Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour RCF.

Les critiques de Julien Brnl
The Only Living Boy In New York
Réalisateur : Marc Webb
Article mis en ligne le 16 octobre 2017
dernière modification le 5 août 2018

par Julien Brnl
logo imprimer

Voilà, pour ainsi dire, un film qui joue d’un charme déguisé, mais aiguisé. Il s’en dégage ainsi un irrésistible cachet, par son cadre spatial et son jeu d’acteurs, tandis que le scénario, lui, fait pivoter le spectateur sur deux intrigues différentes, pourtant bien liées... Si on a la curieuse impression d’assister aux mœurs (parfois superficielles) d’une famille dispersée, la dernière partie du film cherche à créer la surprise, mais en empruntant malheureusement un chemin balisé. La relation père-fils y trouve alors toute son importance, au terme d’un happy-end déjà vu, et un peu trop facile. - 12/20

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 11 octobre 2017

Signe(s) particulier(s) :

  • second film de Marc Webb à sortir cette année, après « Marry » en juillet dernier ;
  • le film emprunte son titre à la chanson du même nom de Simon and Garfunkel.

Résumé : Thomas, fraîchement diplômé, est étouffé par la vie confortable et huppée de ses parents. Tout change lorsqu’il découvre que son père a une aventure avec une jeune femme à la beauté subjuguante... Souhaitant protéger sa mère (bipolaire dépressive), Thomas rentre alors en contact avec la maîtresse de son père, tout en étant obsédé par sa beauté. Le jeune homme fait également la connaissance d’un voisin passionné de littérature, tout comme lui, avec lequel il entretient une relation d’écoute assez particulière...

La critique

« The Only Living Boy in New York », c’est le penchant tragi-comique indépendant d’un Woody Allen très chaleureux, bien que (tout aussi) mineur.

Tourné dans un New York huppé et nostalgique, la caméra de Marc Webb filme ici un casting très glamour, où Pierce Brosnan joue au mari infidèle dans les bras de sa sublime maîtresse Kate Beckinsale, et où l’on découvre le minois du jeune acteur anglais Cullum Turner (son fils), bien décidé d’empêcher cette dame d’approcher son père, et cela afin de préserver la santé fragile de sa mère, incarnée par Cynthia Nixon.

D’un autre côté, le film présente aussi la remise en question d’un garçon tout juste diplômé, cachant alors son amour de la littérature à son père (travaillant dans le milieu), et cherchant à devenir « meilleur » que ses parents. Sa rencontre avec son nouveau voisin, incarné par Jeff Bridges, l’aidera d’ailleurs à faire le point, et à prendre confiance en lui dans ce passage à vide, où la philosophie s’invitera à grand coup de punchlines.

Diaporama

 <br width='500' height='375' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='318' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Bande-annonce :

Lien vers la critique de Cinécure



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Carnivores
le 1er mai 2018
L’Échappée Belle / The Leisure Seeker
le 14 janvier 2018
Skyscraper
le 21 juillet 2018
Hotel Artemis
le 26 juillet 2018
Paddington Movie 2
le 18 décembre 2017
Thelma
le 11 décembre 2017
Laissez bronzer les cadavres
le 16 janvier 2018
En Eaux Troubles / The Meg
le 20 août 2018
Winchester
le 26 avril 2018
Good Time
le 22 octobre 2017
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.18