Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Anna Biller
The Love Witch
Sortie le 16 septembre 2017 au Nova à Bruxelles
Article mis en ligne le 4 septembre 2017
dernière modification le 19 septembre 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Un film de genre dont on retiendra en particulier un coté kitch assumé.
La projection en vraie pellicule renforce la beauté de la palette chromatique. 61/100

Synopsis : Elaine (Samantha Robinson), jeune et belle sorcière, est déterminée à trouver l’amour de sa vie. À l’aide de potions et de formules magiques, elle enchante et ensorcelle les hommes… Mais ils s’avèrent tous très décevants et pourraient bien subir ses « douces » foudres !

Acteurs : Samantha Robinson, Elle Evans, Jeffrey Vincent Parise, Robert Michael Anderson.

Le cinéma Nova à Bruxelles offre régulièrement des projections qui sortent des sentiers battus. C’est le cas de ce film projeté en vraie pellicule 35 mm et qui fleure bien et bon le cinéma de la fin des années 70. Cinéma de genre s’entend, et si le film est classé dans le genre comédie, épouvante-horreur ce n’est pas vraiment l’un ou l’autre. Pas spécialement une comédie, pas spécialement un film d’horreur. Ni pastiche non plus. Ce serait plutôt un hommage au kitch assumé à un certain giallo. La palette chromatique est assez bluffante au service d’une histoire sans vraiment d’aspérité, parfois répétitive dans un monde où les sorcières existent et où sans être vraiment acceptées semblent avoir un certain statut. En tout cas leur existence n’est pas niée. L’actrice Samentha Robinson joue avec beaucoup de grâce cette sorcière « bien-aimée ». Parce que c’est bien d’amour dont il s’agit. C’est qu’Elaine voudrait que les hommes, qu’un homme puisse l’aimer véritablement, puissamment. Et comment y arriver sinon avec une potion magique, un philtre d’amour. Mais est-elle incompétente ou trop compétente, ses potions sont s’y efficace que les hommes qui les boivent se consomment d’amour pour la belle sorcière qui les a ensorcelés. C’est là que vraiment l’on découvre que l’on peut mourir d’amour. Le film prendra une autre tournure lorsque la belle sorcière aura une relation amoureuse avec le policier qui enquête sur ce qui semble être un de des crimes. Va-t-elle se consumer d’amour ? Va-t-elle ensorceler le beau policier ? Comment la magie jouera-t-elle dans un mariage féérique ? Et qui pourra vraiment survivre à tout cela ? On vous laisse découvrir à l’écran la façon dont la réalisatrice Anna Biller conclura son film.

Celle-ci voulait montrer ce qui se passerait si les hommes aimaient les femmes aussi fortement que celles-ci le veulent, le souhaitent et ont soif d’être aimées. Si les hommes sont réputés être beaucoup moins émotionnels que les femmes, en revanche, l’expérience de la réalisatrice est que ceux-ci le sont beaucoup plus. C’est ce qui tue tous les hommes dans son film : avoir laissé le passage à toutes leurs émotions.

Diaporama

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/cD2T99T5kSs
THE LOVE WITCH | Official Trailer [Female Fantasy Movie] HD - YouTube

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...



Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31