Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

F. Gary Gray
N.W.A. Straight Outta Compton
Sortie le 16 septembre 2015
Article mis en ligne le 10 septembre 2015
dernière modification le 22 septembre 2015

par Charles De Clercq
logo imprimer

Près de trente ans après, la violence envers les noirs n’a pas changé ! 81/100

Synopsis : En 1987, cinq jeunes hommes exprimaient leur frustration et leur colère pour dénoncer les conditions de vie de l’endroit le plus dangereux de l’Amérique avec l’arme la plus puissante qu’ils possédaient : leur musique. Voici la véritable histoire de ces rebelles, armés uniquement de leur parole, de leur démarche assurée et de leur talent brut, qui ont résisté aux autorités qui les opprimaient. Ils ont ainsi formé le groupe de rappeur des N.W.A. en dénonçant la réalité de leur quartier. Leur voix a alors déclenché une révolution sociale qui résonne encore aujourd’hui.

Acteurs : O’Shea Jackson Jr., Corey Hawkins, Jason Mitchell

Le film est une biographie, non d’une personne, mais d’un groupe américain de rap, NWA qui se constitue en 1986 à Compton, une banlieue très dangereuse de Los Angeles. Les initiales de de groupe de gansta rap sont celles de « Niggaz Wit Attitudes » tandis que Straight Outta Compton est le titre de leur premier album sorti en 1988.

En matière de gansta rap et de rap de façon générale, je dois avouer ma totale incompétence et je ne vais donc pas traiter du film sur le plan de la bande son même si Fuck tha Police, un réquisitoire qui dénonce le racisme et la violence de la police, est devenu un « classique ». Je laisse donc de plus qualifiés que moi donner leur avis sur la partie proprement musicale du « biopic » qui est aussi un hommage à Eazy-E, mort en 1995, à l’âge de 31 ans, des complications dues au VIH. Mon inculture est telle que je ne connais quasiment pas les interprètes des membres du groupe ! Il faut cependant relever le jeu de Paul Giamatti, manager ambigu, dans le rôle de Jerry Heller.

En revanche, le film m’a touché au cœur pour les thèmes abordés :
1. le milieu musical et son « business », les rivalités entre les membres du groupe, leur exploitation par des managers sans scrupules et les tensions entre différents groupes musicaux qui partagent ce que je vais appeler un même terrain de chasse. Finalement tout cela est fort proche de ce que l’on découvre dans Jersey Boys.
2. la violence de la police (notamment) par rapport aux noirs aux USA [1]. A découvrir à l’écran les violences - souvent non fondées pour délit de couleur de peau, de faciès, qui ont amené les intéressés à s’y opposer par la « parole », ici celle du rap et du chant ou de l’art de façon générale - nous montre que pratiquement rien n’a changé aujourd’hui. C’est douloureusement que le film fait encore écho aujourd’hui lorsque nous découvrons, apprenons la violence illégitime des autorités envers les « blacks » (et aussi ceux qui ne sont pas « blancs ») et en particulier de la police. Rien n’a changé, aucune leçon n’a été tirée de cela. Rien que pour cela, pour que nous puissions nous indigner (au minimum) mais aussi découvrir nos propres impensés « raciaux » et racistes qui surgissent aujourd’hui en Europe, dans notre pays et nos villes, ce film est à voir de toute urgence, au-delà de ses qualités et/ou défauts intrinsèques. L’histoire est probablement une construction (mais dans nos propres références, pour les chrétiens, c’est aussi le cas des Evangiles), elle est peut-être romancée pour être condensée en un peu moins de 2h30... mais il faut la voir... et l’écouter.

Parce que ce film m’interpelle comme croyant mais surtout comme humain et même si les membres des groupes rencontrés ne sont pas des enfants de chœur, il est pour moi un coup au cœur et un coup de cœur !

Diaporama
© des illustrations.

 <br width='500' height='258' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='356' />  <br width='500' height='333' />  <br width='500' height='303' />  <br width='500' height='686' />  <br width='500' height='333' />  <br width='500' height='616' />  <br width='500' height='276' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='750' />  <br width='500' height='404' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='283' />  <br width='500' height='284' />  <br width='500' height='333' />  <br width='500' height='247' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='334' />  <br width='500' height='207' />  <br width='500' height='207' />  <br width='500' height='207' />  <br width='500' height='490' />  <br width='500' height='258' />  <br width='500' height='210' />

Bande-annonce :

Notes :

[1Thème abordé aussi par le film malaimé Fruitvale Station (Ryan Coogler, 2013)


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

The Killing of a Sacred Deer (Mise à mort du cerf sacré)
le 27 septembre 2017
Viva
le 25 juin 2016
Two Night Stand
le 29 novembre 2014
Deepwater Horizon
le 4 octobre 2016
Wakefield
le 26 août 2017
Rings (Le cercle)
le 20 janvier 2017
Vele hemels (Bien des ciels au-dessus du septième)
le 26 septembre 2017
Cro Man (Early Man)
le 20 janvier 2018
Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children
le 28 septembre 2016
Birdman
le 14 janvier 2015
RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.28