logo article ou rubrique
Les critiques de Julien Brnl
Midnight Sun
Réalisateur(s) : Scott Speer
Article mis en ligne le 10 juillet 2018
dernière modification le 26 juillet 2018

par Julien Brnl

➡ Vu au cinéma Acinapolis Jambes - Sortie du film le 27 juin 2018

Signe(s) particulier(s) :

  • remake à la sauce américaine du film japonais « Taiyō no Uta » de Norihiro Koizumi, dans lequel il est question d’une adolescente atteinte de Xeroderma Pigmentosum (« XP ») ou aussi appelée « maladie des enfants de la lune », soit une pathologie génétique incurable extrêmement rare empêchant toute exposition à la lumière du soleil ;
  • c’est bien le fils aîné d’Arnold Schwarzenegger, Patrick, que l’on retrouve au générique de ce drame, lui qui a dû suivre pour son rôle un régime strict et pratiquer beaucoup de sport, étant donné qu’il y interprète une future gloire de la natation.

Résumé : Katie Price, 17 ans, est une adolescente comme les autres, ou presque. Elle ne peut en aucun cas être exposée à la lumière du jour, sous peine d’en mourir. La journée, elle compose et joue de la guitare, et observe le monde depuis sa chambre, notamment Charlie Reed, son voisin.
À la nuit tombée, ses rêves prennent vie ! Elle sort chanter dans la gare près de chez elle. Un soir, elle se retrouve face à Charlie. Lui est instantanément sous le charme et se met en tête de la revoir... Pourront-ils s’aimer au grand jour ?

La critique

Oui, vous avez raison, « Midnight Sun » ressemble comme deux gouttes d’eau au film « Everything, Everything » de Stella Meghie, sorti l’été passé, lui qui était adapté d’un roman de Nicola Yoon, et dans lequel il était question d’une romance impossible entre deux adolescents, Olly et Maddie, cette dernière souffrant d’une maladie l’empêchant de sortir de chez elle...

On retrouve d’emblée dans ce drame tous les poncifs du genre qui viennent arracher, voire voler, les larmes des spectateurs. En effet, par la maîtrise frauduleuse d’effets de genre, et l’utilisation d’un scénario arrosé de bons sentiments, et par-dessus tout manipulateur, « Midnight Sun » réussira à toucher les plus sensibles d’entre vous, adolescents et parents. Mais il faut bien avouer qu’il est porté par un très joli casting remplit de sourires ravageurs, avec en tête d’affiche un duo de jeunes acteurs à surveiller.