Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Hirokazu Kore-Eda
Notre petite soeur (Umimachi Diary)
Sortie le 18 novembre 2015
Article mis en ligne le 24 septembre 2015
dernière modification le 23 novembre 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

Un film doux, lent, poétique qui offre de belles images de 4 soeurs. 70/100

Synopsis : Trois sœurs, Sachi, Yoshino et Chika, vivent ensemble à Kamakura. Par devoir, elles se rendent à l’enterrement de leur père, qui les avait abandonnées une quinzaine d’années auparavant. Elles font alors la connaissance de leur demi-sœur, Suzu, âgée de 14 ans. D’un commun accord, les jeunes femmes décident d’accueillir l’orpheline dans la grande maison familiale.

Acteurs : Haruka Ayase, Masami Nagasawa, Ryo Kase, Suzu Hirose.

A la dernière image de ce long métrage de Hirokazu Kore-Eda, un film lent et de toute beauté, je dis à un de mes confrères critiques : « Voilà une histoire dont on (Miyazaki, par exemple) aurait pu faire un film d’animation ! ». Je n’avais pas encore lu le dossier presse qui m’informe, ainsi que le générique, que le film est une adaptation d’un manga japonais de Akimi Yoshida intitulé Umimachi Diary [1]. Umimachi Diary, littéralement « Le journal de la ville de la mer », raconte l’histoire de trois soeurs qui vivent à Kamakura, dans la maison familiale et qui vont faire la découverte/rencontre de leur demi-soeur, âgée de 14 ans, lors des funérailles de leur père qui les a abandonnées depuis de nombreuses années.Il avait aussi abandonné sa femme et tous deux avaient laissé leurs trois filles se débrouiller seules.

Celles-ci vont accueillir leur soeur dans la demeure familiale qu’elles gèrent ensemble ainsi que la vie sororale. Nous suivons ces quatre protagonistes durant quatre saisons. Sachi, Yoshino et Chika ont chacune leur vie avec leurs histoires, leurs rencontres, leur travail pour certaines, mais se retrouvent toutes dans la maison où elles offrent un nid et un refuge pour la cadette.

Ce drame se déroule donc lentement (un rythme fort différent de nos modèles de vie « speedés ») au bord de la mer, au gré d’une année qui s’écoule, des cerisiers qui fleurissent, des rencontres professionnelles et/ou amicales, des aventures amoureuses. Ce seront autant d’occasions de découvrir des aspects de la vie japonaise. Qu’il s’agisse des rites de deuil, de l’évocation des défunts, des kimonos, de la nourriture, tout sera occasion de découvrir des images magnifiques et autant de visages magnifiés ! Certaines conversations nous ouvriront sur des situations difficiles en lien avec les héritages, leur transmission, leur annexion, leur spoliation. Occasion aussi de réfléchir aux relations familiales, au contentieux avec le père, la mère, la belle-mère, sur ceux/celles qui ont été laissés pour compte.

Nous découvrirons ainsi une des soeurs, au service de son patron. Ils sont confrontés à des clients en situation difficile et qui feront preuve de compassion envers eux, s’interrogeant sur ces difficultés. Rencontre aussi de personnes qui tiennent un restaurant où ils prendront plaisir à déguster des plats de poisson.

Ces quatre saisons se déroulent donc devant nos yeux, en même temps que se développe ce cocon de quatre femmes, dont une en devenir. Suzu a quinze ans à la fin du film et on mesure sa taille pour marquer un chambranle comme pour les autres soeurs. On les laissera toutes quatre au bord de la mer, avec peut-être un regret : ne pas mieux les connaître. A voir tant d’événements du quotidien sans se focaliser sur l’un d’eux ni sur les quatre soeurs en particulier je sors avec un sentiment d’inachevé. Cela est d’autant plus marqué qu’il me manque certains repères culturels et certains codes pour appréhender toute la richesse d’un film éminemment poétique.

Bande-annonce :

https://www.youtube.com/embed/OH_RkXDMkZE
Notre Petite Soeur (Japon - Cannes 2015) - YouTube
Notes :

[1Kamakura Diary (Umimachi Diary, litt. « Le journal de la ville de la mer ») est un josei manga écrit et dessiné par Akimi Yoshida. Il est prépublié depuis août 2006 dans le magazine Monthly Flowers de l’éditeur Shōgakukan, et six tomes sont sortis en juillet 2014. Source Wikipedia


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

The Accountant (Mr Wolff)
le 30 octobre 2016
Floride
le 5 août 2015
Son épouse
le 1er septembre 2014
L’idéal
le 29 mai 2016
Le redoutable
le 20 août 2017
Charlie Mortdecai
le 20 janvier 2015
Suite française
le 7 février 2015
War Dogs
le 20 août 2016
Layla M.
le 19 octobre 2016
Sieranevada
le 9 février 2017


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31