Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour les radios RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Guillaume Canet
Rock’n Roll
Sortie le 22 février 2017
Article mis en ligne le 14 janvier 2017
dernière modification le 27 février 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

La crise de la quarantaine vécue et assumée par un acteur époux d’une grande actrice !
Un film en totale autodérision : une catharsis de la vie d’un acteur. 79/100

Synopsis : Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux.. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la « liste » des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy… Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.

Acteurs : Guillaume Canet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Yvan Attal, Kev Adams, Maxim Nucci, Johnny Hallyday.

Depuis plusieurs semaines, les réseaux sociaux voient une « dispute » par images et messages interposés entre Monsieur Cotillard et son épouse. Pardon, entre Monsieur Guillaume Canet et son épouse Marion... Cotillard. Au vu du dernier long métrage de... Monsieur Canet, l’on se dira probablement que tout ce buzz contribue surtout à en faire pour le(ur) film !

Voici que son époux, vivant en quelque sorte dans la lumière (ou dans l’ombre) de son épouse multiprimée, vit sa crise de la quarantaine. Ou tente de la vivre via une démarche proprement cathartique, via le média qui lui sied bien : le cinéma. Poussant très loin, beaucoup plus loin des logiques qui sous-tendent des films comme Ma femme est une actrice ou comme la minisérie française Dix pour cent, où les acteurs jouent leur propre rôle (et de série, il sera aussi somme toute question dans l’intrigue elle-même, où l’on pourrait d’ailleurs faire état de « la loi des séries ». Ici, en l’occurrence, c’est pour le meilleur et le rire et l’on appréciera surtout l’énorme capacité d’autodérision de Guillaume Canet et les liens cordiaux et amicaux qui ont permis que des proches et partenaires d’affaire et de travail qui ont permis la mise en œuvre de ce film totalement jubilatoire, avec un humour à croquer à pleines dents !

L’on sait gré aux concepteurs de la bande-annonce de ne rien dévoiler de l’intrigue et de ses rebondissements. L’on devine la surprise et l’étonnement sur de nombreux visages et l’on ne spoilera absolument pas ! C’est que la montée en puissance, le jusqu’au-boutisme de la démarche est impressionnant et a dû demander de nombreuses heures de travail ! Pour qui, pour quoi, où et comment : même cela serait de trop, la surprise serait gâchée.

L’on se dira cependant que derrière l’humour, la catharsis en œuvre est aussi à prendre pour elle-même. Gageons que, comme beaucoup, Canet n’échappe pas à la crise identitaire, au corps qui n’a plus la même capacité de séduction, et que c’est tout à son honneur d’être la cible première de son humour. C’est aussi sa capacité de mettre cela en œuvre (des deux côtés de la caméra) et d’y avoir entraîné jusqu’à Marion qui fait plus mère-vannée-au-foyer qu’actrice en mode séduction. Voir Marion, en porte-à-faux par rapport aux rôles qu’elle va jouer (dans le film) pour Xavier Dolan, où elle prend constamment l’accent canadien et les conséquences à la fin, ou sa boiterie pour un autre rôle...

J’ai beaucoup apprécié ce film, même si je trouve que la fin est too much. C’est là affaire de goût et c’est très personnel. L’on estimera cependant, et a contrario, que le réalisateur va jusqu’au bout de sa démarche sans s’embarrasser aucunement de ce que l’on pensera de son image. Celle-ci ne s’en trouve pas réduite, bien au contraire, elle se muscle et prend de l’ampleur et l’on peut se dire à la fin du film : « bravo, Monsieur Canet, vous êtes un acteur de poids et de talent, et pas seulement ’Monsieur Cotillard’ ».

Toutefois s’il y avait un défaut qui rend le film un peu lourd et indigeste, c’est sa longueur. Plusieurs restent avec l’impression que le sujet aurait gagné à une cure d’amaigrissement en le réduisant à une durée d’une heure trente maximum. Malgré cela, ne boudez pas votre plaisir et profitez-en pour prendre une portion maxi de pop corn [1] pour assumer pleinement l’aspect de divertissement (mais pas seulement).

Notes :

[1(et ne culpabilisez pas, vous pouvez toujours faire un peu de marche ou de fitness ensuite)


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Charlie Mortdecai
le 20 janvier 2015
While We’re Young
le 4 juillet 2015
Les premiers, les derniers
le 18 janvier 2016
Cemetery of Splendor (Rak ti Khon Kaen)
le 18 août 2015
Rings (Le cercle)
le 20 janvier 2017
Elvis and Nixon
le 8 juillet 2017
A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence
le 26 mars 2015
Justice League
le 10 novembre 2017
Bonne pomme
le 17 août 2017
Tante Hilda !
le 1er septembre 2014
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.15