Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews. Si celui-ci produit des émissions consacrées au cinéma sur la radio RCF Bruxelles, celle-ci n’est aucune responsable du site ou de ses contenus et aucun lin contractuel ne les relie. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

Pascal Elbé
On est Fait pour s’Entendre
Sortie du film 24 novembre 2021
Article mis en ligne le 29 novembre 2021

par Julien Brnl

Genre : Comédie, romance

Durée : 93’

Acteurs : Pascal Elbé, Sandrine Kiberlain, Manon Lemoine, Emmanuelle Devos, Valérie Donzelli, François Berléand, Marthe Villalonga...

Synopsis : :
Antoine semble n’écouter rien ni personne : ses élèves (qui lui réclament plus d’attention), ses collègues (qui n’aiment pas son manque de concentration), ses amours (qui lui reprochent son manque d’empathie)... Et pour cause : Antoine est encore jeune mais a perdu beaucoup d’audition. Sa nouvelle voisine Claire, venue s’installer temporairement chez sa sœur avec sa fille après la perte de son mari, rêve de calme et tranquillité. Pas d’un voisin aussi bruyant qu’Antoine, avec sa musique à fond et son réveil qui sonne sans fin. Et pourtant, Claire et Antoine sont faits pour s’entendre !

La critique de Julien

« On est Fait pour s’Entendre », c’est le troisième long métrage réalisé, écrit et coproduit par Pascal Elbé, après « Tête de Turc » (2010) et « Je Compte sur Vous » (2015). Par le biais de la comédie romantique, Elbé parle ici d’un handicap qu’il connaît bien, soit le début de surdité. Tandis qu’il n’avait jamais pensé qu’un élément de sa vie aurait pu donner naissance à un film, c’est le livre de David Lodge « La Vie en Sourdine » (2008) qui a fini par le convaincre d’en parler, mais au sein d’une histoire universelle de rencontres, autour d’une rencontre. On y suit alors Antoine (Elbé), un professeur cinquantenaire célibataire, replié sur lui-même, et dans le déni total de sa malentendance, lequel vit alors dans un quiproquo permanent, étant donné qu’il ne comprendre rien, ni personne, et encore moins Claire (Sandrine Kiberlain), dont la fille, Violette (Manon Lemoine), a décidé de rester muette depuis le décès de son père. Toutes deux s’installeront alors chez la sœur de Claire, Léna (Valérie Donzelli), dans l’appartement situé en dessous de celui d’Antoine. Or, son comportement va vite agacer, épuiser Claire, lui qui écoute sa musique à fond, et n’éteint pas son réveil qui sonne continuellement, étant donné qu’il ne l’entend pas ! Un dialogue de sourds va alors s’installer entre eux, avant d’évoluer au regard de l’acceptation progressive du handicap, permettant - une pierre deux coups - à son personnage principal d’écouter et d’aller davantage vers les autres...

Tandis qu’il met en scène dans sa première partie la solitude et le repli qui s’installe dans nos vies actuelles, Pascal Elbé réalise-là une pétillante comédie romantique teintée d’apprentissage et d’éveil au monde et vers autrui, dans sa seconde. En évitant les clichés du genre, le cinéaste retranscrit avec beaucoup d’authenticité ce qu’est la vie d’un malentendant, ou en tout cas le processus qui se met doucement en place lorsque le diagnostic du handicap doit tomber, va tomber, et est tombé. Or, l’acteur interprète avec beaucoup de savoir-faire cet homme désabusé qui, plutôt que de chercher à s’intégrer, va s’exclure, au risque de passer pour un gars complètement à l’ouest, voire pour un con, lui qui est d’ailleurs souvent pris comme tel ! Mais Elbé, qui a écrit le film, éprouve beaucoup d’empathie pour ces hommes et femmes qui se rencontrent, lui qui offre d’ailleurs une belle palette de personnages secondaires aussi truculents (Marthe Villalonga, Claudia Tagbo, François Berléand) que touchants (Emmanuelle Devos, Manon Lemoine, Sandrine Kiberlain), lesquels vont, eux aussi, se réconcilier avec eux-mêmes, et les autres. On apprécie dès lors passer cette parenthèse de vie avec ces derniers, et les voir s’ouvrir à la vie.

Sans être la réalisation de l’année, « On est Fait pour s’Entendre » trouve ainsi le juste milieu entre humour et élégance de propos, lui qui enchaîne les situations aussi burlesques que profondes. Et s’il n’est pas des plus imprévisibles dans sa construction narrative et son issue, il n’en demeure pas moins honnête, et tendrement agréable, tels les sourires que s’échangent Pascal Elbé et Sandrine Kiberlain sur l’affiche officielle du film.



Espace privé RSS

2014-2023 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.75