logo article ou rubrique
John Krasinski
Sans un Bruit 2
Sortie du film le 23 juin 2021
Article mis en ligne le 22 juin 2021
dernière modification le 7 juillet 2021

par Julien Brnl

Genre : Fantastique, horreur

Durée : 97’

Acteurs : Emily Blunt, Cillian Murphy, Noah Jupe, Millicent Simmonds, John Krasinski...

Synopsis :
Après les tragiques événements survenus chez eux, la famille Abbott doit maintenant affronter les terreurs du monde extérieur. Forcés de s’aventurer dans l’inconnu, ils réalisent rapidement que les étranges créatures ne sont pas les seules menaces.

La critique de Julien

Initialement prévu la semaine succédant la fermeture des salles de cinéma, soit le 18 mars 2020, « Sans un Bruit 2 » fait suite à « Sans un Bruit », sorti en 2018, film d’ambiance ultra-efficace, qui prenait aux tripes, et réinventait l’immersion cinématographique sonore avec brio. Dans ce thriller fantastique, les derniers humains devaient vivre dans un monde débarrassé du moindre bruit causé par l’homme, cachés alors dans le silence absolu, sous peine de se faire arracher la vie en moins de deux par des affreuses bêtes très sensibles aux sons... Mise en scène parfaitement dosé, travail du son nous familiarisant au silence de la salle, et donc aux moindres craquements ou pas de travers des personnages, « Sans un Bruit » avait été un carton mondial au box-office, ainsi que critique. Et sa relève débarque enfin dans nos salles, laquelle est devenue le premier film à dépasser les cent millions de dollars de recette aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie de COVID-19. C’est dire si le film était attendu, et qu’il plaît ! Car oui, « Sans un Bruit 2 » poursuit sur la lancée de son prédécesseur.

Le film débute alors par un cadeau, soit une mise en bouche, au travers d’une exceptionnelle scène de flashback se déroulant une année avant l’invasion terrestre par des créatures hostiles, venue d’ailleurs, possédant une peau blindée, une vitesse incroyable, et une ouïe hypersensible pour cibler et suivre les victimes. On y suit alors la famille Abbott, assister au match de baseball de leur fils Marcus, alors qu’un objet non identifié enflammé pénètre dans l’atmosphère, avant que la ville ne se fasse assaillir par ces créatures... Et autant dire qu’on ne pouvait pas espérer mieux comme introduction, violente et spectaculaire, laquelle nous remet directement en haleine, nous permettant aussi de retrouver le personnage campé par John Krasinski, le temps de quelques minutes, ainsi que d’en apprendre brièvement sur ces bêtes.

Toujours dirigé et écrit par Krasinski lui-même, époux d’Emily Blunt à la vie, cette suite se déroule directement après les événements ayant ponctué le précédent opus, alors que Evelyn (Blunt), sa fille adolescente et sourde Regan (Millicent Simmonds), son fils adolescent Marcus (Noah Jupe) et un nouveau-né tentent de chercher d’autres survivants, leur maison isolée ayant été détruite. Après avoir découvert une méthode pour neutraliser ces bêtes et les tuer une fois vulnérables, la famille prendra alors la route, se retrouvant dans une zone clôturée, où ils découvriront une fonderie d’acier abandonnée, alors que l’un d’eux tombera dans un piège à ours...

Sans temps-mort, malin et jouant intelligemment avec nos nerfs, « Sans un Bruit » avait alors l’originalité de nous plonger dans un monde totalement étranger, nous baignant dans une atmosphère pesante, livrés alors, tels les personnages, vers un inconnu les guettant, et cela dans les deux sens du terme.
La découverte en moins, « Sans un Bruit 2 » se révèle tout aussi haletant et effrayant que son prédécesseur, jouant cependant dans une cours d’école différente, car beaucoup plus dans le spectacle que dans la retenue. En effet, on retient moins son souffle ici qu’on ne l’avait fait avec les personnages auparavant, étant donné que cette nouvelle intrigue se veut plus nomade, et donc moins claustrophobique, enfermée. Cependant, cette histoire suit une intrigue totalement cohérente avec la précédente, laquelle perd autant qu’elle gagne en qualités. Cette suite n’est, autrement dit, pas comme son modèle, mais évolue, et de la bonne manière. Ceux qui ont apprécié « Sans un Bruit » devraient donc apprécier « Sans un Bruit 2 ».

Là où ce film gagne donc en intensité, c’est dans son action, beaucoup plus soutenue, étant donné un budget de production plus de trois fois supérieur. Le divertissement est donc total, brutal, concis, tandis qu’il nous est donné, à de nombreuses reprises, de croiser la route de ces affreuses créatures en question. Et visuellement, les effets spéciaux garantissent de belles frayeurs ! Aussi, si vous vous attendiez à sursauter autant qu’avant, il en sera bien le cas ici, étant donné une nouvelle fois un bon usage du concept « monstres-avec-capacités-ultradéveloppées », entre parties de cache-cache avec les humains, apparitions soudaines, et utilisation de silences très vite déstabilisants. Aussi, cette suite nous permet de ressentir de nouvelles émotions de la famille à mesure qu’elle s’ouvre sur le monde extérieur, découvre et tombe sur l’inconnu, et l’horreur, aussi bien extraterrestre qu’humaine. La tension est donc toujours bien à son comble, pas après pas, au-delà de la limite de sable tracée au sol...

John Krasinski a donc eu la bonne idée de ne pas réaliser deux fois le même film, mais bien de poursuivre dans son sillon, tout en y introduisant aussi un nouveau personnage, Emmett, joué par Cillian Murphy, dans une composition dramatique soutenue, et nouvelle figure masculine de l’histoire, devant notamment tenir tête au personnage de Millicent Simmonds, intrépide tel son père Lee Abbott (Krasinski). La jeune actrice, sourde, a définitivement quelque chose en elle de très fort. Quant à Emily Blunt, elle a toujours les épaules assez fortes pour résister et protéger ses enfants, coûte que coûte, alors que Noah Jupe (Marcus) est sans doute l’acteur ayant le plus grandi depuis le premier film, lui dont le caractère devrait encore plus s’affirmer et gagner en importance par la suite...