Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour les radios RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Les critiques de Julien Brnl
The Guilty / Den Skyldige
Réalisateur(s) : Gustav Möller
Article mis en ligne le 28 juillet 2018

par Julien Brnl
logo imprimer

Pour un premier long, « The Guilty » étonne par sa maîtrise. Sans réinventer son genre, ce thriller haletant est une éprouvante montagne-russe mentale très efficace.
Bref, vous ne resterez pas tranquille sur votre siège de cinéma ! - 17/20

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 18 juillet 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • premier film écrit et réalisé par le danois Gustav Möller, notamment récompensé du Prix du public de la section « World Cinema Dramatic » au Festival du film de Sundance 2018 ;
  • thriller tourné de façon chronologique, sur treize jours, avec trois caméras.

Résumé : Une femme, victime d’un kidnapping, contacte les urgences de la police au 1-1-2. La ligne est brutalement coupée. Pour Asger Holm, le policier qui a reçu l’appel, commence une course contre la montre téléphonique, où il ne pourra compter que sur son intuition, son imagination, et son téléphone pour tenter de résoudre l’affaire.

La critique

À la façon du film « Phone Game » de Joel Schumacher (2003), ce premier film d’un réalisateur Danois nous embarque dans un puissant huit clos, où un policier du service des urgences se retrouve au téléphone avec une femme kidnappée. Mais suite à la tournure incontrôlable de l’opération, seuls ses compétences ne suffiront pas à la sauver... Thriller oppressant, voilà une expérience de cinéma qui laisse le libre recours à notre imagination, et nous permet de vibrer face au regard d’un homme déchu.

« The Guilty » est une très bonne surprise, qu’on n’attendait pas. On le sait, ce n’est pas facile de maintenir l’attention éveillée du spectateur sans lui proposer de quoi se trémousser les yeux, et encore moins un scénario (bien que certains s’en passent).

Ce film, lui, regroupe les deux, mais suivant un processus bien plus malin. En effet, au fil de l’enquête qu’il mènera au téléphone, Asger Holm tentera de localiser la position précise de la victime, tout en bravant pourtant les interdits de sa fonction, et de sa situation. C’est qu’en plus d’être dans le fil de l’action avec son téléphone, le policier fait face, dans son quotidien, à une situation remettant en doute ses compétences, et surtout sa dignité. D’ailleurs, il doit comparaître au tribunal dès le lendemain de cette soirée (pas comme les autres), pour l’affaire très sérieuse à laquelle il est accusé. D’une manière ou d’une autre, cela pèsera dans la balance...

En faisant penser au film « Buried » de Rodrigo Cortés (2010) et « Locke » de Steven Knight (2014), ce film réussit parfaitement l’exercice du cloisonnement, tout en maintenant constamment l’attention du spectateur, en révélant une intrigue à surprises, venant sans cesse redistribuer les cartes. Mais le scénario ne se limite pas seulement à raconter une histoire à tiroirs sur le feu de l’action. En effet, il va plus loin, en perturbant notre conscience, remettant en doute notre interprétation, parfois erronée d’une situation envers laquelle on pensait le contraire, en ayant jusque-là essayé de bien faire. L’acteur principal, Jakob Cedergren (vu dans « Submarino » de Thomas Vinterberg), reflète de manière assez troublante cette terrible situation. Ces yeux laissent transparaître une profonde culpabilité, d’autant plus renforcée par ses enjeux personnels. Jusqu’à la dernière seconde, on parvient ainsi à entrer dans son esprit, et à comprendre toutes ses émotions. « The Guilty » est véritablement une thérapie de la pensée humaine.

Là où le film fait preuve d’un véritable travail d’orfèvre, c’est au niveau de sa mise en scène. Étant donné que la moitié de l’intrigue se déroule hors-champ, la majorité du suspense repose sur le son. En l’occurrence, plusieurs d’entre eux ont été enregistrés sur les lieux de l’action, comme à l’intérieur d’une voiture de police, dans une fourgonnette une autoroute, ou encore sur un pont. Lors des différents appels, le travail sonore réalisé nous permet ainsi de représenter visuellement, et presque distinctement, la situation spatiale dans laquelle la personne répondant se trouve. C’est peu dire s’y on s’y croirait tant c’est immersif. Ainsi, à mesure que l’intrigue avance, et que l’étau se resserre, Gustav Möller réussit à installer dans son film une véritable tension.



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

C’est Tout Pour Moi
le 11 décembre 2017
Knock
le 26 octobre 2017
Coexister
le 22 octobre 2017
Hampstead
le 9 octobre 2017
La Promesse de l’Aube
le 6 janvier 2018
As Boas Maneiras (Les Bonnes Manières)
le 22 juillet 2018
Les Tuche 3
le 31 janvier 2018
Jeune Femme
le 11 novembre 2017
Marlina, la Tueuse en 4 Actes
le 11 juillet 2018
Mme Mills : une Voisine Si Parfaite
le 26 avril 2018
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.0