Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour RCF.

Dominic Cooke
On Chesil Beach (Sur la plage de Chesil)
Sortie le 15 août 2018
Article mis en ligne le 15 août 2018
dernière modification le 28 août 2018

par Charles De Clercq
logo imprimer

Si le spectateur s’est laissé prendre par cette ambiance douce-amère que génère le film, il quittera la salle avec une profonde nostalgie et une (douce) amertume ! 85/100

Synopsis : Le soir de leur mariage, Edward Mayhew, un musicien, et Florence Ponting, une violoniste, se retrouvent enfin seuls dans la vieille auberge du Dorset où ils sont venus passer leur lune de miel. Ils sont tous les deux vierges. Mais en 1962, dans l’Angleterre d’avant la révolution sexuelle, la sexualité est encore un tabou pour eux. Ils s’envient, tentent de se rapprocher, mais ils sont tous les deux mal à l’aise et refoulent leurs désirs. Leur nuit de noces, non consommée, se transforme en épreuve de vérité où le jeune couple se confronte à la sexualité ainsi qu’à leurs peurs ou leurs inhibitions.

Acteurs : Saoirse Ronan, Billy Howle, Emily Watson, Anne-Marie Duff, Samuel West

C’est un film very british, un drame anglais que nous propose Dominic Cooke, un homme de théâtre, qui adapte ici dans son premier long métrage au cinéma un court roman (cinq chapitres en 138 pages réelles dans sa traduction française par France-Camus Pichon) de Ian McEwan. L’adaptation est réussie et ne trahit pas le roman publié en 2007. En réalité, le film est plus sage (moins explicite !) et ajoute deux scènes à la fin, en 1975 et 2007, qui ne se trouvent donc pas dans le livre [1].

Le film est donc typiquement anglais [Cinebel indique USA, erreur ou pas, et si tel est le cas, ce peut-être le côté investissement financier, car On Chesil Beach est tout sauf américain (entendons-là avec les outrances et les clichés habituels des drames portés à l’écran de l’autre côté de l’Oéan !)]. A savoir que ce drame a ce goût d’un bonbon à la fois au miel, mais, en même temps acidulé et dont on ne sait quelle saveur persiste en bouche longtemps après l’avoir dégusté.

Toute l’intrigue est dévoilée dans le synopsis ci-dessus. L’intérêt du film n’est donc pas dans celle-ci (on peut déjà vous dire, sans vraiment spoiler que la nuit de noces tourne au désastre), mais, tout à la fois dans le traitement de l’histoire, soit, la nuit de noces « aujourd’hui » en 1962 et des flashbacks, souvenirs et mémoires de chacun des protagonistes qui permettent de comprendre comment on en est arrivé là. Et cela qui arrive, ou plutôt n’arrive pas (ou vient trop vite - vous comprendre en voyant le film !) est lié à leur passé. C’est l’histoire de leur rencontre (coup de foudre ?), mais aussi de leurs origines dissemblables. Et l’on sait qu’en Angleterre (au moins) cela peut jouer. Edward Mayhew est cultivé, mais il a été dans une école pour les étudiants doués, mais issus du milieu ouvrier.

Tout en nous faisant découvrir une nuit de noces qui va se conclure de manière désastreuse, les images du passé des jeunes époux (de six heures !) va permettre de comprendre à la fois le caractère du mari et les hésitations de l’épouse. Le tout sur fond de musique classique (surtout), essentiellement Mozart et Schubert (mais pas que) avec des images très chiadées. En 1962, nous sommes au début de la révolution sexuelle (mai 68 n’est pas encore là) et malgré leur intelligence (dans le roman l’on compare même leur QI, celui de Florence étant plus élevé !) la rencontre-fusion des corps sera un flop. Tout comme le roman, le film se termine par un plan de quelques dizaines de secondes, qui laisse entrevoir un possible : « il aurait pu en être autrement » (un peu, mutatis mutandis, comme dans La La Land !. Mais, contrairement au roman, le réalisateur, ajoute deux séquences, en 1975 et en 2007 dont nous traiterons dans la section spoilers ! Ajoutons que de nombreux dialogues du livre sont repris quasiment tels quels dans le film.

Si le spectateur s’est laissé prendre par cette ambiance douce-amère que génère le film, aidé en cela par deux acteurs remarquables : l’expérimentée Saoirse Ronan et le plus débutant Billy Howle, il quittera la salle avec une profonde nostalgie et une (douce) amertume !

Certains se diront probablement (et nous quittons un instant notre fonction de prêtre catholique !) qu’il est quand même préférable de se connaître physiquement avant le mariage pour éviter de telles déconvenues (irréparables) et, reprenant notre casquette de prêtre, nous nous souvenons de plusieurs confidences de femme auxquelles leur mère avait dit (dans les années 50/60) avant de leur nuit de noces « Ma fille, tu ouvres les jambes, tu fermes les yeux, c’est un mauvais moment à passer ! ».


Spoilers (cliquer pour lire APRES la vision du film)

Nous écrivions ci-dessus que le film était moins explicite que le roman. Ainsi, dans ce dernier, l’on nous indique qu’Edward s’est préparé à la nuit de noces en se retenant (de se masturber) durant six jours, ce qu’il n’avait pas fait depuis ses douze ans !

Ce qui amène à mieux comprendre l’échec de la nuit de noces ou, voulant trop bien faire, Florence, en prenant le sexe de son époux en mains (comme elle l’a lu dans un livre) - et le romancier donne force de détails - et celui-ci jouira avant même « d’être entré ». Là où le romancier est explicite dans les détails de l’éjaculation et son ampleur, le réalisateur se cantonne à un bref plan de sperme sur la cuisse de Florence. Celle-ci, tout comme dans le livre en aura le même dégoût !

La scène de 1975 où Edward rencontre une jeune fille dans son magasin de disques et où il comprend qu’elle est la fille de Florence, à cause de son prénom et du disque qu’elle veut lui offrir, n’est pas présente dans le roman, pas plus que celle de 2007 où l’on nous montre un dernier concert du quintette de Florence (le quatuor Ennismore, avec son époux (Charles qui pensait à elle depuis le début) avec Edward dans la salle et en pleur. Toutefois, l’ajout de ces deux scènes ne trahit pas le roman qui lui ne laissait aucune place à une telle rencontre !


Lien vers la critique de Julien.

 <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='750' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='340' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />

Copyright Mars Films

Bande-annonce

Notes :

[1(nous y reviendrons dans la partie ’spoiler’ ci-dessous)


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

The Dark Horse
le 3 avril 2015
Le dernier loup (Wolf Totem)
le 7 février 2015
The Monuments Men
le 1er septembre 2014
Juste la fin du monde
le 3 septembre 2016
Gemma Bovery
le 1er septembre 2014
Lazzaro Felice (Heureux comme Lazzaro)
le 20 octobre 2018
Marie Heurtin
le 11 novembre 2014
Pixels 3D
le 17 juillet 2015
Noces
le 31 janvier 2017
Retour à Ithaque
le 29 novembre 2014
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.25