Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Ruben Fleischer
Retour à Zombieland : Double Tap
Sortie du film le 06 novembre 2019
Article mis en ligne le 3 novembre 2019

par Julien Brnl

Signe(s) particulier(s) :

  • suite de « Bienvenue à Zombieland » (2009), déjà dirigé par Ruben Fleischer ;
  • Jesse Eisenberg, Emma Stone, Abigail Breslin et Woody Harrelson sont de retour dans leurs rôles principaux, tandis qu’il en est de même pour les scénaristes du premier film Rhett Reese et Paul Wernick, aidés pour l’occasion par Dave Callaham, chargé du script de « Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings » (2021) pour Marvel Studios et de « Wonder Woman 1984 » (2020) pour DC.

Résumé :
Le chaos règne partout dans le pays, depuis la Maison Blanche jusqu’aux petites villes les plus reculées. Nos quatre tueurs doivent désormais affronter de nouvelles races de zombies qui ont évolué en dix ans et une poignée de rescapés humains. Mais ce sont les conflits propres à cette « famille » improvisée qui restent les plus difficiles à gérer…

La critique de Julien

On ne change pas une équipe qui gagne (ou presque)... Dix ans maintenant que les fans de la comédie zombiesque « Bienvenue à Zombieland » attendaient sa suite, c’est-à-dire une éternité ! Or, il aura fallu attendre tout ce temps en partie à cause de ses scénaristes, notamment occupés sur « Deadpool » (2016), puis sur sa suite logique, « Deadpool 2 » (2018), afin que le projet se concrétise, et voit enfin le jour. Mais c’est désormais chose faite, avec le tout naturellement nommé « Retour à Zombieland », et emmené par l’ensemble du casting original. Alors, vous casserez encore bien un peu du zombie ? Ça tombe bien, car eux aussi !

Dix ans après les événements du premier film, les solitaires et survivants Tallahassee (Woody Harrelson), Columbus (Jesse Eisenberg), Wichita (Emma Stone) et Little Rock (Abigail Breslin) sont maintenant devenus, tant bien que mal, une famille, mais surtout des experts en identification et en élimination de divers zombies. Or, tel que nous l’explique Columbus, le narrateur de l’histoire, ils doivent aujourd’hui faire face à quatre nouveaux types de zombies, tels que les « Homer » (pas très malins), les « Hawking » (plutôt ingénieux), les Ninjas (les furtifs), et surtout les redoutables et coriaces « T-800 ». On vous passe les références de leur appellation ! Ces derniers, en l’occurrence, sont les plus évolués, et résistent à la « Double Tap » (la double dose) de balles, lesquels sont donc plus difficiles à exterminer. Heureusement pour eux, ils ont élu domicile à la Maison Blanche (aujourd’hui abandonnée), en toute sécurité. Mais après avoir réalisé un long périple de survie à cette apocalypse zombie, et trouvé enfin une stabilité de vie, les quatre locataires vont devoir surpasser le stade de la cohabitation, et composer ensemble afin de rester unis. Mais c’est sans compter sur la demande au mariage de Columbus à Wichita (elle qui a peur de l’engagement et éprouve encore un besoin de liberté), ainsi que sur la crise d’adolescence de Little Rock (en plus trop couvée par Tallahassee)... Bref, de quoi engendrer de nouvelles péripéties, croiser de nouveaux morts-vivants, et leur remettre une bonne double dose, et plus si affinité !

Produit par Columbia Pictures, même son emblème (et personnification de l’Amérique) joue ici le jeu de ce « Retour à Zombieland » ! En effet, la dame vêtue d’un drapeau drapé et de sa torche arrange elle-même le compte à quelques zombies intrusifs, déboulant alors sur son logo... En même temps, on la comprend ! Autant donc dire qu’à ce stade, l’esprit des premières aventures semble donc ne pas avoir beaucoup changé, pour notre plus grand plaisir. Car c’est bien pour cela qu’on est ici ! Et cette impression sera très vite confirmée par le générique d’ouverture, où l’on retrouve les quatre acolytes faisant alors le ménage devant la Maison Blanche, à gros coup de ralentis sur des membres arrachés de zombies, du sang qui gicle dans tous les sens, ou encore des cervelles qui explosent, etc.! Très vite, on retrouvera aussi les fameuses règles strictes grâce auxquelles Columbus survit (règle numéro une : l’endurance !), tandis que l’on assistera toujours à quelques parenthèses « enchantées » et glissées dans le montage, où ce même personnage commente les meilleurs zigouillages de zombies à travers le monde, en parallèle aux siens.

Les ingrédients ayant fait le succès du « Bienvenue à Zombieland » sont de nouveau de la partie, tel que le gore, qui s’invite une fois de plus à toutes les sauces, tandis que les maquillages épatent toujours autant, et sont même bien plus réussis que dans certains films horrifiques à base de zombies.

Et puis, que dire de l’humour, qui fonctionne (quand il n’est pas timide), très référencé, et résultants de situations parfois très absurdes.

Alors oui, ces retrouvailles sont résolument fun, si pas davantage. En conservant donc ses fondamentaux, « Retour à Zombieland » s’offrira (au moins) les louanges des fans. Et c’est bien pour eux que ce projet a été réalisé !

Alors certes, on n’était pas venu ici pour voir un grand scénario, mais quand même ! Dispensable sur papier, cette suite met tout d’abord quelques minutes à véritablement démarrer, le temps de réinstaller ses quatre personnages et de nous montrer comment ils ont évolué en dix années (mais en l’occurrence, pas beaucoup), au milieu des zombies. Mais c’est seulement une fois la machine mise en route que le film se suit sans mal, si pas plus efficacement que son prédécesseur.

Mais malheureusement, cette suite titube aussi mal que ses zombies... En effet, comme ce fut le cas dans le premier film, les protagonistes se retrouvent ici sur les routes, dans une quête (on l’avoue) différente, mais pas très originale, voire même paresseuse, et surtout pauvre en enjeux. Et puis, signe que la recette ne se suffisait plus à elle-seule, de nouveaux personnages font ici leur apparition, au rythme des rencontres que les héros feront en chemin.

Et heureusement pour nous, ces épisodes pimentent et réservent de jolis moments de second degré (le duo de gros nazes Albuquerque et Flagstaff, le pacifiste Berkeley), d’action (Nevada et son motel à thème d’Elvis) ou encore comiques (Madison, le stéréotype absolu de la blonde idiote). Et cerise sur le gâteau, restez bien assis durant le générique de fin, puisqu’un invité de marque revient ici d’entre les morts !

Mais c’est finalement le plaisir de retrouver cette équipe de névrosés qui est le véritable plaisir que nous offre le film, et dont il serait dommage de se priver, même si Emma Stone est un peu trop proprette dans son rôle (pas une tache de sang sur ses mêmes vêtements, qu’elle gardera d’ailleurs durant tout le film, sans parler de sa coupe de cheveux, intacte) et que l’actrice Abigail Breslin n’a pas très bien grandi dans son jeu, elle dont la carrière est timide depuis quelques années, faite de sorties confidentielles, de direct-to-DVD, ou d’échecs commerciaux. On espère que cette suite lui permettra de remonter la barre, tandis qu’on la retrouvera dans le prochain film de Tom McCarthy (l’oscarisé « Spotlight »), aux côtés de Matt Damon et de Camille Cottin (si, si).



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Insidious 4 : la Dernière Clé
le 16 janvier 2018
The Predator
le 9 octobre 2018
Wedding Nightmare
le 6 septembre 2019
After
le 3 mai 2019
Inséparables
le 9 septembre 2019
Bitter Flowers
le 26 avril 2018
Seule la Terre / God’s Own Country Film
le 26 avril 2018
Gloria Bell
le 8 mai 2019
Deadpool 2
le 5 juin 2018
Marlina, la Tueuse en 4 Actes
le 11 juillet 2018
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.7