Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Alê Abreu (2013)
O Menino e o Mundo (Le garçon et le monde)
Sortie le 18 mars 2015
Article mis en ligne le 14 février 2015
dernière modification le 24 mars 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

82/100

Synopsis : Un papa quitte son misérable village brésilien en quête de travail. Très vite, son petit garçon part à sa recherche.

Commence alors un émouvant voyage initiatique ; il croisera tous les périls du monde adulte et les transformera, avec son regard d’enfant, en animaux machines et autres créatures étranges. Une aventure poétique bourrée de dessins aux couleurs chatoyantes et de bonne musique.

Ce film d’animation brésilien sans dialogues (mais pas sans paroles, j’y reviendrai) a été une véritable surprise et je regrette de n’avoir pas été dans les meilleures conditions pour le visionner. J’avoue m’être un peu assoupi durant la projection presse ! C’est un risque quand on visionne plusieurs films d’affilée et que l’on prend un repas pas nécessairement équilibré et trop rapidement entre deux films ! Je le regrette d’autant plus que ce film est un festival de sons et d’images.

Déjà sorti en France l’an dernier, sa sortie est prévue pour le 18 mars en Belgique... mais le temps des vacances de carnaval sera propice à le voir avant. Il a été projeté dans le cadre du festival Anima au Studio 4 le samedi 14 février à 16h00 et le mardi 17 à 10h00.

Le film commence avec des images très simples, filiformes qui deviennent de plus en plus complexes et se déploient en une multitude de déclinaisons, variations pour nous proposer de nouveaux univers visuels. Bien plus, le son ou les bruitages nous aident à entrer dans cet univers, parfois complexe. Si le film est sans dialogue, certains personnages « parlent » ! Il s’agit d’un langage inventé pour la circonstance, une sorte d’espéranto incompréhensible. Ces deux termes semblent antagonistes. Et c’est ainsi que j’ai perçu la langue du film : à la fois un universel humain (qui permet une diffusion du film dans le monde sans se soucier des traductions) et en même temps, l’antique punition de Babel (récit mythique qui nous invite à penser la dispersion et l’incompréhension de l’humanité séparée par le langage qui devrait les rassembler). Dans la même veine, les textes affichés à l’écran sont incompréhensibles et majoritairement affichés à l’envers (tout comme les chiffres). Là aussi, je perçois ces textes et chiffres avec la même grille (universalité et incompréhension) que pour la « langue » utilisée durant le film.

Ce dernier est annoncé par Anima pour les plus de six ans. Certes, mais le film gagnera beaucoup a être vu aussi (et même d’abord et avant tout) par les adultes. Il nous invite à une réflexion sur le monde, l’exode rural, l’industrialisation et la mécanisation, la déforestation, la déshumanisation... Et pour ceux qui n’auraient pas saisi, il y a même une vingtaine de secondes d’images du monde « réel » qui viennent nous confronter à une double cruauté : celle « naturelle » du monde (voir à ce sujet ma critique du film de Jean-Jacques Annaud : Le dernier loup (Wolf Totem), mais aussi et surtout, celle, ajoutée, de l’homme vis-à-vis de lui-même et de la Nature.

Le seul « reproche » que l’on pourrait faire à ce film (d’une durée de 80 minutes) serait justement l’appui parfois trop forcé sur certaines thématiques au risque d’être manichéen (les oiseaux coloré et noir qui s’affrontent) et de manquer de subtilité. Le spectateur ainsi averti pourra alors comprendre cette accentuation par la probable volonté du réalisateur et/ou de son équipe de faire comprendre l’urgence des changements de comportement qu’il faut adopter face à une mondialisation aux conséquences dramatiques !


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Comment j’ai rencontré mon père
le 2 mai 2017
Paradise Trips
le 25 juin 2015
Taxi Teheran
le 18 mars 2015
Shut In (Oppression)
le 22 novembre 2016
Nocturnal Animals
le 29 décembre 2016
Central Intelligence (Agents presque secrets)
le 12 août 2016
Planetarium
le 30 janvier 2017
Ghost in the Shell
le 26 mars 2017
Ixcanul
le 20 septembre 2015
Coming Home (Gui lai )
le 19 novembre 2014


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31