Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE est le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour RCF.

Les critiques de Julien Brnl
Mon Ket
Réalisateur(s) : François Damiens
Article mis en ligne le 13 juin 2018
dernière modification le 29 juillet 2018

par Julien Brnl
logo imprimer

Au-delà de ça, « Mon Ket » peine à tenir la route sur sa longueur, étant donné un mécanisme de saynètes s’usant assez vite, et un fil conducteur narratif manquant de profondeur, et surtout de sérieux. Et puis, on doute de certains passages, de mauvais goûts, pas forcément nécessaires à l’humour suscité... Bref, autant dire que les fans du bonhomme devraient être conquis (au contraire de la plupart des cinéphiles) par cette œuvre atypique, à moitié réussie au niveau de ses intentions. - 11/20

➡ Vu au cinéma Caméo des Grignoux - Sortie du film le 30 mai 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • premier film de François Damiens, tout en plaçant son histoire fictive autour d’un principe qu’il connaît bien, soit celui de la caméra cachée ;
  • selon François Damiens, « mon ket » est une expression bruxelloise qui parle de la fierté d’être père, comme une prolongation de sa personne, mais avec l’idée que le fils réussisse là où le père a échoué ;
  • le film a pulvérisé chez nous le record de fréquentation pour un film belge sur une année, et cela en une semaine d’exploitation !

Résumé : Dany Versavel a un souci avec son fils : à 15 ans, Sullivan ne veut plus d’un père qui fait le king derrière les barreaux. Pour Dany, son « ket », c’est sa vie, hors de question de le laisser filer. Il décide donc de s’évader de prison prématurément ! Entre cavales, magouilles et petits bonheurs, il a tant de choses à lui enseigner. Un apprentissage à son image. Au pied de biche, sans pudeur ni retenue. Mais là où l’on pouvait craindre le pire, se cache peut être le meilleur…

La critique

Pour son premier film en tant que réalisateur, notre compatriote François Damiens adapte un scénario qu’il a coécrit avec Benoît Mariage, autour de la notion de paternité. Damiens y interprète un père tout juste évadé de prison, qui n’a alors d’autre but que de retrouver son fils, et rattraper les années perdues, mais en s’y prenant (toujours) de manière (très) maladroite. Mais la particularité de cette intrigue, c’est d’être ponctuée par une série de caméras cachées, dont seul Francois Damiens a le secret.

« Mon Ket » n’est pas un film à proprement parler. Pas très fine, ni touchante, l’histoire sert donc de prétexte à ce que Damiens sait notamment faire de mieux, à savoir piéger des inconnus à leur insu. Ainsi, ce sont les péripéties de son personnage qui amènent les hostilités, et donc les rencontres qui serviront ses gags. Avec un maquillage des plus réussis, incluant des prothèses dentaires, des décolleurs d’oreilles, un faux ventre, et bien d’autres, l’acteur se devait d’être méconnaissable, afin de tromper une vingtaine de personnes n’étant au courant de rien. Et c’est le cas ! Globalement, le pari est réussi en ce qui concerne les caméras cachées. Entre gêne et bonne tranche de rigolade, l’effet « l’Embrouille » se faire ressentir, et réserve son lot de réactions plutôt hilarantes venues des victimes filmées, ayant bien entendu acceptées d’être diffusées. À vrai dire, François Damiens sait comment s’y prendre pour faire mordre à l’hameçon de pauvres inconnus n’ayant pourtant rien demandés...

Bande annonce Belgique :

Bande annonce France :



Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Les grands esprits
le 16 octobre 2017
Dilili à Paris
le 29 octobre 2018
Ma Reum
le 26 juillet 2018
Wallay
le 25 avril 2018
A Star is Born
le 8 octobre 2018
The Beguiled (Les proies)
le 8 octobre 2017
Cinquante Nuances Plus Claires
le 25 avril 2018
Lola et ses Frères
le 9 décembre 2018
Geostorm
le 2 novembre 2017
La Prière
le 26 avril 2018
RSS

2014-2018 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.18