

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 13 décembre 2017

Signe(s) particulier(s) :

  • « The Party » a été écrit juste après les dernières élections générales en Grande-Bretagne, et tourné au moment où les Britanniques votaient pour ou contre le Brexit ;
  • le choix de la cinéaste de tourner le film en noir et blanc vient « d’une période particulière du cinéma britannique... des films qui portaient en eux un sens profond de l’état de la société ».

Résumé : Janet vient d’être nommée ministre de la santé (d’un cabinet fantôme, au sein d’un parti « corrompu »), soit l’aboutissement de toute une carrière. Elle réunit avec son époux Bill quelques amis proches pour fêter cette nouvelle. Parmi eux : la meilleure amie de Janet accompagnée de son conjoint, qui est « coach de vie » ; deux lesbiennes dont l’une attend des triplés, à la suite d’une FIV et l’autre est une universitaire spécialiste des études de genre ; ou bien encore un assez jeune banquier, sous cocaïne, dépressif et porteur d’un revolver. Très vite, la fête dégénère…

La critique

Côté ironie, on n’avait pas vu mieux que ce titre pour cette tragi-comédie sur fond de règlement de comptes entre amis, qui plus est aux propos bien de notre époque, comme l’infidélité, les relations au pouvoir, les idées politiques ou encore les relations de profil (et bien d’autres), et cela au sein d’un pays en plein ébullition (ce qui n’est, en soi, pas un cas isolé).

Servi par un casting aux petits oignons, aux rôles très sucrés, ce huit clos dépeint des réalités bien réelles, dans un monde où la normalité n’existe plus.

Dans sa forme, « The Party » fait d’emblée penser à du théâtre filmé, mais alors écrit et affûté d’un texte des plus féroces, afin de marquer le coup dans son timing serré (un peu plus d’une heure de film). Entre cynisme sanglant et vérité qui n’est pas bonne à entendre, les personnages se retrouvent ici en proie aux piques de l’un et l’autre, ainsi et surtout qu’aux révélations de tout en chacun, tombant au compte-gouttes, et auxquelles personne n’est à l’abri.

Bande-annonce :

Lien vers la critique de Cinécure