Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est historiquement lié aux émissions radio consacrées au cinéma par Charles De Clercq sur RCF. Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques.

logo article ou rubrique
Les critiques de Julien Brnl
Mug / Twarz
Réalisateur(s) : Malgorzata Szumowska
Article mis en ligne le 19 décembre 2018

par Julien Brnl

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 14 novembre 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • septième long métrage de la réalisatrice et scénariste polonaise Malgorzata Szumowska après notamment « Aime et Fais ce que tu Veux » (2013 - Teddy Award à la Berlinale) ou encore « Body » (2015, Ours d’Argent du Meilleur réalisateur à la Berlinale) ;
  • inspiré partiellement de l’irrigation de la plus haute statue du Christ située à Świebodzin, dans l’ouest de la Pologne, achevée en 2010, et de la première greffe de visage dans le monde effectuée en Pologne dans l’urgence en 2013 ;
  • Grand Prix du jury à la Berlinale 2018.

Résumé : Jacek aime le heavy metal, sa copine et son chien. Il travaille sur le chantier de ce qui est censé devenir la plus grande statue de Jésus-Christ au monde. Sa famille, les habitants du village et les paroissiens le voient comme une bête curieuse mais le trouvent plutôt amusant. Victime d’un terrible accident qui le laisse complètement défiguré, tous les regards se tournent vers lui alors qu’il s’apprête à subir la première greffe de visage du pays.

La critique de Julien

Venu tout droit de Pologne, « Mug » (où littéralement « Tronche » par chez nous) est un curieux film dans lequel un ouvrier effronté et échevelé est victime d’un grave accident alors qu’il était occupé à travailler sur la construction de la plus haute statue du Christ au monde, située dans un petit village polonais, en guise de symbole patriotique religieux et nationaliste. Transformé et rejeté, Jacek subira les foudres des regards causés par la violence de l’Église catholique conservatrice.

Ce drame vécu par un tiers greffé du visage, alors fuis de tous après avoir été autrefois la vedette de son patelin, se regarde comme une satire religieuse et politique reflétant le miroir d’une société polonaise en pleine transformation, mais toujours aussi intolérante et noyée dans son euroscepticisme. Mis en scène avoir froideur et couleurs ternes, ce film n’est pas le genre de projet cinématographique dont on raffole, étant donné son pessimisme éclatant.

De plus, on reste relativement loin de ce qui arrive à cet antihéros, la faute à une psychologique post-traumatique peu développée, majoritairement appuyée par le regard d’autrui, que ça soit celui de sa famille, de son ex-petite copine, et plus généralement de celui de l’Église. Quoi qu’il en soit, cette dernière et ses fidèles en prennent pour leur grade.



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Rocketman
le 10 juin 2019
Bienvenue à Suburbicon / Suburbicon
le 17 décembre 2017
Undir trénu / Under the Tree
le 25 mai 2018
La Nonne / The Nun
le 14 septembre 2018
Creed 2
le 23 janvier 2019
Pour vivre heureux
le 10 décembre 2018
Roulez Jeunesse
le 29 juillet 2018
L’École Buissonnière
le 13 novembre 2017
X-Men Movies : Dark Phoenix
le 11 juin 2019
Chamboultout
le 20 avril 2019
Espace rédacteurs RSS

2014-2019 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.7