Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma sur RCF

CINECURE pas un blog mais le complément sur le web des émissions radio du même nom produites par Charles De Clercq pour la radio RCF en Belgique. Celui-ci est sensible aux émotions dont il se nourrit et aime analyser les rapport entre films et romans lorsque ceux-ci sont adaptés au cinéma.

Bruno Dumont
Ma Loute
Sortie le 8 juin 2016
Article mis en ligne le 5 juin 2016
dernière modification le 31 août 2017

par Charles De Clercq
logo imprimer

Bruno Dumont propose une comédie satirique qui divisera beaucoup de monde.
Il transcende frontières et genres cinématographiques et le « genre » ! 89/100

Synopsis : Eté 1910, baie de la Slack dans le nord de la France. De mystérieuses disparitions mettent en émoi la région. L’improbable inspecteur Machin et son sagace adjoint Malfoy (mal)mènent l’enquête. Ils se retrouvent, bien malgré eux, au cœur d’une étrange et dévorante histoire d’amour entre Ma Loute, fils ainé d’une famille de pêcheurs aux mœurs particulières et Billie Van Peteghem, la benjamine d’une famille de riches bourgeois Lillois décadents.

Acteurs : Fabrice Luchini, Juliette Binoche, Valeria Bruni Tedeschi, Jean-Luc Vincent.

Bruno Dumont poursuit dans la veine de sa mini-série (P’tit Quinquin) en nous offrant un film à l’ironie et l’humour grinçants et jubilatoires qui met le Nord à l’honneur, même s’il est probable que les habitants de ces régions y voient bien plus un déshonneur qu’une promotion.

Il est regrettable que ce film soit sorti bredouille de Cannes et il est possible que le jury soit resté insensible à l’humour qui jongle avec une langue qu’il est bien difficile ici de sous-titrer en anglais.

Mêlant des acteurs très connus et d’autres illustres inconnus dont c’est le premier (et peut-être dernier) rôle à l’écran le réalisateur arrive à faire donner à ses acteurs le meilleurs d’eux-mêmes pour exprimer le pire de l’humain dont le cannibalisme. S’y ajoute le portrait d’une bourgeoisie dégénérée par de multiples liens consanguins.

Les images et le cadre magnifient le nord de la France. Cette beauté vient en contraste avec la famille Van Peteghem et les cueilleurs de moules qui sont aussi, au passage, ceux qui permettent aux riches de traverser certaines zones à pied sec et par la même occasion de rejoindre une casserole (mais pas de moules !).

On ne compte plus les disparitions et il faut bien que finalement la police s’en mêle et s’emmêle les pinceaux dans cette histoire abracadabrante. Dumont n’épargne personne et en particulier ses acteurs côté château. Dans un surjeu totalement assumé, Fabrice Luchini, Juliette Binoche, Valeria Bruni Tedeschi, Jean-Luc Vincent excellent à un jeu d’acteur qui casse leur image (de marque). Caricature d’eux-mêmes comme le sont chacun des personnages en jeu, ils s’affronteront dans des jeux de cour, de rôles et de langage pour nous faire découvrir les coulisses de leurs familles, ascendants et surtout collatéraux et descendants. Il y a un plaisir (coupable !?) de découvrir la possible origine d’un enfant suite à une relation incestueuse ! C’est nous ? Moi ? Père ? Difficile d’en dire plus sans dévoiler certains éléments de l’intrigue.

Bruno Dumont fait donc sortir des acteurs renommés de leurs zones de confort et y conduit avec eux d’illustres inconnus qui se plient aux règles dictées par lui pour nous amener sur un plateau d’argent les uns et les autres. Le spectateur se demandera plusieurs fois qui arrivera à bon port après avoir payé le prix du passage et se gaussera d’un couple d’inspecteurs de police totalement improbable. Il pourra s’étonner de l’envolée - qui ne sera pas que lyrique - de certains protagonistes de l’action où même Marie arrive à mettre son grain de sel (ou de sable).

Le plus improbable sera cependant la relation entre Ma Loute (oui, c’est son nom !) fils de ces cueilleurs/passeurs aux frontières du sable et de l’eau, aux frontières de l’humain également avec un autre fils, celui de Aude Van Peteghem. Reste à savoir qui est le père de Billie. Ce fils, ou plutôt cette fille... tombe amoureux/se de Ma Loute... et vice-versa. Tantôt fille, tantôt garçon, il/elle maintient l’ambiguïté, voulue et probablement totalement assumée par le réalisateur et l’acteur/trice, crédité(e) comme Raph au générique et même dans la base de données IMDB.

Billie maintient cette ambiguïté qui interpelle Ma Loute. Fille ou garçon (en perruque) telle est une question qui le taraude. C’est que son esprit et son corps ne sont pas préparés à découvrir les troubles secrets sous la jupe (ou le pantalon) de Billie.

Qu’en est-il ? Vous le saurez (ou pas) en découvrant cet excellent film de Bruno Dumont en salle ou en cliquant sur le lien ci-après (mais mieux ne vaut pas si vous préférez les surprises) !

Jusqu’à ce qu’... (attention spoiler !)

en proposant une traversée à son amoureuse (fruit d’une terrifiante relation incestueuse) Ma Loute, portant Billie en la prenant par l’entrejambe, s’écrie « mais tu as des couilles » ! On comprendra que c’en est trop pour Ma Loute (excellent Brandon Lavieville) qui entrera dans une fureur incontrôlable et mettra à mal sa relation avec celui/celle qui le confronte à un genre si trouble, fureur qui se déchaînera sur une bonne partie de ces bourgeois.

Le film est un coup de cœur d’Olivier Clinckart, le président de l’Union des Critiques de Cinéma (UCC). Vous pouvez l’écouter ici (pour ce film de 2’22 à 6’10).

Diaporama

Bande-annonce :


flèche Sur le web : Lien vers la fiche IMDB


Mots-clés associés

Au hasard...

0 | 10 | 20 | 30

Ghost in the Shell
le 26 mars 2017
La glace et le ciel
le 12 septembre 2015
Hight Rise
le 21 mars 2016
L’enquête
le 29 janvier 2015
Rock’n Roll
le 14 janvier 2017
The Railway Man
le 1er septembre 2014
Morning After
le 13 août 2017
Tous les chats sont gris
le 14 février 2015
Life
le 14 septembre 2015
Justin Bieber’s Believe
le 1er septembre 2014


Plan du site Espace rédacteurs puce

RSS

2014-2017 © CINECURE - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57