Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Sarah Smith, Jean-Philippe Vine et Octavio E. Rodriguez
Ron Débloque
Sortie du film le 20 octobre 2021
Article mis en ligne le 24 octobre 2021

par Julien Brnl

Genre : Film familial

Durée : 107’

Acteurs : Zach Galifianakis, Jack Dylan Grazer, Olivia Colman, Ed Helms Justice Smith, Rob Delaney...

Synopsis : :
L’histoire de Barney, un collégien tout ce qu’il y a de plus normal, et de Ron, une prouesse technologique connectée capable de marcher et de parler, et conçue pour être son meilleur ami. Les dysfonctionnements de Ron à l’ère des réseaux sociaux entrainent le duo dans d’incroyables péripéties au cours desquelles garçon et robot vont découvrir la notion d’amitié sincère au milieu d’un joyeux désordre...

La critique de Julien

Premier film du studio d’animation britannique Locksmith Animation, fondé en 2014, et distribué par Disney sous sa filiale 20th Century Studios Animation, « Ron Débloque » nous emmène dans un futur relativement proche, alors que le géant de la technologie Bubble dévoile sa dernière création : le B-bot. Conçu pour être le copain idéal aux enfants, ce robot les aide alors à leur tour à se faire de vrais amis, étant donné ses riches capacités connectées. Mais alors que tous les élèves de l’école de Nonsuch ont leur propre B-Bot, Barney Pudowski, lui, est le seul collégien à ne pas en posséder un, lui qui n’a pas vraiment d’amis. Alors qu’il vit avec son veuf père Graham, qui vend tant bien que mal des nouveautés en ligne, et sa grand-mère Donka, venue de l’est de l’Europe, et aux coutumes assez particulières, ces derniers assisteront à une farce cruelle d’un enfant faite à Barney, le jour de son anniversaire, sur le seuil de la porte d’entrée de la maison. Peinés, ils se précipiteront ainsi au magasin Bubble, alors fermé. Heureusement pour eux, un chauffeur-livreur tient là un B-bot légèrement endommagé, qu’ils ramèneront ainsi à la maison. Sauf que ce dernier ne fonctionne pas très bien. Pas certain donc qu’il s’agisse-là d’un véritable cadeau pour Ron...

Tandis qu’il surfe sur le thème on ne peut plus contemporain de la technologie de connectivité à l’Internet, et de ses dérives, « Ron Débloque » met en scène une histoire pensée comme bienveillante, alors destinée aux jeunes enfants. Les aventures de Ron nous parlent alors des effets des médias sociaux sur le développement des enfants, ainsi que de l’amitié enfantine et sa véritable nature, en la présence alors d’un ami sous quelques formes que ce soit ; ici robotique. Sauf que la morale de l’histoire peine à nous convaincre, étant donné qu’elle se conforme à l’utilisation de la technologique, étant donné que les principaux intéressés semblent ne plus savoir se faire de nouveaux amis sans elle. Or, dans cette histoire, ce sont bien les adultes responsables de Ron qui ont raison, eux qui refusent dans un premier temps que Ron ait recours ainsi à une technologie pour se faire des amis, et découvrir par la même occasion les joies de la vie d’enfant, eux qui ont d’autant plus raison face à l’utilisation insoupçonnée des données personnelles et la vidéosurveillance établie par le créateur du B-Bot. Or, les parents finiront ici par rentrer dans le mouvement, face en partie au harcèlement subi par Ron.

S’il traite de la perception qu’ont les enfants d’eux lorsque leur vie est filtrée par les médias sociaux, et qu’il met en scène une étrange amitié qui va aider son jeune héros à apprendre ce qu’est un ami, mais également à le mettre alors au défi, à l’encourager, et le pousser vers de nouvelles choses, « Ron Débloque » évite la dépendance à la technologie et à la popularité qu’elle offre à ses utilisateurs, et consenti indirectement à la violence, à la stigmatisation des cours de récréation, faite à ceux qui se sentent différents, à l’instar de Ron, et d’autant plus face à l’arrivée d’un robot, à plus forte raison qu’il l’est davantage, avant finalement d’aider Ron à contester cette position, et ainsi renverser la tendance. Mais cet exercice périlleux est bien trop douteux dans ses fondements, et présente manifestement la technologie et l’Internet indissociable de l’avenir de nos enfants, et de leur construction identitaire et sociale...

Enfin, notons ici une animation loin de sortir des sentiers battus et de rivaliser avec d’autres (pour ne pas les citer), et un manque de second degré assez remarqué, même si le film pourrait aider les parents à (mieux ?) comprendre comment leurs enfants se complaisent à l’Internet, afin d’exister. Par contre, aucun des publics présents dans la salle ne risque d’y trouver la dose d’humour recherchée, et pourtant indivisible du cinéma d’animation de grand studio...



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75