Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Homero Olivetto
Reza a Lenda (Holy Biker)
Sortie au BIFFF le 7/4/17
Article mis en ligne le 7 avril 2017

par Charles De Clercq
Imprimer logo imprimer

Présentation BIFFF : Dans un monde pas si lointain, où certains idiots ont considéré que le réchauffement climatique était une vaste fumisterie inventée par les Chinois, le Brésil est devenu un continent aussi aride qu’un rêve érotique avec Alice Sapritch. Les morpions existentiels ont vite fait de pulluler à travers les ronces du pays, et la foi est forcément revenue dans le top des sondages populaires : évidemment, certains propriétaires terriens ont très vite compris qu’ils pouvaient transformer cet assouvissement désespéré en Disneyland du Pater Noster. Et avec le paquet de saints qu’il y a au Brésil, il y a un sacré butinage religieux à se faire. Mais c’est sans compter la horde de God’s Angels, une bande d’orphelins menés par le Père Nosso, qui – cette fois – a une mission top of the popes : récupérer une icône capable de ramener la pluie sur leurs terres. Seul problème : l’icône est dans les mains d’un véritable fils de pute de compétition. Le genre de crevure prêt à décapiter un zigue afin d’en faire un ballon et inviter son fiston à une partie de foot. Vous voyez le genre : le sang du Christ va encore couler abondamment…

Voici l’une des nouvelles fournées du Blood Window ! Premier long de Homero Olivetto, Holy Biker sent le désespoir et la poussière aride à chaque plan, braconne avec déférence sur les traces de Mad Max et invente le néo-western new age. Unique en son genre, cette péloche touille dans les croyances populaires du Brésil et ouvre – avec son petit air d’Easy Rider post-apocalyptique – de nouvelles perspectives sur un cinéma en plein essor !

Acteurs : Cauã Reymond, Humberto Martins, Jesuíta Barbosa, Jonathan Azevedo, Julio Andrade, Luisa Arraes, Silvia Buarque, Sophie Charlotte

Ma cotation BIFFF :

JPEGJPEG

Le critique « curé » responsable du site bien nommé CINECURE et animateur de l’émission radio homonyme pouvait attendre beaucoup de ce film brésilien. Dame, ou plutôt « notre-dame » il y est question de religieux quand même, d’un culte à rendre, de « visitation/procession » moyennant obole pour voir la dame, enfin, la « sainte » ou plutôt sa statue. Le tout sur fond de dystopie apocalyptique, de type The Rover ou Young Ones (notamment pour le manque d’eau et l’attente de la pluie). A l’arrivée, un (petite) déception. C’est que le scénario déjà bien maigre est également confus : entre flashbacks sur le passé de Ara (interprété par le ténébreux - et beau - Cauã Reymond qui vient essentiellement du monde mini-séries brésiliennes et donc chouchou de la gent féminine et des adolescentes) et rivalités entre bandes et motards pour la possession d’une sainte censée apporter la pluie, le spectateur risque de se perdre. On ne va donc pas dévoiler, « spoiler » ou « divulgâcher » comme disent les québécois, sinon fournir une piste aux fans de A.E. Van Vogt dans ses romans où il présente la philosophie d’Alfred Korzybski et le concept « non-aristotélicien » : la carte n’est pas le territoire ! Est-ce à dire pour autant que le film va à vau-l’eau ? Non, pas vraiment... mais vous aurez probablement envie d’une Cuvée des Trolls pour vous désaltérer après le film...

https://www.youtube.com/embed/Nbx2vy5kFO8
Holy Biker | BIFFF 2017 - YouTube

flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


pucePlan du site puceEspace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.2