Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Noémie Saglio
Telle mère, telle fille
Sortie le 29 mars 2017
Article mis en ligne le 7 mars 2017
dernière modification le 6 août 2019

par Charles De Clercq

Synopsis : Inséparables, Avril et sa mère Mado ne peuvent pourtant pas être plus différentes. Avril, 30 ans, est mariée, salariée et organisée à l’inverse de sa mère, éternelle ado insouciante et délurée qui vit aux crochets de sa fille depuis son divorce. Mais quand les deux femmes se retrouvent enceintes en même temps et sous le même toit, le clash est inévitable. Parce que si Mado, en pleine crise de jeunisme, n’est pas prête à être grand-mère, Avril, quant à elle, a bien du mal à imaginer sa mère... mère !

Acteurs : Juliette Binoche, Camille Cottin, Lambert Wilson, Jean-Luc Bideau, Charlie Dupont, Catherine Jacob.

Ceux qui écoutent mes émissions sur RCF en Belgique et/ou suivent les chroniques de ce site cinécure, savent mon peu d’enthousiasme pour les comédies françaises. Ici, malgré l’un ou l’autre nom qui pouvait faire craindre un a priori négatif, d’autres noms, ceux de Gaumont qui produit le film et de Cinéart qui le distribue en Belgique effaçaient toute crainte préalable. Du moins le croyais-je alors qu’un confrère me rappelait un contre-exemple dont je tairai le titre ! Que dire ? Sinon une des répliques de Lambert Wilson dans une des dernières scènes : « C’est n’importe quoi ! ».

L’histoire est traitée de façon plan/plan, nunuche, genre new-âge... et il y a bien l’une ou l’autre situation amusante et bien que Camille Cottin ne fasse pas du Cottin (une de mes craintes) ce n’est finalement pas très amusant. Le pitch pourtant laissait augurer de bonnes raisons de rire et de s’amuser un peu comme je l’avais fait avec le film Retour chez ma mère ! Il y a bien Jean-Luc Bideau dans le rôle d’un gynécologue un peu frapadingue et Charlie Dupont dans celui de son fils... tout aussi gynécologue... et homo.

Le dernier point le plus agaçant est l’invraisemblance de l’histoire due à de nombreuses erreurs de casting, notamment dans la conjonction/confrontation mère fille ! Ainsi Camille Cottin a 38 ans... fille de Juliette Binoche (52 ans) donc mère à 13 ans et de Lambert Wilson (58 ans, bon : père à 20 ans, cela va bien sûr). Et que dire de Mickaël Dichter, 27 ans, dans un premier rôle... comme compagnon de Camille presque cougar pour l’occasion. Dichter qui était présenté en 2013 comme « un cinéaste en herbe ». En somme il y a quasiment la même différence d’âge entre Avril et son compagnon qu’entre elle et sa mère ! Alors on sait bien que l’âge des acteurs n’est pas (nécessairement) celui de leurs personnages et que l’on peut même jouer sur 45 ans comme dans Mr & Mme Adelman. OK, mais ici, non cela ne fonctionne pas... la différence d’âge entre mère et fille n’est absolument pas crédible !!!!

Je vais m’arrêter là. Si d’aventure je trouve une critique positive, promis, juré, craché, je publie le lien. En attendant, je ne référence pas cette critique sur IMDB. De toute façon, le public ira probablement voir le film, rira peut-être de bon cœur en dépit de tout ce qu’un critique peut écrire !

Bande-annonce



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Love, Simon
le 2 juillet 2018
Tous les chats sont gris
le 14 février 2015
Eshtebak (Clash)
le 25 décembre 2016
Seven Sisters
le 6 août 2017
Happy End
le 16 septembre 2017
Charlie Mortdecai
le 20 janvier 2015
Irrational Man (L’homme irrationel)
le 18 juillet 2015
Les deux amis
le 16 octobre 2015
L’Atelier
le 16 octobre 2017
Binti
le 20 mars 2019
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.20