Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Lee Toland Krieger (2015)
The Age of Adaline
Sortie le 17 juin 2015
Article mis en ligne le 31 mai 2015
dernière modification le 24 juin 2015

par Charles De Clercq

Synopsis : Comment vivre sa vie lorsqu’on sait qu’elle n’aura pas de fin ? C’est la situation dans laquelle se retrouve Adaline après un accident qui aurait dû lui être fatal dans les années ’30. Alors qu’elle restera figée au même âge toute sa vie, elle va voir son mari, ses enfants vieillir et mourir. Peu à peu, Adaline va se forcer à ne plus aimer et à vivre sa vie sans aucune attache. Seulement voilà, vivre l’éternité toute seule est très difficile et la vie d’Adaline va de nouveau changer lorsqu’elle va rencontrer un homme qui va réussir à percer sa carapace.A nouveau, la jeune femme va s’autoriser à aimer et va craindre, plus que tout, d’avoir le cœur brisé par un homme qui, lui, reste la victime du temps.

Acteurs : Blake Lively, Harrison Ford, Amanda Crew, Ellen Burstyn, Kathy Baker, Michiel Huisman, Anjali Jay.

Il s’agit d’un drame romantique, mignon, très mignon, très très sentimental qui déçoit. Dommage, le point de départ était bon, voire très bon, mais plusieurs défauts viennent anéantir les espérances que l’on pouvait placer dans ce film qui sort en salle en Belgique, mais en « e-cinema » en France.

Ce film aurait pu utilement prendre la voie du thriller, qu’il esquisse d’ailleurs à certains moments, notamment la traque et la quasi-arrestation par le FBI. En effet, cette histoire d’une femme « immortelle » en quelque sorte et qui craint (il y a un échange à ce sujet) d’être un objet d’expérience aurait eu à gagner à développer cet aspect plutôt que la dimension purement romantique qui a été donnée à ce film.

En soi, ce n’est pas grave ! Pourquoi pas une romance, d’autant que le couple est mignon et sympathique. Elle, Adaline (Blake Lively) et Lui, Ellis Jones (Michiel Huisman - Games of Thrones !) sont mignons, séduisants, craquants. L’intrigue avec le père d’Elis, William dont je ne dirai rien pour ne pas dévoiler le peu de suspens du film est intéressante et nous permet de découvrir Harrison Ford dans un étonnant rôle romantique (ainsi que le jeune Anthony Ingruber - très ressemblant avec Harrison jeune) jouant le rôle du jeune William peu avant son mariage. C’est même touchant de découvrir combien le destin joue des siennes : enjeux : une bague et une cicatrice à découvrir toutes deux à l’écran. Donc sentimental à souhait, presque à l’eau de rose... ce n’est pas déplaisant...

...mais la voix off est vraiment de trop et le jargon pseudo-scientifique pour expliquer le blocage du vieillissement d’Adaline est inutile et trop lourd. En fait, pour ce qui est de la vraisemblance, on pouvait accepter la fiction d’une personne qui ne vieillit pas (comme une sorcière, ou bien Highlander). A partir du moment où on veut expliquer d’une façon « scientifique » et solennelle, cela ne tient plus la route et casse l’adhésion au récit.

Mais bon, pour qui aime les films très sentimentaux, elle/il peut y aller les yeux fermés (façon de parler donc !).

Diaporama

Bande-annonce :



Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.20