logo article ou rubrique
Simon Kinberg
The 355
Sortie du film le 05 janvier 2022
Article mis en ligne le 11 janvier 2022

par Julien Brnl

Genre : Action, espionnage

Durée : 136’

Acteurs : Diane Kruger, Penélope Cruz, Jessica Chastain, Lupita Nyong’o, Bingbing Fan, Sebastian Stan, Edgar Ramírez...

Synopsis :
Une arme secrète, qui peut détruire le monde en un claquement de doigts, tombe entre de mauvaises mains. Mace, une agente de la CIA, est mise sur l’affaire, mais est devancée par des agentes rivales : Marie, allemande, Khadijah, britannique et Graciela, colombienne. Mace prend conscience qu’elles n’arriveront à s’emparer de l’arme qu’en unissant leurs forces. Elles mettent leur méfiance de côté et concluent une entente fragile. Le quatuor explosif poursuit l’arme de Paris au Maroc, jusque Shangaï. Parviendront-elles à sauver le monde... ou ont-elles signé leur propre arrêt de mort ?

La critique de Julien

Ceux qui suivent le Festival de Cannes se souviennent sans doute du photocall enflammé de Jessica Chastain, Marion Cotillard, Penélope Cruz, Fan Bingbing et Lupita Nyong’o, se tenant bras à bras lors de la 71e édition de l’événement, en mai 2018, alors que ces dernières étaient venues y présenter leur projet « 355 », réalisé par Simon Kinberg, en quête alors d’un heureux acheteur lors du marché du film. Or, c’est lors du tournage de « X-Men : Dark Phoenix » (2019) que la première a proposé au cinéaste l’idée d’un film d’espionnage dans la veine des franchises « Mission : Impossible » ou « James Bond », mais au féminin. Coproduit notamment par ces derniers, « The 355 » se veut alors être un thriller d’action féministe très rythmé, et pourtant très sommaire dans son exécution, et surtout sans imagination.

Initialement prévu dans nos salles il y a un an, ce film, tirant son titre du nom de code secret de la première espionne d’un réseau d’espionnage géré par Benjamin Tallmadge, sous les ordres du général George Washington, à l’été de 1778, pendant la Révolution américaine, raconte alors l’histoire d’un groupe international d’espionnes forcées de travailler ensemble afin d’empêcher une organisation terroriste de déclencher la Troisième Guerre mondiale, étant donné un programme de décryptage spécial capable d’accéder à n’importe quel système numérique sur Terre. On y retrouve alors cinq femmes d’horizons bien éloignés issues de différentes agences de renseignement, dont l’Américaine Mason Brown de la CIA (Jessica Chastain), la Britannique Khadijah en tant qu’ancienne du MI6 et experte en informatique (Lupita Nyong’o) ou encore l’Allemande Marie Schmidt (Diane Kruger, remplaçant Marion Cotillard) du Service fédéral de renseignement allemand (BND), que rien n’arrêtera alors, ni même une armada d’hommes armés...

Pas crédible pour un sou, « The 355 » souffre d’un scénario troué de partout, alors que ses héroïnes voyagent au cours de l’intrigue d’un bout à l’autre de la terre, en un éclair, et pourtant sans visa, ni couverture. Dès lors, on se demande bien comment elles peuvent encore trouver un avion pour se déplacer, ainsi que chaussures à leurs pieds, et robes à leur taille ! Qu’importe, ce film d’action, qui se la joue film d’espionnage à talons, tente le coup de renversements de situation, de retours en arrière pour alors mieux retomber sur ses pattes, ou encore d’identités cachées, lesquels ne tiennent malheureusement pas la route. Mais pour autant qu’on se laisse prendre au jeu, « The 355 » joue aussi bien avec ses jolies dames qu’avec le spectateur peu attentif aux incohérences, et divertit dès lors, tout en cochant les cases du genre, mais en mode mineur, de l’enjeu principal du film (une énième arme de destruction massive informatique), à ce groupe de filles qui livreront un peu trop vite leur(s) secret(s), jusqu’aux agents et forces de l’ordre corrompues de toutes parts. Et si le film se montre très « girl power » dans l’âme, et prouve que l’homme n’a pas besoin de donner les règles du jeu à la femme, force est de constater que l’ennemi n’est ici que masculin, comme si ces drôles de dames étaient finalement « seules contre tous ». Or, cette représentation est un peu grosse, surtout vis-à-vis de celle de vouloir inverser ici la place de la femme dans les films d’espionnage...

Alors qu’elle jouait dans le film « Ava » (2020) de Tate Taylor une mercenaire travaillant pour une organisation d’opérations noires parcourant alors le monde en exécutant des contrats de hauts profils, Jessica Chastain gâche une fois de plus son immense talent, même si c’est elle seule qui s’est lancée dans cette opération, vouée à l’échec commercial. Bien qu’elle croie en son rôle, au même titre que ses camarades de jeu, elles qui s’en donnent les moyens, on peine cependant à trouver quelque chose à sauver de « The 355 », et à sa juste valeur, ce qui est bien triste. Alors certes, cette réunion partait d’une bonne intention, post-#MeToo, mais le résultat final, très banal dans son écriture et sa mise en œuvre, ne révolutionne en rien ce qui a déjà été vu dans le genre...